9° Terrebonne, mardi 25 septembre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Vieux-Terrebonne : toujours des problèmes de circulation
Un mince aperçu de la circulation tous les matins de semaine, à partir du balcon de Pierre L’Heureux. (Photo : courtoisie)

Vieux-Terrebonne : toujours des problèmes de circulation

Jean-Marc Gilbert

media@larevue.qc.ca

Mardi 11 septembre 2018

Bouchons de circulation à l’heure de pointe du matin, «courses folles» et arrêts obligatoires non respectés pendant la journée, des Terrebonniens qui habitent à l’est de la rue Chapleau se plaignent d’habiter dans un quartier tout sauf paisible et déplorent que la Ville de Terrebonne ne fasse rien pour remédier à la situation.

Moins d’un an après que des citoyens habitant à l’angle des rues Saint-Jean-Baptiste et Chartrand eurent rapporté dans nos pages un manque de sécurité, d’autres qui résident une rue plus à l’ouest nous contactent pour des raisons similaires. Pierre L’Heureux constate avec désarroi que son quartier est devenu une «voie de contournement» pour ceux qui veulent court-circuiter le bouchon de l’autoroute 25 et emprunter le pont Sophie-Masson pour traverser vers Laval.

«À partir de 5 h le matin, c’est bloqué. J’ai estimé à environ 800 le nombre de voitures qui attendent à la queue leu leu les matins de semaine. Ça va presque plus vite de traverser le pont à pied», ironise-t-il. En plus des voitures, il y a également des poids lourds, indique M. L’Heureux. «Parfois, il y a une quinzaine de camions alignés qui veulent aller prendre le pont.» Les seuls moments de répit sont pendant les vacances d’été ou lorsqu’un train passe sur la rue Saint-Louis.

En dehors de la période de pointe du matin, le quartier est une «piste de course», mentionnent des résidents qui dénoncent l’absence de mesures de modération de vitesse comme des saillies de trottoirs ou des coussins berlinois (semblable à des dos d’âne allongés). Les arrêts obligatoires? Ils ne sont que rarement respectés, selon M. L’Heureux. «Est-ce qu’on attend un accident? Qu’un enfant se fasse tuer avant d’agir?»

Son voisin, Emmanuel Lavigne, père de deux enfants, est du même avis. «Il n’est pas question que mon fils de 5 ans joue autour de la maison. C’est dans la cour absolument. On se demande ce qui est le plus incommodant : le trafic du matin ou la vitesse de l’après-midi?»

M. L’Heureux mentionne, courriels à l’appui, avoir communiqué avec son conseiller municipal, des représentants de la Ville et du Service de police. Parfois, on lui répondait, parfois non, mais rien ne changeait vraiment, a-t-il constaté. M. Lavigne et lui ont songé à démarrer une pétition, mais sont persuadés qu’une telle initiative n’aurait aucun résultat.

Sylvie et Alain Tousignant habitent le quartier depuis plus de 10 ans. «Ce n’est pas un quartier commercial du tout, mais une foule de camions qui desservent des commerces passent ici. On a même de la difficulté à sortir de l’entrée le matin pour s’engager sur Saint-Jean-Baptiste.»

Études en cours

Du côté de la Ville, on assure que les préoccupations des citoyens qui se sont plaints à plusieurs reprises sont prises au sérieux. Le 29 août, le comité exécutif a approuvé la suggestion du comité de circulation de mandater une firme pour réaliser une étude de circulation et du stationnement dans le Vieux-Terrebonne. «Dès septembre, une compilation des relevés de comptage de ce secteur sera effectuée et ces données seront intégrées dans l’étude. Une des principales problématiques étudiées sera la circulation à l’est de la rue Chapleau, plus particulièrement lors de l’heure de pointe matinale», indique la Ville dans un communiqué.

De plus, l’ensemble du Vieux-Terrebonne fait aussi l’objet de surveillance policière. «Depuis janvier 2018, 18 opérations se sont déroulées dans le Vieux-Terrebonne, en plus de la surveillance sur patrouille régulière. Ce sont 360 constats de tous genres qui ont été émis durant cette période dans ce secteur.»

29 janvier 2018 - Floréa (cell)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités