5° Terrebonne, mardi 16 octobre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Timothée et Emy deviennent policiers d’un jour
Emy et Timothée Riopel alors qu’ils entamaient leur expérience de policiers d’un jour. (Photo : Pénélope Clermont)

Timothée et Emy deviennent policiers d’un jour

Pénélope Clermont

Mercredi 22 novembre 2017

Deux jeunes Mascouchois ont eu la chance de vivre une expérience hors du commun le 24 octobre. Timothée et Emy Riopel, qui n’ont aucun lien de parenté, sont en effet devenus policiers d’un jour.

C’est par l’entremise d’un concours lancé par la Ville de Mascouche dans les écoles que les deux chanceux ont pu passer quelques heures en compagnie de policiers de Mascouche, découvrant ainsi les réalités du métier.

Timothée et Emy, élèves de 5e année respectivement à l’école Aux 4 Vents et à l’école La Mennais, ont été sélectionnés après avoir fait parvenir une vidéo expliquant les raisons pour lesquelles ils souhaitaient devenir des policiers d’un jour. Une quarantaine d’élèves ont participé au concours.

Membre d’une famille de cinq enfants, Timothée a notamment enregistré une séquence dans laquelle il faisait la circulation pour permettre à chacun de se déplacer de façon sécuritaire dans la maison.

Une journée bien remplie

Au matin du 24 octobre, La Revue est allée à la rencontre des deux jeunes policiers, alors qu’ils entamaient leur journée dans l’uniforme sur mesure qui leur avait été fourni. Ils venaient de visiter le nouveau poste de police de Mascouche et se prêtaient à une séance en règle de photographie et de vidéo.

«Je veux être policière parce que j’aime aider les gens», a dévoilé Emy, alors que Timothée confirmait aussi son désir de pratiquer ce métier plus tard. «J’ai hâte de faire la tournée de police en auto», a-t-il ajouté. Une grosse journée les attendait.

Aux côtés de la policière jeunesse Dominique Robert, ils ont pu prendre part à deux scénarios. «On va leur faire intercepter un véhicule, en plus de répondre à un appel pour un graffiti au parc Gérard-Pesant», a expliqué Mme Robert, alors que les deux jeunes n’en savaient encore rien. Une expérience qu’ils auront beaucoup appréciée au final.

Intégrer la réalité du métier

C’est entre autres pour mettre de l’avant un service de police humain et accessible que la Ville de Mascouche a créé cette initiative, comme l’a souligné le maire Guillaume Tremblay ce même matin. Devant la réussite du projet et l’appréciation des deux policiers d’un jour, on a confirmé le retour du concours l’an prochain.

«Je travaille dans les écoles et les jeunes ont souvent des questions sur le métier de policier. Ça leur donne la chance de voir de l’intérieur tout ce qu’on fait. S’ils aiment ça, ça peut confirmer leur désir de devenir policier et leur donner un objectif à atteindre», a conclu la policière jeunesse.

29 janvier 2018 - Floréa (cell)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités