-4° Terrebonne, mercredi 22 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Bye-bye 2011, bienvenue 2012!

Mardi 10 janvier 2012

Par Gilles Bordonado

L'année 2011 a été mouvementée. Mais que nous réserve 2012? Voilà l'exercice auquel s'est prêté notre journaliste et médium d'un jour Gilles Bordonado. «C'est un exercice humoristique pour s'amuser. On ne taquine que ceux qu'on aime...» plaide le chroniqueur du journal La Revue qui s'attend à recevoir une pluie de bêtises des gens dont il s'amuse et des critiques qui jugeront le texte «trop politique». 

Les rumeurs s'intensifient. Douze candidats songent à se présenter à la mairie de Mascouche. À part Michel Gratton qui est toujours le seul à avoir confirmé sa présence, on compte, parmi les 11 aspirants potentiels, Guillaume «C'est mon rêve de devenir maire» Tremblay, Stéphane «Lave plus blanc» Handfield, Serge «C'est mon rêve de devenir maire (bis)» Hamelin, Lise «Je ne suis pas une girouette, j'ai des convictions!» Gagnon, Sylvain «J'essaye d'éviter la chicane» Picard, Denise «Qu'est-ce que je fais dans cette garderie?» Paquette, Luc «C'est mon rêve de devenir maire (... bis)» Thériault, et quelques autres...

Richard «Je n'en crois pas mes yeux» Marcotte laisse planer le doute. «À 12 candidats, je pourrais gagner avec 12 % du vote», souligne le «quasi» septuagénaire, avec raison. «Surtout que j'ai l'appui de la population», lance-t-il le plus sérieusement du monde...

De son côté, Gilles «Je l'ai dit que je ne me présenterais pas!» Bordonado rerereconfirme qu'il ne sera pas candidat. Quant à Marianne «Sauvons la planète» Girard, elle songe à se présenter pour le Parti Vert... «Ça se fait au municipal, n'est-ce pas?» ajoute la femme d'affaires.

Peter Smith, un jeune anglophone de 19 ans parfaitement bilingue habitant Mascouche Heights et étudiant à McGill en sciences politiques, songe aussi à se présenter à la mairie en portant la couleur orange du NPD. Il n'aura pas beaucoup de temps à consacrer à sa campagne, but who cares! Riez pas, ça se peut... Il a d'ailleurs donné un coup de fil à la députée Charmaine Borg, une ancienne collègue de classe, pour lui demander conseil.

Quant à Gilles Patenaude, à la tête de sa Coalition au nom imprononçable, il retourne chez lui habillé de sa traditionnelle robe de chambre, lassé de ne pas recevoir d'accusés de réception du ministre des Affaires municipales du Québec. «Personne ne me comprend», dit-il, songeant à lancer une nouvelle pétition pour que le maire Marcotte démissionne.

Au Parti Québécois, Mathieu Traversy et Guillaume Tremblay poussent un grand soupir de soulagement : leur ancien collègue François Legault se présente dans la circonscription de L'Assomption. Ce dernier a une liste de 600 noms de candidats qui désirent porter les couleurs de la CAQ dans Terrebonne et Masson. Débordé, il donne le contrat à la firme ADECCO pour faire la sélection de base des candidats. Il fera la sélection finale...

Suspense, suspense, on ne sait pas encore si Éric Parent et Valérie Robitaille feront la présélection. Les deux porte-parole de l'ADQ, pardon de la CAQ, sont dans l'antichambre depuis un an...

Scandale! Un quotidien annonce en exclusivité que 12 fonctionnaires de la Ville de Terrebonne ont volé la Municipalité. En effet, ils ont rapporté chez eux un crayon bleu et un autre noir. Le reportage en page couverture montre l'hôtel de ville et le maire Robitaille en gros plan. Les pages 2 et 3 présentent les 12 fautifs ainsi que les lieux où ont été achetés les crayons. On parle ici de Bureau en Gros, de Fournitures de bureau Denis et de la Librairie Lincourt. Le nouveau coordonnateur aux affaires publiques de la Ville, Joël Goulet, se dit offusqué de la manchette. Il constate qu'il a bien fait de quitter le métier. Et que dire du maire, qui parle de harcèlement et songe à des poursuites.

Coup de théâtre : lassé de voir la question des bornes-fontaines le hanter, le conseil municipal de Mascouche innove à nouveau. En effet, il donne un crédit de taxes de 500 $ à tous les contribuables ayant une borne-fontaine sur leur terrain pour la déneiger à l'hiver 2013. Le conseiller municipal Jacques Tremblay hésite à voter la résolution, se demandant si certains citoyens pourraient faire affaire avec un certain entrepreneur pour réaliser certains travaux...

Les élections ayant lieu dans près d'un an, Renouveau Terrebonne envoie un communiqué sur la question des crayons de la Ville. C'est déjà ça de pris. Le chef (c'est quoi encore son nom?) parle de laxisme et d'un manque de transparence.

Le maire Jean-Marc Robitaille laisse planer le doute sur sa candidature à la mairie. Il hésite à se présenter, songeant au temps qui passe, aux longues soirées de réunions qui l'attendent, au prochain souper spaghetti au profit de Galilée et à une éventuelle nouvelle page couverture... Ça ne peut pas être une question d'âge, car les deux tiers de ses conseillers sont plus vieux que lui. Ces derniers sont en train d'effacer nombre de records du livre des records Guinness pour la longueur de leurs mandats comme conseillers municipaux.

De leur côté, les deux députées néo-démocrates Manon Perreault et Charmaine Borg continuent de se pincer tous les 15 jours alors que se déposent, par dépôt direct, dans leur compte respectif, leurs payes de députées fédérales. Nous aussi, on se pincerait...

Un an après l'inauguration de son agrandissement, le Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne manque de place. La situation est si critique que la salle de réunion du Centre local de développement économique des Moulins (CLDEM), située en face du Cégep, est mise à contribution. À noter que la cigarette, comme tout autre produit créant une dépendance, est interdite dans les locaux du CLDEM. Mis sur la piste par le chef de la CAQ, François Legault, Uniatox des Moulins ouvre un bureau au Cégep...

Une vague de graffitis frappe la région. Emprisonnés depuis six mois, Oats et Kwun jurent qu'ils n'ont rien à voir dans cette affaire. Leurs parents, absents depuis l'enfance, regardent ailleurs... Deux «jeunes» de 28 et 30 ans, qui n'avaient rien d'autre à faire la nuit, sont soupçonnés d'être responsables de ces méfaits publics décrits par quelques illuminés comme des œuvres d'art...

Après avoir fusionné les services d'aqueduc, de traitement des eaux usées, la gestion de la collecte des ordures ménagères et de la collecte sélective, leurs services de police et d'incendies, leurs services de bibliothèques, leurs travaux publics et d'aménagement du territoire, les conseils municipaux de Terrebonne et de Mascouche songent à la fusion... «Ça nous semble une idée innovatrice», lance le maire de Mascouche, dont on souligne les 20 ans de vie politique en lui remettant un marteau d'or, puisque l'autre se fait attendre. Mais ça, c'est une autre histoire. On en parlera peut-être en 2013 ou en 2014 ou en 2015 ou...

Excusez-la!

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives