16° Terrebonne, jeudi 21 juin 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

DOSSIER DE LA SEMAINE : Trois jeunes accidentés du travail par jour
En moyenne, trois jeunes Lanaudois de 24 ans et moins se blessent tous les jours sur leurs lieux de travail.

DOSSIER DE LA SEMAINE : Trois jeunes accidentés du travail par jour

Gilles Fontaine

Mardi 12 juin 2018

À l’approche de la pause scolaire estivale, de très nombreux jeunes troqueront livres et études pour enfiler leurs «bottes de travail». Près de trois Lanaudois de moins de 24 ans se blessent chaque jour au travail et doivent recevoir une indemnité de la CNESST.

 «À certaines conditions, un employeur peut embaucher un enfant dès l’âge de 14 ans. Cependant, lorsque l’on parle des 24 ans et moins, la très grande majorité des jeunes travailleurs ont au moins 16 ans», précise Chantale Beaudoin, de la Direction régionale de Lanaudière de la CNESST.

Hausse depuis 2015

Depuis 2015, on remarque une croissance du nombre d’accidentés indemnisés dans cette catégorie d’âge dans Lanaudière.

De 828 en 2015, ils sont passés, en 2017, à 916 jeunes ayant reçu une telle indemnité à la suite d’un accident de travail. Il n’existe aucune compilation statistique par tranche d’âge ni par gravité de l’incident ou de la blessure.

«Cette légère augmentation est comparable à ce que l’on voit chez les adultes.

Chez les jeunes, l’inexpérience et l’inattention peuvent jouer un rôle dans certains incidents. De façon générale, les semaines suivant l’embauche sont celles où les travailleurs sont le plus à risque de se blesser. De plus, il est vrai que les jeunes qui obtiennent un premier emploi posent moins de questions, ils sont plus timides. Ils sont contents d’être en emploi et ne sont pas toujours conscients des dangers au travail ou de leurs droits. Et ils ne sont pas différents des adultes. Pour un travailleur, les accidents de travail n’arrivent qu’aux autres. Si nous ajoutons l’inexpérience et la témérité des jeunes, alors les risques sont plus grands», ajoute Mme Beaudoin.

Commerce de détail

En 2017, c’est dans le secteur du commerce de détail que l’on compte le plus d’accidents au travail chez les jeunes. En effet, 341 d’entre eux ont dû être indemnisés. C’est d’ailleurs l’un des secteurs qui comptent le plus d’employés étudiants. Les autres secteurs touchés sont la fabrication et industrie (136) et le secteur de la santé et des services sociaux (107).

À titre de solution, la prévention joue un rôle prépondérant, autant chez les jeunes que chez les employeurs. Les parents et le milieu scolaire, notamment pour les étudiants de la 4e et de la 5e secondaire, sont aussi mis à contribution en prévention, ainsi que certains organismes comme le CJE des Moulins ou encore l’escouade jeunesse de la CNESST (voir autre texte).

La prévention et la sensibilisation sont donc l’affaire de tous. Autant pour la CNESST et son escouade jeunesse que pour le CJE des Moulins, le but est simple : prévenir et réduire les risques d’accident au travail chez les jeunes travailleurs.


LISEZ AUSSI : http://www.larevue.qc.ca/actualites_dossier-semaine-une-escouade-au-service-securite-au-travail-n47330.php

31 dec 2017-2018 Lise Viau cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités