-1° Terrebonne, mercredi 22 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Terrebonne s’engage pour 450 000 $ au profit de l’organisme
Dans les années déficitaires, la direction générale de l’époque a cédé, en 2013, la propriété qui abrite actuellement les Œuvres de Galilée sur la rue Saint-Pierre pour que l’organisme en devienne locataire.

Terrebonne s’engage pour 450 000 $ au profit de l’organisme

Gilles

Fontaine

presse@larevue.qc.ca

Mardi 10 octobre 2017

Le 2 octobre, le conseil municipal de Terrebonne a adopté deux résolutions, l’une visant une entente avec les Œuvres de Galilée en vue de l’achat d’un immeuble et l’autre confirmant l’acte de cautionnement de la Ville, ce qui représente un engagement de plus de 450 000 $. Pourtant, en mars 2017, l’adoption à l’unanimité d’une résolution octroyant une subvention à l’organisme en raison d’une insuffisance de liquidités avait suscité des questions sur sa gestion financière.

Nous avons appris qu’entre les années 2008 et 2014, l’organisme a accumulé une perte d’exploitation de 142 572 $. Si Galilée n’avait pas réalisé un profit sur la disposition d’un actif (la vente de son immeuble), les pertes auraient été de plus de 200 000 $. L’organisme était à l’époque dirigé par Danyelle Dubé. Elle en aura été la directrice générale de 2001 jusqu’à son départ en mai 2015.

Déficit croissant

Nous avons pu mettre la main sur les états financiers de Galilée de 2007 à 2016. Les pertes s’expliquent en partie par une diminution des revenus sans ajustement des dépenses. Les revenus de Galilée provenaient de la gestion de la fourrière municipale, qui rapportait une moyenne annuelle de 65 000 $ depuis 2004, de la vente de meubles et de subventions de différents organismes caritatifs ou entreprises. Dans les années déficitaires, la direction générale de l’époque a cédé, en 2013, la propriété qui abrite actuellement les Œuvres de Galilée sur la rue Saint-Pierre pour que l’organisme en devienne locataire. L’année 2014 aura été catastrophique avec un déficit de plus de 80 000 $.

Nouvelle direction

En 2015, Galilée a pris un nouveau départ avec un conseil d’administration renouvelé et une nouvelle directrice générale, Marie-Ève Plante, qui s’est vu confier le mandat de revoir la structure et la gestion de l’organisme après des années financières difficiles.

En 2016, l’organisme a réalisé un profit de 4 000 $. Cette année-là, Galilée a reçu plus de 100 000 $ en subvention de la Ville de Terrebonne et parce qu’il a atteint ce nouveau palier, ses rapports financiers audités ont dû être examinés par la vérificatrice générale, comme c’est le cas pour tous les organismes recevant des subventions supérieures à 100 000 $. D’ailleurs, la vérificatrice a alors recommandé que les rapports financiers de ces organismes soient aussi remis au conseil municipal. Actuellement, ils sont remis à la Direction générale de la Ville, sauf dans quelques cas d’exception pour lesquels il existe des ententes précises.

La résolution adoptée à l’unanimité le 2 octobre, qui permettra à Galilée de se porter acquéreur d’un immeuble à Terrebonne (la salle de réception L’Amicale), consiste en un engagement de plus de 450 000 $ de la Ville envers l’organisme, soit un cautionnement ne dépassant pas 345 000 $ et un versement de 124 000 $ pour sa relocalisation. Payant actuellement plus de 50 000 $ par année en hypothèque, Galilée devrait dès lors revenir à un montant mensuel avoisinant les 1 000 $, comme c’était le cas lorsque l’organisme était propriétaire de l’immeuble qu’il loue présentement et dont le bail de location prend fin en avril 2018.

Contrôle plus strict

«Depuis la mise en vigueur du Programme de soutien aux organismes d’aide aux personnes démunies, en 2013, les règles ont changé pour nos quatre comités d’aide aux citoyens, dont Galilée fait partie, assure Stéphan Turcotte, directeur général adjoint par intérim et directeur du Service des loisirs et de la vie communautaire de la Ville de Terrebonne. Les obligations sont plus strictes pour les organismes visés.»

«Quant à l’achat projeté par la Ville de Terrebonne, poursuit-il, notre engagement est limité et nous en deviendrons propriétaires dans 15 ans. À compter de 2019, nous réaliserons une économie de 20 000 $ par année relativement à la subvention que nous versons actuellement à l’organisme, en plus d’avoir un actif. Entre-temps, la Ville devra consentir pour tout acte à intervenir relativement à l’immeuble», a-t-il conclu.

Il est à noter que tous les états financiers nous ont été remis par Galilée, une demande d’accès à l’information nous ayant été refusée par la Ville de Terrebonne, celle-ci alléguant qu’ils émanaient d’un tiers.

17 decembre 2017 Sports Expert cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités