3° Terrebonne, mercredi 22 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Alain Gariépy, sexologue et psychothérapeute

Fil RSS

À propos de l'auteur

Alain Gariépy, sexologue clinicien et psychothérapeute, travaille depuis plus de 15 ans à écouter la personne qui vient vers lui afin de donner un sens à ses inquiétudes ou difficultés.

L'amour au temps des attentions

Mardi 18 octobre 2016

Par Alain Gariépy

La nature même du lien amoureux qui se construit au tout début renvoie à un idéal puissant, le besoin de partager le meilleur de soi. Une image forte, la reconnaissance qui réconforte et qui soigne. Un peu comme si notre choix de l'autre dans cet espoir de conquérir pouvait mettre une distance à un passé compliqué. La pensée est rassurante, j'existe, j'aime, j'ai été choisi.

Imaginez deux personnes qui se découvrent et s'apprivoisent. Le besoin de créer et de réaliser entraîne un phénomène important, le fantasme fusionnel. Tout converge. L'importance que l'autre prend en nous favorise un oubli de soi qui ne cause pas de douleur, tant le besoin de créer un lien d'attachement est dominant. Tout est à l'ordre du jour, le langage muet des pensées et des corps, la synchronicité observée dans les moindres détails, car tout n'arrive pas par hasard. En fait, la concentration est telle que rien n'échappe à l'amoureux. C'est l'amour au temps des attentions, centré sur le moment présent, l'expérience est émotive et intense. Elle a évidemment comme but de croire qu'enfin le bonheur est possible.

En fait, l'amour fait vivre jeune, toutes les représentations symboliques de l'amour expriment cet idéal : la jeunesse. L'amour où Cupidon, en grec Eros, est l'incarnation antique de l'amour imprévu. Il est représenté par un garçonnet nu avec des ailes portant sur son dos un arc duquel il lance des flèches dans le cœur des hommes et des dieux pour faire naître l'amour en eux. Le fait que l'amour soit un enfant symbolise ainsi l'éternelle jeunesse de tout amour profond. L'amour relève aussi dans sa symbolique l'union des opposés, la pulsion fondamentale de l'être qui cherche à se réaliser et à se compléter, la représentation du binôme chinois du yin et du yang qui se complètent dans leur opposé est également une image forte. Les représentations de l'amour de tous les temps et de toutes les époques sont ainsi chargées d'un fort pouvoir d'attraction. Dans le monde de la nouveauté, tout ce qui est différent attire et tout ce qui est semblable unit. Tout est alors réalisable.

Dans une nouvelle rencontre amoureuse, c'est un peu comme la démission de l'esprit et le refus de la conscience devant le désir et l'imagination exaltés, c'est l'abandon aveugle à l'inconnu.

Le retour à la raison est souvent l'heure du réveil de blessures passées qui ressurgissent auprès des personnes que nous aimons. Pourquoi cette réalité? Simplement parce que ce sont toujours les personnes importantes qui ont le pouvoir de blesser. Réveil d'un sentiment d'abandon ou de rejet qui, malgré le côté ancien de l'expérience, reste en éveil dans ce qui est à régler en nous. Les impasses du présent sont très souvent tributaires de celles du passé qui, à l'évidence, viennent se rejouer en avant‑plan des relations affectives. Chaque personne amoureuse a tendance à recommencer les mêmes types de rapports aussi longtemps qu'elle n'arrive pas à se dégager des figures symboliques qui la prédisposent à agir ainsi. L'objectif est toujours le même : trouver le moyen d'être soi‑même et d'être reconnu sur cette base.

Cela semblait pourtant si accessible au début. L'erreur est pourtant venue de ce fait : attendre la permission et le droit d'exister dans la reconnaissance de l'autre.

L'attention amoureuse existe par l'importance que nous portons à l'autre et que cet autre nous renvoie le reflet de ce que nous avons besoin.

Vous savez comment une relation amoureuse devient douloureuse? Simplement parce que l'autre oublie de faire attention. Perdre ses repères dans ses priorités et ne plus se souvenir que nous aimons, non pas parce que nous attendons en retour, mais parce qu'aimer nous libère de nos peurs.

Il y a beaucoup de mots pour décrire le lien amoureux et très peu d'inspiration pour décrire l'incompréhension.

Et si l'amour n'était qu'une question de considération? Être amoureux, c'est être attentif et faire de son quotidien et de sa vie des métaphores pour ne jamais oublier que nos blessures se soignent en se donnant la permission de vivre autrement. 

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités