26° Terrebonne, dimanche 19 août 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

DOSSIER DE LA SEMAINE : La différence dans la vie des familles
Carmen Lévesque, assistante périnatale pour le service des relevailles, et Suzy Lampron, directrice générale du Carrefour familial des Moulins. (Photo : Pénélope Clermont)

DOSSIER DE LA SEMAINE : La différence dans la vie des familles

Pénélope Clermont

Mardi 30 janvier 2018

Jouant un rôle inestimable dans le quotidien de près de 70 familles annuellement, les assistantes périnatales offrant le service de relevailles au sein du Carrefour Familial des Moulins se comptent au nombre de quatre. Parmi celles-ci, Carmen Lévesque porte le titre de doyenne.

L’employée est au service des familles moulinoises depuis 20 ans. «Quand je suis arrivée au Carrefour, Carmen a été ma mentore. C’est elle qui m’a appris l’amour des familles», relate Suzy Lampron, directrice générale de l’organisme.

Auparavant, les assistantes périnatales des relevailles étaient appelées des «marraines bénévoles». À l’époque de l’entrée en scène de Carmen, le bénévolat s’est transformé en travail.

«La première fois, je me suis demandé ce que j’allais faire là. On m’a dit : "Fais ce que tu peux!" La maman était fatiguée. Je lui ai dit d’aller se coucher sur le divan, de fermer les yeux et que j’allais m’occuper des quatre enfants. Quand je suis partie, ça a l’air que j’avais aidé!» résume-t-elle simplement.

Preuve que son soutien a été apprécié au fil des ans, elle raconte avoir obtenu deux beaux cadeaux par l’entremise des relevailles : assister à un accouchement et prendre part à la fête de 18 ans des premiers jumeaux dont elle a pris soin.

Des petits gestes appréciés

Les assistantes périnatales effectuent différentes tâches : prendre soin du bébé et des autres enfants, favoriser les apprentissages, aider dans la maison, encourager les parents dans leur rôle parental et les informer des ressources disponibles.

«Je jase beaucoup avec les papas. Des fois, ils se confient. D’autres fois, il faut juste les écouter, mentionne Carmen. J’ai déjà coiffé et maquillé une maman. Quand son mari est arrivé, il l’a emmenée souper. Ils ne se rappelaient pas la dernière fois qu’ils étaient allés au resto en amoureux.»

Un réconfort énorme

Les assistantes périnatales étant formées pour composer avec différentes réalités, les parents ressentent un réconfort énorme auprès d’elles. «Je ne vis pas leur situation 24 heures sur 24. Je peux leur dire de respirer [et prendre la relève]. Ce ne sont pas 3 heures qui vont changer quelque chose, mais ça donne une pause», précise la principale intéressée.

«Il n’y a pas de trop petits ou trop  grands besoins, renchérit Mme Lampron. Les relevailles ne sont pas toujours curatives, elles peuvent être préventives aussi.»

Chose certaine, le dévouement de Carmen, comme celui de ses trois collègues, fait la différence dans la vie des familles. «Quand Carmen entre dans un domicile, je sais que les familles ne voudront qu’elle. Ça devient ses familles et c’est leur Carmen!» conclut la directrice du Carrefour.


LISEZ AUSSI : http://www.larevue.qc.ca/actualites_dossier-semaine-relever-grace-aux-relevailles-n45437.php

18-08-09 au 08-23 Karaté Bernard Lacerte CEL

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités