13° Terrebonne, samedi 20 octobre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Terrebonne présente sa nouvelle unité mobile
Six policiers et un superviseur composent cette nouvelle équipe, qui est officiellement entrée en fonction le 3 juin et qui poursuivra ses activités jusqu’au 20 octobre. (Photo : courtoisie)

Terrebonne présente sa nouvelle unité mobile

Véronick

Talbot

redaction@larevue.qc.ca

Mardi 12 juin 2018

Le Service de police intermunicipal de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion a annoncé la création d’une nouvelle unité mobile d’intervention (UMI), qui viendra dès cet été remplacer sa patrouille à vélo ainsi que ses escouades dédiées aux projets Quiétude et CHUT. L’objectif : avoir une équipe plus polyvalente, accroître davantage sa présence sur le territoire et ainsi renforcer l’application des différentes règlementations en vigueur sur le réseau.

C’est ce qu’a annoncé le corps de police par voie de communiqué. Au total, six policiers et un superviseur composeront cette nouvelle équipe, qui est officiellement entrée en fonction le 3 juin et qui poursuivra ses activités jusqu’au 20 octobre. Ces agents seront présents sur le territoire de jour comme de soir, sept jours par semaine. «La création de cette nouvelle UMI non seulement nous fera économiser des ressources, en ayant une seule équipe sur le territoire plutôt que trois, mais nous permettra également d’assurer une présence accrue sur de plus grandes plages horaires», souligne Benoît Bilodeau, capitaine aux affaires publiques.

En effet, alors que les activités de l’escouade à vélo et du projet Quiétude s’échelonnaient traditionnellement de la mi-juin à la fin du mois de septembre, le projet CHUT n’était en activité que 21 jours par année, aux mois de mai et de juin. Également, si quatre agents étaient auparavant dédiés à chacune de ces trois escouades, pour un total de 12 policiers sur le terrain, le contexte des vacances estivales faisait en sorte qu’ils étaient parfois moins à être en fonction sur le territoire par rapport aux objectifs fixés, admet le capitaine Bilodeau. Avec l’UMI, tout a été pensé de sorte qu’il y ait continuellement un minimum de policiers sur le terrain. «Enfin, il arrivait souvent que les mandats de ces escouades se recoupent. Du coup, nous tentons cette nouvelle approche avec une équipe plus nombreuse et polyvalente, afin d’assurer le plus efficacement possible l’application rigoureuse des diverses règlementations en vigueur, et de mieux répondre aux problématiques soulevées dans certains secteurs.»

Légalisation du cannabis

Formés au cours des dernières semaines, notamment en matière de silencieux, de vitres teintées et d’usage de vélos dans des situations de poursuite ou de contrôle de foule, par exemple, les agents de l’unité mobile assureront des présences préventives et répressives dans les parcs et espaces publics, dans les zones scolaires, sur le réseau cyclable et lors d’événements spéciaux. Ils pourraient être appelés à utiliser leurs vélos, mais aussi des véhicules banalisés. Si les agents du projet Quiétude étaient habillés en civil, tous seront maintenant identifiables, puisqu’ils porteront l’uniforme.

«La création de cette unité se veut une réponse que le Service de police juge essentielle à l’accomplissement de sa mission, qui consiste à assurer le calme, la quiétude et la tranquillité sur notre territoire. Cela s’avère également une réponse que nous estimons adéquate avec la légalisation prochaine du cannabis.» À cet égard, le corps policier ne ferme pas la porte à une augmentation de ses ressources dès l’an prochain, si nécessaire. «Si nous constatons que la problématique est plus importante qu’estimée, nous pourrions bonifier l’unité avec plus d’agents», confirme M. Bilodeau.

533 constats en 2017

Rappelons que l’an dernier, le projet Quiétude avait permis 102 arrestations pour stupéfiants, la saisie de 11 793 $ en drogues et en argent, et l’émission de 17 constats d’infraction, même si l’escouade avait effectué deux fois moins de visites que l’année précédente (1 395 visites comparativement à 3 047 en 2016).

De son côté, le projet CHUT s’était soldé par la remise de 491 constats, dont 302 pour silencieux bruyants.

Quant à la patrouille à vélo, elle avait remis 25 constats lors de 1 841 visites, pour un total de plus de 3 000 km parcourus.

La Revue en 5 minutes CEL

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités