9° Terrebonne, mardi 25 avril 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
YouTube

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

DOSSIER DE LA SEMAINE: Qu'advient-il de ces animaux errants ou abandonnés?
Le Berger Blanc dit faire ce qu'il peut pour maximiser le taux d'adoption et suggère des comportements à adopter ou à proscrire pour contrer les abandons d'animaux et enrayer des problématiques liées aux animaux errants.

DOSSIER DE LA SEMAINE: Qu'advient-il de ces animaux errants ou abandonnés?

Jean-Marc Gilbert

Mardi 18 octobre 2016

Malgré les multiples campagnes de sensibilisation menées pour réduire le nombre d'animaux errants et mettre un terme aux abandons, il existe, encore, en 2016, des propriétaires d'animaux irresponsables ou insouciants. Différentes organisations existent pour veiller sur ces chiens, ces chats et autres bêtes laissés pour compte, et leur trouver les propriétaires qu'ils méritent.

Dans la MRC Les Moulins, c'est le Berger Blanc qui dessert les villes de Mascouche et de Terrebonne depuis 1991.

Lors du signalement d'un animal errant, l'entreprise de contrôle animalier doit suivre une série de procédures bien définies pour le bien des bêtes. D'abord, les employés vérifient si l'animal a une micropuce ou un collier d'identification et fait des recherches dans le répertoire des déclarations d'animaux perdus.

Si personne ne s'est manifesté au bout de cinq jours, un processus d'évaluation pour l'adoption, impliquant des vétérinaires et des comportementalistes, se met en branle, explique le Berger Blanc.

«Tout animal ayant un bon comportement et une bonne santé sera vacciné, vermifugé, micropucé, généralement stérilisé et placé à l'adoption», explique Pierre Couture, président et directeur général du Berger Blanc.

Maximiser l'adoption pour réduire les euthanasies

Le Berger Blanc dit aussi avoir mis en place différents programmes visant à favoriser l'adoption et ainsi réduire le nombre d'euthanasies pratiquées.

D'abord, il y a l'adoption humanitaire, à un prix minime pour les animaux âgés. Puisque ces animaux nécessitent des soins de santé particuliers, l'entreprise animalière s'assure que les propriétaires auront les moyens d'assurer les soins.

Pour ceux ayant un comportement imprévisible, ils sont transférés dans des refuges en vertu d'un programme d'entente.

Pour les animaux provenant de jeunes portées, certains sont placés en familles d'accueil le temps qu'ils atteignent le poids minimal requis pour l'administration des vaccins, et donc la mise en adoption.

«Ces trois programmes ont réduit drastiquement notre taux d'euthanasie (...). La quasi-totalité des euthanasies que nous effectuons sont celles demandées expressément par le propriétaire de l'animal», indique Pierre Couture, statistiques à l'appui (voir autre texte).

L'euthanasie en dernier recours

Le grand patron du Berger Blanc indique que «la grande majorité» des euthanasies sont effectuées à la demande des propriétaires (comme pour un animal en fin de vie). L'entreprise est aussi appelée à pratiquer des euthanasies pour les animaux démontrant une trop grande agressivité, comme un chien ayant mordu un enfant, par exemple, ou alors dans le cas d'une maladie incurable.

Pour ceux qui se demandent ce que le Berger Blanc a mis en place depuis le reportage-choc diffusé par l'émission «Enquête» de Radio-Canada en 2011, l'entreprise assure avoir revu ses façons de faire. La supervision des opérations a été augmentée par l'ajout de caméras de surveillance dans toutes les pièces.

«Les employés signent un engagement écrit quant à leur obligation de dénoncer toute situation qu’ils pourraient juger anormale et de s’assurer du bien-être des animaux en tout temps, sous peine d’être poursuivis», ajoute M. Couture.

Comportements humains

Si la période des déménagements demeure un moment de l'année où le nombre d'abandons d'animaux est préoccupant, le Berger Blanc souhaite mettre l'accent sur des comportements que la population devrait adopter ou proscrire pour éviter des problématiques récurrentes.

L'entreprise croit que l'adoption en refuge devrait être priorisée, plutôt que l'achat spontané d'un animal de compagnie sur Internet. «Par le processus d'adoption, on s'assure que l'animal soit placé dans une famille appropriée».

Le Berger Blanc demande aux gens de ne pas nourrir les chats errants. En plus de causer «un déséquilibre dans la faune et des inconvénients pour les voisins (...), les chats ainsi nourris se reproduisent à l'extérieur et causent une surpopulation néfaste».

L'entreprise insiste aussi sur le port de la licence et du collier d'identification. En plus de permettre de retracer rapidement le propriétaire de l'animal, évitant ainsi un passage par la fourrière, cela permet également de prévenir le vol d'un animal.


LISEZ AUSSI: http://www.larevue.qc.ca/actualites_dossier-semaine-trois-fois-plus-chats-que-chiens-n39117.php

30 avril Pneu337 continental

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités