-9° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Timing et momentum

Mardi 18 octobre 2011

Par Gilles Bordonado

On jase pour jaser... Je salue M. Marc Campagna, conseiller municipal à Terrebonne, mais aussi président du Parti libéral du Québec dans la circonscription de Terrebonne. Je ne pense pas qu'il s'attendait à se retrouver dans une telle tourmente médiatique nationale en démissionnant de l'exécutif libéral local, comme quatre autres membres de son équipe.

Il n'en demeure pas moins que l'affaire arrive à un timing assez troublant, avec les récriminations de plus en plus nombreuses de libéraux réclamant une commission d'enquête sur la construction. Le mécontentement gronde même de l'intérieur.

Qui plus est, plusieurs citoyens, moi le premier, se questionnent à savoir s'il n'y aurait pas un rapprochement entre ces militants libéraux et le futur parti de François Legault.

Comme membre du conseil municipal, M. Campagna, connu pour son nationalisme, connaît bien la fille du maire de Terrebonne, Valérie Robitaille, qui est une militante affirmée et une porte-parole compétente de la Coalition pour l'avenir du Québec dans Lanaudière. C'est sans compter que quelques intervenants près du conseil municipal sont d'ex-membres de l'Action démocratique du Québec et de potentiels «amis» de la Coalition. 

Alors que les partisans libéraux savent pertinemment qu'ils ne prendront pas les circonscriptions de Terrebonne et de Masson aux députés péquistes actuels, ils pourraient cependant être tentés par l'aventure Legault, qui, elle, a des chances de faire passer des candidats d'une formation plus fédéraliste sur le territoire moulinois. 

C'est sans compter le silence du quintette à la suite de sa très courte et peu explicite lettre de démission. Quant aux déclarations de la porte-parole du Parti libéral, elles n'ont rien de très convaincant. En tout cas, on verra bien ce qu'il adviendra de ces cinq militants libéraux fort motivés, il y a quelques semaines à peine, pour participer au congrès libéral.

Peut-être que je divague, mais je trouve qu'il y a de bien drôles de coïncidences ici.

Timing et momentum, quand tu nous tiens...

Et du côté de Thomas...

Parlant de politique, je regrette de ne pas avoir questionné notre nouvelle députée néo-démocrate de Terrebonne-Blainville, Charmaine Borg, samedi soir, au Gala du Griffon d'Or sur son appui à un candidat à la chefferie du Nouveau Parti démocratique.

En effet, la jeune députée, militante connue du député d'Outremont, Thomas Mulcair, lors des dernières élections, n'était pas à ses côtés lorsque celui-ci a dévoilé ses intentions d'accéder à la chefferie de sa formation politique. M. Mulcair comptait sur l'appui d'une trentaine de députés, dont sa consœur de Montcalm, Manon Perreault, qui brillait de tous ses feux aux côtés du flamboyant chef adjoint du NPD lors de son annonce. Je ne doute pas vraiment de l'éventuel appui de Mme Borg envers Mulcair.

Encore là, timing et momentum, quand tu nous tiens...

Dans les deux cas, c'est à suivre dans nos pages ou dans cette chronique.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives