17° Terrebonne, samedi 22 juillet 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

L’environnement au cœur des préoccupations
Mathieu Lemay, député de Masson, est aussi porte-parole de la seconde opposition en matière d’environnement.

L’environnement au cœur des préoccupations

Véronick

Talbot

redaction@larevue.qc.ca

Mardi 21 juin 2016

Chapeautant le dossier de l’environnement, du développement durable, de la faune et des parcs au sein de la CAQ depuis septembre, le député de Masson, Mathieu Lemay, ne chôme pas.

Plusieurs grands dossiers environnementaux ont effectivement été à l’ordre du jour au cours des derniers mois, dont le projet de loi 104 visant l’augmentation du nombre de véhicules automobiles zéro émission au Québec afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et autres polluants.

«Nous avons lu tous les articles et fait une proposition au caucus, laquelle a été acceptée. L’information n’a pas encore été rendue publique, mais pour le principe de ce projet de loi, nous sommes convoqués en commission parlementaire du 16 au 18 août.»

C’est aussi cet automne que devrait être étudiée la réforme de la loi sur la qualité de l’environnement. En d’autres mots, les prochains mois risquent de demeurer chargés pour Mathieu Lemay.

Des gens innovants qu’il faut aider

Néanmoins, il admet adorer ce dossier. «Mais je me rends compte que le gouvernement est trop souvent lent à agir. C’est comme s’il ne savait pas sur quel pied danser. Par exemple, c’est au Québec qu’a été inventée l’hydrolienne, une turbine qu’on installe dans une rivière et qui permet de générer assez d’électricité pour alimenter quelques chalets. On pourrait faire un banc d’essai dans les parcs de la SÉPAQ. C’est un concept assez simple, mais ça a bloqué du côté de Québec, qui trouvait qu’il y avait beaucoup trop de choses à étudier et à analyser pour aller de l’avant avec le projet. Des histoires comme celle-là, je pourrais en raconter plusieurs. Plus près de ma circonscription, il y a entre autres Tricentris, à Lachenaie, qui a développé la technologie VERROX afin d’intégrer du verre recyclé dans nos routes. Mais encore une fois, ça tarde du côté du ministère des Transports, qui ne veut pas l’autoriser. C’est dommage, parce qu’on réutiliserait le verre plutôt que de l’enfouir, et on réduirait les émissions de gaz à effet de serre en n’ayant pas besoin de créer d’autres matériaux à base de pétrole.»

Il ajoute : «Il faudrait qu’on soit capable de mieux encadrer pour mieux permettre. On ne veut pas que les gens soient illégaux, mais il faut faire de la place pour ces personnes qui innovent en matière d’environnement, d’autant plus qu’ils peuvent nous aider à atteindre nos objectifs en matière de diminution des émissions des gaz à effet de serre.»

Relocalisation de l’aéroport

Localement, le député a aussi été bien occupé, notamment avec le dossier de relocalisation de l’aéroport de Mascouche. «Le projet tel que présenté actuellement ne respecte pas le schéma d’aménagement ni le couvert forestier. Les promoteurs se fient sur la législation fédérale en se disant qu’ils n’ont pas besoin de demander la permission aux acteurs locaux et provinciaux. En plus, ils ont fait une consultation publique et invité les gens à envoyer leurs commentaires, mais ils m’ont carrément dit qu’ils n’avaient pas d’intérêt à leur répondre. À mes yeux, ce n’est pas un processus de bonne foi.»

Il continue également de suivre le dossier de l’oléoduc Énergie Est.

Cet été, en plus d’être présent sur le terrain, Mathieu Lemay fera un séjour à Chicago pour assister à une conférence sur les dossiers énergétiques.

Il a également plusieurs rendez-vous avec des entrepreneurs, à la suite de la conférence qu’il a présentée avec Écotech Québec en mai, afin de connaître leurs innovations et de mieux comprendre les enjeux auxquels ils font face.

1 an Vitrerie Gascon Cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités