0° Terrebonne, dimanche 26 mars 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
Le Trait d'Union

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Fil RSS

Éviter de se faire piéger
Au cours des derniers mois, à Terrebonne, les enquêteurs ont été saisis d’une dizaine de cas de fraude sur des pompes à essence. Les fraudeurs installent un dispositif par-dessus la fente dans laquelle vous glissez votre carte pour payer. Le dispositif enregistre le numéro de votre carte et une mini caméra vous filme en train de composer votre NIP.

Éviter de se faire piéger

Jean-Marc Gilbert

media@larevue.qc.ca

Mardi 14 mars 2017

Puisque les bandits rivalisent toujours d’ingéniosité pour vous soutirer de l’argent ou s’emparer de votre identité, les policiers et différentes organisations profitent de mars, le mois de la prévention de la fraude, pour mettre en garde la population contre les fraudes les plus répandues. Ils vous donnent également des conseils pour ne pas devenir une victime.

Encore cette année, les autorités constatent que les fraudes informatiques sont toujours en plein essor.

«L’accessibilité et l’omniprésence de l’utilisation du Web dans nos vies permettent une porte d’entrée facile aux fraudeurs», affirme la Sûreté du Québec (SQ), dans un communiqué.

«En 2016 seulement, les arnaques en ligne ont suscité plus de 20 000 plaintes et causé au-delà de 40 M$ de pertes pour les Canadiens», révèle pour sa part le Bureau de la concurrence du Canada.

Fraudes amoureuses et «grands-parents»

«Les arnaques de type “grands-parents” et les fraudes amoureuses sont encore très en vogue», indique Benoît Bilodeau, capitaine aux affaires publiques du Service de police de Terrebonne. Dans le premier cas, vous recevez un message ou un appel de quelqu’un qui se fait passer pour un petit-fils ou un neveu et qui demande de l’argent pour se sortir d’une fâcheuse situation.

Les forces de l’ordre suggèrent à la population de poser des questions précises à l’interlocuteur auxquelles seul un véritable proche aura les réponses, et surtout, de valider l’information avec un autre membre de la famille.

Dans les cas de fraude amoureuse, après des semaines d’échanges avec une autre personne, cette dernière vous dira que si vous lui envoyez de l’argent, elle pourra venir vous visiter. Vous risquez fort bien de ne revoir ni la personne ni l’argent.

Candeur

Pourquoi des gens continuent-ils de se faire prendre malgré les campagnes de sensibilisation qui sont menées?

«Les gens font confiance facilement. Quelqu’un qui n’a jamais été victime aura tendance à penser que l’autre ne peut pas être malhonnête, affirme M. Bilodeau. Et les cas dont on entend parler ne seraient que la pointe de l’iceberg.

«Il y a aussi l’orgueil. Les gens ont honte de s’être fait prendre. Lorsqu’il s’agit d’une fraude de quelques centaines de dollars, souvent, on ne porte pas plainte. Il est difficile de chiffrer combien de personnes se font piéger.»

Autres arnaques fréquentes

De nouveaux types de fraudes sévissent depuis peu.

Une entreprise s’identifiant sous Inverness Investment propose à un candidat, en échange d’un salaire alléchant, de recevoir d’importantes sommes d’argent à réacheminer ailleurs, sous forme de transferts bancaires. Cette nouvelle fraude gagne du terrain au Québec, dont à Terrebonne, où deux cas ont été rapportés récemment.

Au cours des derniers mois, toujours à Terrebonne, les enquêteurs ont été saisis d’une dizaine de cas de fraude sur des pompes à essence.

Les fraudeurs installent un dispositif par-dessus la fente dans laquelle vous glissez votre carte pour payer. Le dispositif enregistre le numéro de votre carte et une mini caméra vous filme en train de composer votre NIP. Il est alors facile pour les malfaiteurs de récupérer les informations nécessaires pour vous frauder. «Le dispositif installé sur le lecteur n’est pas solidement fixé. En cas de doute, vous n’avez qu’à secouer l’endroit où se trouve la fente. Si un dispositif tombe, signalez-nous la situation», suggère Benoît Bilodeau.

Des centaines d’appels par année

Toujours à Terrebonne, un total 343 cartes d’appel ont été ouvertes concernant de possibles cas de fraudes en 2016, soit 61 pour supposition de personne, 109 pour fraude par chèque, carte de guichet ou carte de crédit, 34 pour fraude par ordinateur, et 14 pour vol d’identité. Près de 125 cas ont été classés dans «autres fraudes», précise M. Bilodeau. Il s’agit d’une hausse d’environ 40 dossiers par rapport à 2015.

Du côté du Service de police de Mascouche, on ne signale aucun type de fraude récurrente au cours des derniers mois, selon le capitaine Michel Gaudreau.

Prudence avec vos déclarations de revenus

Avec la saison des impôts qui bat son plein, la SQ signale deux types de fraudes liées à l’Agence du Revenu du Canada (ARC).

Dans le premier cas, un fraudeur qui se fait passer pour un agent de l’ARC explique à sa proie qu’elle doit payer une dette envers l’ARC rapidement pour éviter de se faire arrêter. Après avoir fixé un montant, l’arnaqueur demande à la victime d’aller porter l’argent dans un bureau de change de la région ou par le biais de cartes de crédit prépayées.

Dans l’autre stratagème, le fraudeur fonctionne par courriel en indiquant à une personne qu’elle a droit à un remboursement d’impôts. Pour toucher la somme, elle doit mettre à jour son dossier fiscal, et ainsi, fournir des renseignements personnels, ce qui met la victime à risque de vol d’identité.

La SQ rappelle que «l’ARC ne demande jamais de fournir des renseignements personnels par courriel».

À l’échelle canadienne, le Bureau de la concurrence estimait récemment que, de janvier 2014 à décembre 2016, les Canadiens ont perdu plus de 290 M$ aux mains des fraudeurs.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités