-7° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Daniel Aucoin

Fil RSS

À propos de l'auteur

Daniel Aucoin est entraîneur/formateur certifié PNCE et entraîneur FIT. Il est bien connu dans la région comme l'entraîneur-chef du Club aviron Terrebonne.

Club aviron Terrebonne : www.avironterrebonne.ca et 450 964-9624.

 

Au printemps, modérez vos transports

Mardi 29 mars 2016

Par Daniel Aucoin, entraîneur

À moins de vivre caché au fond d’un sous-sol, vous avez vu la neige fondre au cours des dernières semaines et vous avez eu l’idée de sortir vos souliers de course ou votre vélo. Pour les membres du Club d’aviron Terrebonne, le rêve de passer de l’entraînement intérieur sur ergomètres (machines à ramer) à l’entraînement extérieur sur la rivière des Mille Îles est quotidien.

Mais attention : avant de se lancer dans son activité favorite, il faut réfléchir. En aviron, le début de la saison est synonyme d’ampoules aux mains. Et qui dit ampoule infectée dit séjour désagréable à l’hôpital. Oui, oui, un rameur québécois l’a vécu il y a quelques années à peine.

Les nouvelles pédales que vous vous êtes offertes à Noël sont-elles bien ajustées pour vos chevilles et vos genoux? Entamer la saison en pédalant 100 km avec un mauvais alignement pieds-chevilles-genoux n’est pas une bonne idée. Pédalez moins et ajustez votre vélo.

Et vous tous, les coureurs que j’ai côtoyés à la piste d’entraînement du Centre de soccer de Terrebonne cet hiver, réalisez-vous que depuis quatre mois, vos chevilles n’ont vu ni roches, ni dénivellations, ni nids-de-poule? Volontairement, mais tout doucement, habituez vos chevilles et tout votre corps à courir sur une surface imparfaite.

La pire chose qui puisse arriver à un athlète de haut calibre ou à un sportif du dimanche est une blessure. Commencez votre saison extérieure en douceur et soyez à l’écoute de votre corps. Vaut mieux réduire, voire annuler un entraînement en avril, pour soigner un petit bobo, que de subir un mois de congé forcé en été à soigner une blessure d’usure.

Soyez sage et modérez vos transports.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités