19° Terrebonne, dimanche 20 août 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Les maires de la région durcissent le ton
Philippe Lescan, attaché du député de Montcalm, Luc Thériault, Mathieu Lemay, député de Masson, Guillaume Tremblay, maire de Mascouche, Guy Charbonneau, maire de Sainte-Anne-des-Plaines, le maire de Terrebonne, Stéphane Berthe, le maire de Saint-Lin-Laurentides, Patrick Massé, le député fédéral de Terrebonne, Michel Boudrias, le député provincial de Terrebonne, Mathieu Traversy et Marc-Olivier Leblanc, attaché du député de Mirabel, Simon Marcil, ont tous uni leurs voix pour réclamer l'élargissement de la route 337. Alain Brisebois, à l'arrière, s'est invité sur la photo pour réclamer que le maire Stéphane Berthe accepte de le rencontrer pour discuter de la problématique des débris de voitures qui affecte des dizaines de Plainois. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Les maires de la région durcissent le ton

Jean-Marc Gilbert

Vendredi 11 août 2017

ÉLARGISSEMENT DE LA ROUTE 337

Excédés d'attendre depuis près de 10 ans pour l'élargissement de la route 337 dans le secteur de La Plaine, les maires de Terrebonne, de Mascouche, de Sainte-Anne-des-Plaines et de Saint-Lin-Laurentides unissent leur voix et réclament «un engagement clair» du ministre des Transports, Laurent Lessard, dans ce dossier.

Réunis en conférence de presse, le 10 août, les maires ainsi que les députés de la région revendiquaient tous la même chose: que l'élargissement de cette route sur laquelle circulent près de 40 000 véhicules tous les jours soit priorisé par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET). «Nous voulons un engagement clair et un échéancier précis. Nos citoyens attendent depuis près de 10 ans. Il est temps que Laurent Lessard et le ministère agissent pour améliorer la fluidité de la circulation», a lancé le maire de Terrebonne, Stéphane Berthe, d'un ton ferme.

«Les dernières réponses que nous avons eues du ministère étaient évasives. Je crois que c'est le bon timing pour réclamer des réponses pour que nous puissions offrir des réponses à nos citoyens cet automne», a ajouté M. Berthe, en marge de la conférence de presse.

Des répercussions ailleurs

Son homologue de Mascouche, Guillaume Tremblay, abondait dans le même sens. «De nombreux Plainois empruntent le chemin Sainte-Marie à Mascouche pour éviter la 337. C'est un enjeu qui touche toute la région», avance-t-il.

Le maire de Sainte-Anne-des-Plaines, Guy Charbonneau, et celui de Saint-Lin-Laurentides, Patrick Massé, ont aussi pris la parole pour dire que la congestion sur la 337 occasionne également des enjeux de fluidité de circulation sur leurs territoires respectifs.

Mathieu Lemay, député de Masson, a quant à lui rappelé qu'une pétition de 2 000 noms avait été déposée à l'Assemblée nationale au printemps, mais qu'aucune suite n'y avait été donnée. «Tout ce que nous avons, c'est du verbal, dans des rencontres privées. On parle d'une possible réalisation en 2020. Les libéraux ont oublié la région de Lanaudière», dénonce le député caquiste.

«Toujours d'actualité», répond le ministère

Du côté du ministère, la porte-parole Sarah Bensadoun précise que l'élargissement de cette route provinciale entre les rues Rodrigue et Philippe-Chartrand figure toujours dans les plans, mais que le tracé initialement prévu a changé.

«Nous sommes conscients que ce sont des travaux très attendus, mais nous avons eu certaines contraintes techniques lors du processus d'acquisition des terrains. Cela a entraîné une hausse des coûts et nous a forcés à revoir la conception», explique-t-elle.

Ces contraintes concernent la présence d'un «réservoir d'essence d'une station-service qui ne respecte pas la distance réglementaire par rapport à l'emprise routière», comme le directeur de l'inventaire et du plan métropolitain du MTMDET, Daniel Daunais, l'avait expliqué à La Revue en mai 2016.

Mme Bensadoun n'était pas en mesure donner d'échéancier précis quant à la réalisation des travaux.

Élus non invités

Le stationnement dans lequel se tenait la conférence de presse sur l'élargissement de la route 337 a été le théâtre d'un prélude de ce que nous réserve la prochaine campagne électorale municipale. Des conseillers, des candidats et des citoyens se sont invités à la conférence, qui a pris des allures d'affrontement par moments.

D'abord, la conseillère du quartier 1, Brigitte Villeneuve, était furieuse de ne pas avoir été invitée à cette conférence, organisée par la Ville de Terrebonne, au sujet d'un enjeu touchant directement les citoyens de son quartier. Elle en a été informée à la dernière minute par une citoyenne, dit-elle.

«Encore une fois, certains conseillers ont été ignorés, déplore la représentante de l'Alliance démocratique de Terrebonne (ADT). Ça fait tellement longtemps qu'on brasse ce dossier! De plus, il faudrait que l'élargissement se fasse minimalement jusqu'à la montée Major, voire jusqu'au village.»

Plusieurs élus de cette formation politique et candidats indépendants du secteur de La Plaine ont dénoncé la façon de faire de la Ville, précisant qu'ils auraient dû être invités pour une conférence concernant un enjeu aussi majeur que celui de l'élargissement de la 337.

Le maire Berthe a répliqué que l'invitation était destinée aux maires et députés.

Des «propriétaires solidaires» sur place

Des propriétaires des rues des Bernaches et des Bouvreuils étaient aussi présents. Rappelons que ces citoyens trouvent depuis plus d'un an de nombreux débris de voitures enfouis sous leurs terrains aménagés sur le site d’un ancien commerce de pièces d'autos usagées.

Le porte-parole du regroupement, Alain Brisebois, a interpellé le maire à la fin du point de presse pour réclamer que ses voisins et lui cessent «d'être pris en otage» par la Ville dans ce dossier judiciarisé.

M. Brisebois s'est aussi assuré de se faire bien visible pendant la prise de photo officielle, en brandissant au-dessus de la tête des élus une bannière du groupe baptisé «Propriétaires solidaires».

Il a ensuite été au centre d'une prise de bec avec un photographe de la Ville.

M. Brisebois a ensuite confié à La Revue qu'il a l'intention de profiter des prochaines sorties publiques du maire Berthe pour mettre de la pression pendant la campagne électorale.

22 aout 2017 Ecole Routier cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités