-6° Terrebonne, samedi 18 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

DOSSIER DE LA SEMAINE : Dans les coulisses d'une soirée électorale
Raynald Martel a lui aussi de l'expérience comme président de scrutin, mais il compte également beaucoup sur l'aide de son bras droit, Julie Laurin, qui travaille à Mascouche depuis 15 ans. Ils tiennent un modèle d'un bulletin de vote pour le poste de maire et posent devant la carte des districts électoraux. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

DOSSIER DE LA SEMAINE : Dans les coulisses d'une soirée électorale

Jean-Marc Gilbert

Mardi 31 octobre 2017

Le 5 novembre au soir, la majorité des personnes qui s'intéressent à la politique municipale attendront avec impatience les résultats transmis par les différents médias pour savoir qui formera le prochain conseil municipal de leur ville. Pendant ce temps, des centaines de personnes s'activent dans les bureaux de scrutin pour faire connaître l'issue du vote le plus rapidement possible.

Si les districts électoraux sont définis environ un an avant le scrutin, c'est dans le mois précédent le jour du vote que tout se précipite. Aussitôt la période mise en candidature terminée (le 6 octobre cette année), les noms de tous les candidats sont envoyés pour l’impression des bulletins. Les imprimeurs choisis sont de nature confidentielle pour que soit protégée l'intégrité du processus.

Vote par anticipation

Le Trait d'Union a voulu savoir ce qu'il advenait des bulletins de vote une fois ceux-ci déposés dans l'urne, après l'accomplissement de votre devoir de citoyen. Les présidents d'élection de Terrebonne et de Mascouche, Me Denis Bouffard et Me Raynald Martel, qui sont également les greffiers des deux municipalités, ont accepté de répondre à nos questions.

D'abord, ceux qui avaient déjà fait un choix ont pu voter par anticipation le 29 octobre. Les urnes contenant ces votes doivent être transportées en lieu sûr jusqu'au jour officiel de scrutin. «Le contenu est sécurisé et les urnes sont apportées au bureau du président d'élection», explique Raynald Martel, qui vit sa première expérience comme président d'élection à Mascouche, mais a déjà occupé ce poste ailleurs par le passé.

Il compte sur l'aide précieuse de la secrétaire d'élection, Julie Laurin, qui travaille depuis 25 ans dans le monde municipal, dont 15 à Mascouche.

Dépouillement

Le dépouillement du vote par anticipation n’est réalisé que le soir du scrutin officiel. Les bureaux de vote ferment alors à 20 h, mais les municipalités obtiennent parfois l'autorisation d’amorcer le dépouillement du vote par anticipation plus tôt, ce qui explique pourquoi les premiers chiffres sont dévoilés très rapidement.

À 20 h, les portes des bureaux se ferment et les urnes s'ouvrent. Les scrutateurs de chacune des tables comptabilisent les votes, et les relevés de dépouillement sont remplis. Un représentant de chaque candidat peut assister au tout.

«Nous avons des gens à la saisie qui mettent à jour en temps réel les résultats sur le site Web de la Ville. Les citoyens peuvent aussi venir assister en personne au dévoilement des résultats à la bibliothèque de Lachenaie (sur le chemin Saint-Charles)», mentionne Denis Bouffard. Le même exercice se déroulera à Mascouche, à la salle du conseil, voisine de l'hôtel de ville.

Une fois les bulletins comptés, ils sont mis dans des enveloppes scellées et redéposés dans l'urne. Le tout est conservé pendant au moins un an, après quoi les bulletins sont détruits par des firmes spécialisées en déchiquetage, expliquent MM. Bouffard et Martel.

Période de recomptage

Après le scrutin, les candidats disposent de quatre jours pour effectuer une demande de dépouillement judiciaire (souvent nommé «recomptage»), soit jusqu'au 9 novembre cette année. «C'est un juge qui décide s'il y a un motif valable pour effectuer un recomptage», mentionne Denis Bouffard, qui s'est livré à cet exercice en 2013. Robert Brisebois et Claire Messier, tous deux candidats dans le quartier 14, avaient obtenu exactement le même nombre de votes au terme du premier dénombrement. Après le dépouillement judiciaire devant un juge et les avocats des candidats, c'est Mme Messier qui l'avait emporté par une seule voix. Si l'égalité avait persisté, il y aurait eu tirage au sort pour déterminer le vainqueur.

L'assermentation des élus est la dernière étape du processus électoral. Elle doit avoir lieu dans les 30 jours suivant le scrutin (sauf en cas de dépouillement judiciaire).


LISEZ AUSSI : http://www.larevue.qc.ca/actualites_dossier-semaine-elections-une-tres-grande-logistique-n44514.php

30 nov 2017 Pneu 337 cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités