22° Terrebonne, lundi 25 septembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

DOSSIER DE LA SEMAINE : Les comprendre pour mieux les aider
Sur les 1 779 étudiants inscrits à l’automne 2016 au Cégep à Terrebonne, 1 543 répondu au sondage, pour un taux de 86,73 %. Douglas Blanchet et Catherine Ouellette ont pu conserver les réponses de 1 202 étudiants, soit près de 68 %. (Photo : Pénélope Clermont)

DOSSIER DE LA SEMAINE : Les comprendre pour mieux les aider

Pénélope Clermont

Mardi 12 septembre 2017

Quel profil ont les étudiants du Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne? Réussissent-ils bien leurs études, aiment-ils ce qu’ils font? Composent-ils bien avec le stress et comment cela affecte-t-il leurs études? Croient-ils à l’importance de réussir leurs études et s’adaptent-ils bien au milieu collégial? Toutes des réponses qu’a permis d’offrir une étude réalisée par deux enseignants du Cégep à Terrebonne.

Dans un contexte où la réussite scolaire est au cœur des préoccupations, le Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne a en effet voulu dresser un portrait des étudiants qui le fréquentent afin de mieux cibler leurs besoins, pour ainsi développer des outils et des services favorisant leur succès.

Ce sont principalement les étudiants en situation de handicap et les étudiants à besoins particuliers qui étaient visés par cette étude menée par Douglas Blanchet et Catherine Ouellette, enseignants respectivement en économie et en psychologie dans le programme de sciences humaines. Toutefois, l’exercice a aussi permis de faire un bilan de la clientèle du Cégep à Terrebonne.

«Dans le cadre de la convention collective 2015-2020 de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ), des sommes sont consacrées pour aider les étudiants en difficulté, mais nous ne connaissions pas leur réalité. Or, avant de développer un projet pour intervenir, il faut connaître les difficultés des étudiants», introduit Mme Ouellette pour expliquer la démarche derrière le portrait que son collègue et elle ont pu dresser des étudiants, tout comme des indicateurs de leur réussite.

Fort taux de participation

La démarche a été entreprise en janvier 2017. Les deux enseignants ont bâti un questionnaire composé d’environ 70 questions qu’ils ont soumis aux élèves par le biais de leur portail étudiant, sur le Web, du 3 au 13 février. «Dès qu’ils se connectaient, ils recevaient une invitation à participer au sondage», résume Mme Ouellette, qui se réjouit du taux de participation.

En effet, sur les 1 779 étudiants inscrits au Cégep à l’automne 2016, 1 543 ont répondu au sondage, pour un taux de 86,73 %. «Nous avons analysé les réponses de 1 202 étudiants, soit près de 68 %. Certains ont été rejetés, entre autres parce qu’ils n’étaient pas inscrits à la session d’automne ou qu’il nous manquait des données, comme la cote R ou la moyenne générale du secondaire», spécifie-t-elle.

Les questions soumises, qui constituaient les indicateurs analysés, allaient du portrait type de l’étudiant à son emploi, en passant par sa situation financière, sa confiance en lui et son niveau de stress, ses études, ses méthodes de travail ainsi que son rapport avec le cégep et ses enseignants.

Un outil pour les enseignants

Pour procéder à l’analyse des résultats, les deux enseignants ont choisi de regrouper les réponses en fonction des différents programmes d’études offerts à Terrebonne. «Pour aider les enseignants à mieux cibler leurs interventions, c’était plus optimal de procéder de cette façon, soutient Mme Ouellette, mais il aurait été intéressant d’analyser les résultats en fonction d’autres indicateurs, comme le sexe des étudiants.»

Un résumé de l’étude a été présenté aux enseignants du Cégep en début d’année. Le duo aurait d’ailleurs reçu plusieurs courriels de la part de ceux-ci, qui disaient avoir ajusté leur plan de travail en fonction des résultats observés.

On confirme qu’un rapport d’étude complet sera publié sous peu, mais on ignore encore si le projet se répétera. «Dans un monde idéal, après avoir mis en place des mesures, il faudrait les réévaluer, mais c’est irréaliste de penser qu’on pourrait faire cet exercice tous les ans», conclut celle qui a été libérée d’une partie de sa tâche durant la dernière session d’hiver pour se consacrer à l’étude.

LISEZ AUSSI : http://www.larevue.qc.ca/actualites_dossier-semaine-dans-tete-cegepiens-n43683.php

26 sept 2017 Academie Ste Therese cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités