3° Terrebonne, lundi 22 octobre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Les Entreprises Robert Bourgouin nient toute responsabilité
À l’époque, la Municipalité de La Plaine avait déboursé 2 275 000 $ pour l’achat des terrains de Brady Auto Parts. En 1995, le constructeur et promoteur domiciliaire Robert Bourgouin avait acquis la plus grande part du site pour 900 000 $ pour son projet domiciliaire de près de 300 maisons, un investissement total alors évalué à 21 M$. Sur la photo, l’ancien maire de La Plaine Daniel Bélec, Robert Bourgouin et l’ancien député Yves Blais lors du lancement du projet domiciliaire à voir le jour sur le site. (Photo : archives)

Les Entreprises Robert Bourgouin nient toute responsabilité

Jean-Marc Gilbert

Mercredi 24 janvier 2018

SITE BRADY

Selon Les Entreprises Robert Bourgouin, «si la présence de contaminants au-delà des normes réglementaires applicables était prouvée [dans le dossier de débris de voitures sur l'ancien site de Pièces d'autos Brady], la Ville de Terrebonne doit en être tenue entièrement responsable».

Dans un acte d'intervention forcée pour appel en garantie déposé à la fin de décembre, l'avocat représentant Les Entreprises Robert Bourgouin dans la poursuite judiciaire pour vices cachés opposant 88 propriétaires plainois à l'entreprise et à la Ville de Terrebonne, prétend que son client «s'est en tout temps comporté de façon prudente et diligente préalablement à l'acquisition des terrains» ayant mené au développement résidentiel de ce secteur.

Le document judiciaire d'une quinzaine de pages rappelle d'abord toutes les phases de décontamination réalisées sur le site, pendant plus d'une décennie, après que l'ancienne Ville de La Plaine eut procédé à son acquisition en 1994.

L'avocat des Entreprises Robert Bourgouin souligne que son client «n'aurait jamais procédé à l'acquisition de terrains faisant partie du site Brady, ni accepté d'y réaliser un développement domiciliaire, n'eut été de la démonstration de la conformité environnementale des terrains (...) et la possibilité de les affecter à un usage résidentiel sans nécessité de travaux de réhabilitation additionnels».

En résumé, Les Entreprises Robert Bourgouin demandent au tribunal de condamner la Ville de Terrebonne à indemniser l'entreprise «de toute condamnation pouvant être prononcée contre elle dans le cadre de la demande principale», incluant les frais de justice et d'expertises.

Terrebonne ne commente pas

Appelée à commenter la requête, la Ville de Terrebonne n'a pas voulu commenter «dans le souci de ne pas entraver le processus judiciaire». Même réponse du côté du cabinet du maire, où l'on réitère le désir «de soutenir les citoyens dans ce dossier».

Alain Brisebois, un porte-parole du regroupement de propriétaires touchés, se dit quant à lui «pas très satisfait de la tournure que prend le dossier depuis quelques mois» et déçu de voir l'appel en garantie déposé par Les Entreprises Robert Bourgouin.

Rappelons que toute cette saga tire son origine d'une découverte faite par un résident de la rue des Bernaches, en juin 2016. En voulant effectuer des travaux dans sa cour arrière, il a découvert plusieurs pneus et d’autres débris de voiture enfouis sous son terrain. Par la suite, des résidents des rues des Bouvreuils et de la Berge se sont également manifestés.

10 janvier 2018 - Brisson (cellulaire)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités