5° Terrebonne, mardi 21 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Demeurons optimiste

Jeudi 18 décembre 2008

Par Gilles Bordonado

Mes salutations à tous...

Je commencerai ce billet quotidien par des excuses. Les habitués de mon blogue ont pu prendre connaissance de ma chronique hebdomadaire Libre opinion dès mardi. Ce fut différents pour les habitués de l'exemplaire papier qui a été distribué plus tardivement dû à un bris du toit à l'imprimerie. Il a fallu déménager l'impression du journal et de plusieurs autres, ce qui a retardé la livraison du journal de quelques heures. Fort heureusement, malgré la tempête qui a sévi mercredi, les camelots et l'équipe de Publi-Sac ont fait de petits miracles pour récupérer le temps perdu à l'imprimerie. Mes excuses vous sont adressées à tous pour ce retard.

***

La situation économique mondiale en inquiète plus d'un. La situation financière américaine est dramatique et ce sont par centaines de milliers que se perdent les emplois chez nos amis du sud. Le mot récession est sur toutes les lèvres et les ministres des finances de tous les pays industrialisés sont sur le qui-vive.

Au Canada, l'économie nationale sera touchée. Certaines régions le seront plus que d'autres. Je pense ici à l'Ontario et à l'Alberta, qui voit, respectivement, le secteur automobile et le prix du pétrole s'effondrer. Les gouvernements sont en mode actif et investissent largement dans l'économie et dans les infrastructures, tandis que les taux d'intérêts sont à la baisse pour stimuler la consommation.

Parlant des consommateurs, s'ils sont archi-conservateurs aux États-Unis, ils semblent toujours très actifs au Québec. Une étude du Conseil québécois du commerce de détail réalisé en novembre soulignait que les Québécois entendaient dépenser autant d'argent cette année que l'an passé. Dans la MRC Les Moulins, qui ne compte que 4,5 à 5% de sans-emploi, l'économie semble rouler à plein, si ce n'est l'automobile qui forme un secteur bien particulier avec les difficultés des trois grands constructeurs américains.

Quand on questionne les citoyens et même les commerçants, bien peu d'entre eux connaissent des gens ayant perdu leur emploi dans la région. Claude Robichaud, directeur général du Centre local de développement économique des Moulins, me mentionnait que la situation demeurait stable dans le secteur industriel local. Il voit même certains manufacturiers être très actifs, désirant profiter de la situation pour moderniser leurs équipements et pour revoir leur façon de travailler. On est dans bien des cas en mode investissement.

Personnellement, je ne suis pas un adepte de la pensée magique, qui veut qu'il ne suffisse de croire pour que les choses se réalisent par la simple force de l'esprit. Cependant, à l'instar de Gilles Brais, vice-président émérite de Saramac, un fabricant de béton préfabriqué à Terrebonne, je crois que le pessimisme latent et ambiant n'apporte absolument rien de positif à l'économie et que, somme toute, il faut demeurer optimiste en l'avenir. Je partage entièrement cette position, en particulier dans notre région, qui connaît depuis des années une croissance constante de son économie. Celle-ci enregistre dans bien des secteurs des moyennes qui sont bien au-delà de celles de la province et des autres régions du Québec. Il en est ainsi de l'emploi, des investissements industriels et commerciaux, mais aussi de la construction domiciliaire qui atteint de nouveaux sommets, entre autre à Mascouche.

Pour moi, le mot d'ordre est simple : demeurons optimiste... mais vigilent !

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives