-2° Terrebonne, lundi 23 avril 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

L'allocation de départ de Michel Morin suspendue
Le 13 juillet 2016, la résidence de Michel Morin avait été visitée par les policiers lors de perquisitions effectuées aux quatre coins de la ville de Terrebonne. (Photo : archives)

L'allocation de départ de Michel Morin suspendue

Jean-Marc Gilbert

Mercredi 22 novembre 2017

Le comité exécutif de la Ville de Terrebonne a résolu, le mercredi 22 novembre, de suspendre temporairement le versement de l'allocation de départ et de l'allocation de transition d'un total de plus de 100 000 $ de l'ex-conseiller municipal Michel Morin, le temps qu'un avis juridique soit produit sur la question.

C'est ce que le maire Marc-André Plante a confié à La Revue au terme de la séance du comité exécutif. «Nous avions un malaise à verser un tel montant alors qu'une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) est en cours à son sujet et qu'une perquisition a été effectuée à sa résidence, explique M. Plante. Advenant le cas où il devrait faire face à des accusations, il s'agit de sommes que nous voudrions tenter de récupérer. Nous prenons cette décision par prudence, dans un souci de saine gestion des deniers publics.

Selon les conclusions de l'avis juridique, qui devraient être connues la semaine prochaine, trois scénarios sont possibles, indique le maire. Il pourrait être décidé de verser immédiatement les sommes à M. Morin, de suspendre le versement et de demander que la Commission municipale du Québec se prononce sur la question, ou alors de placer les sommes dans un compte en fidéicommis en attendant les conclusions de l'enquête de l'UPAC.

Rappelons que le 13 juillet 2016, la résidence personnelle de M. Morin a été l'un des lieux visités par les policiers lors de perquisitions effectuées aux quatre coins de la ville.

En plus de visiter les résidences du chef de cabinet Daniel Bélec, du directeur général Luc Papillon et du maire Jean-Marc Robitaille, les policiers de Terrebonne avaient également saisi des documents à l'hôtel de ville, ainsi qu'à la Régie d'aqueduc intermunicipal des Moulins (RAIM).

Rappelons que cette dernière organisation était présidée par M. Morin. Aucune arrestation et aucune accusation n'ont encore été déposées contre quiconque dans le cadre de cette enquête.

18 janvier 2018 - Vitrerie Gascon Cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités