-14° Terrebonne, dimanche 17 décembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Le propriétaire du Boisé poursuit pour 130 000 $
Le Golf Le Boisé a cessé ses activités en mars 2016. (Photo: archives)

Le propriétaire du Boisé poursuit pour 130 000 $

Jean-Marc Gilbert

Mercredi 29 novembre 2017

PROPOS DIFFAMATOIRES

Eric Vandal, le propriétaire du Club de golf Le Boisé réclame conjointement à la Ville de Terrebonne à l'ex-maire Stéphane Berthe, au directeur général Daniel Sauriol et au directeur de l'urbanisme durable, Michel Larue une somme de 130 000 $ pour des propos qu'il juge diffamatoires.

Dans une demande introductive d'instance déposée en Cour Supérieure le 17 octobre, le propriétaire de la société Les Immeubles des Moulins, qui exploite le site du golf Le Boisé, rappelle d'abord la situation dans laquelle il se trouve avec la Ville, depuis que golf a cessé d'être ouvert au public, en mars 2016.

Outre l'imposition d'une réserve foncière sur le terrain, qui est d'ailleurs contestée par M. Vandal et l'émission de constats d'infraction pour la hauteur des herbes, auxquels le propriétaire du site s'oppose également, Eric Vandal accuse messieurs Berthe, Sauriol et Larue d'avoir tenu des propos diffamatoires à son endroit lors de la séance du conseil municipal du 14 août.

Préjudice à la réputation

Lors de cette séance, en réponse à des questions de citoyens concernant le dossier du golf, M. Berthe a affirmé qu'il n'y avait «aucune bonne foi de la part du propriétaire du site» dans le cadre des litiges l'opposant à la Ville.

M. Sauriol en a rajouté en affirmant, quelques secondes plus tard, que «on [la Ville] fait affaire, des fois, avec des propriétaires qui sont de plus ou moins bonne volonté» et que c'était le cas dans le présent dossier.

Finalement, le demandeur accuse Michel Larue d'avoir «faussement affirmé», lors de la même séance, que le propriétaire du Boisé s'était engagé à couper l'herbe sur l'intégralité du terrain dans un délai de 15 jours.

«Les défendeurs Berthe, Sauriol et Laurie ont utilisé des propos qu'ils savaient ou auraient dû savoir faux, portant ainsi atteinte de façon importante à l'intégrité et à la réputation du demandeur», peut-on lire dans le document déposé à la Cour. Il réclame donc solidairement aux quatre défendeurs une somme de 100 000 $ en dommages et intérêts et de 30 000 $ à titre de dommages punitifs.

Ni la Ville de Terrebonne ni le propriétaire du Golf n'ont voulu commenter le dossier pour ne pas nuire au processus judiciaire.

25 mai 2018 Implantologie cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités