5° Terrebonne, vendredi 24 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Alain Gariépy, sexologue et psychothérapeute

Fil RSS

À propos de l'auteur

Alain Gariépy, sexologue clinicien et psychothérapeute, travaille depuis plus de 15 ans à écouter la personne qui vient vers lui afin de donner un sens à ses inquiétudes ou difficultés.

Le fantasme amoureux

Mardi 3 mai 2016

Par Alain Gariépy

Notre imaginaire est porteur non seulement de notre monde intérieur, mais aussi de notre désir sincère et profond que l'autre, la personne aimée, puisse s'y épanouir. Tel est le destin des espoirs d'une personne aimante.

La vie amoureuse est naturellement l'expérience la plus complète qu'il soit possible de construire. Elle se nourrit de grandes attentes, fait vivre beaucoup d'intensité et, progressivement, propose une recherche de stabilité. Dans un monde idéal, elle doit faire ressortir le meilleur de soi.

Réalité ou illusion?

Et si un vrai fantasme était plutôt amoureux que sexuel? De par sa nature, un fantasme est utile pour favoriser l'équilibre psychique, il donne souvent une direction à l'imaginaire sur une base de désirs conscients ou inconscients.

Le fantasme amoureux prend forme quand nous réalisons que l'autre a maintenant beaucoup d'importance et qu'au même moment, cette personne s'ouvre et donne un sens nouveau au temps présent.

Le fantasme amoureux évolue, dure dans le temps, mais il peut se construire sur des modèles différents. Par contre, il a toujours la même fonction : donner un rendez-vous à la personne aimée pour qu'elle puisse répondre à nos besoins.

La différence avec un fantasme sexuel?

Celui-ci est court, rapide, souvent peu élaboré et repris quelquefois à répétition. Son équivalent amoureux est long, complexe, parfois conflictuel et se poursuit indéfiniment.

Il reste que la vie amoureuse est naturelle, mais elle n'est pas simple. Certains diront même : pas évidente! Vous connaissez les Trois Accords? Ces artistes, spécialistes de l'absurde, ont écrit la chanson « Les amoureux qui s'aiment », comme s'il fallait effectivement préciser ces amoureux‑là, eux, ils s'aiment!

Alors, comment réussir à bien faire vivre un fantasme?

Ce qui habite en nous constitue donc un idéal à atteindre et il faut à la fois en être conscient, être capable de le partager pour qu'il soit bien compris et assez stimulant pour qu'il soit désiré par l'autre. Si un fantasme sexuel peut facilement vivre indéfiniment dans l'imaginaire, n'ayant qu'une fonction pour déclencher excitation et plaisir, il en va tout autrement d'un fantasme amoureux qui, s'il reste silencieux, créera naturellement de la frustration. Un fantasme amoureux invite à la complicité, il est l'aboutissement de nos attentes. Nous constatons très souvent qu'il possède un contenu : « Je veux que tu m'aimes », mais également une forme : « Démontre-moi que tu m'aimes ». Beaucoup de personnes ont ainsi des fantasmes amoureux sans vraiment le réaliser, ayant quelquefois des attentes qui sont mal vécues par l'autre. Monde réel ou produit de l'imagination? Quand un fantasme prend trop de place, l'autre n'existe pas, il n'est que la résonnance de nos besoins. Ceci arrive quand la personne devient amoureuse de l'amour et non de la personne choisie.

Or, pour bien comprendre ce qui vit en nous, il faut pouvoir distinguer ce qui relève du rêve face à ce qui est de la réalité. Pour certains, la vie amoureuse est plutôt une façon de penser qu'une manière de vivre. « Dis-moi que tu m'aimes » est ainsi un moyen d'être rassuré qui trouve sa source dans l'insécurité, alors que « Partage-moi ce que tu ressens » relève d'une manière de s'investir qui ouvre à l'art de favoriser de l'intimité.

Le fantasme amoureux peut être une manière de vivre dans la mesure où la personne aimée côtoie notre imaginaire avec la liberté de ses moyens. Une façon de pouvoir se laisser surprendre par l'inspiration de la personne choisie.

Alors, peut-être que le destin existe, mais peut-être pas. En fait, cela relève de nos perceptions et de notre imaginaire. L'attention que nous portons à l'abstrait. Le destin est‑il un fantasme? Peut‑être, mais au final, s'il inspire, il aura fait son travail : l'interprétation de notre univers amoureux.

L'importance relève de notre capacité à faire adhérer pour pouvoir favoriser l'épanouissement de la vie à deux.

Pour la prochaine chronique, nous réfléchirons aux fantasmes déçus, quand nos désirs profonds n'arrivent pas à être partagés. En attendant, retenons que le fantasme demeure le théâtre de notre vie avec la possibilité d'en être le véritable metteur en scène.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités