5° Terrebonne, vendredi 24 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

L’abcès est crevé

Mardi 17 avril 2012

Par Gilles Bordonado

Dans une entrevue privée qu'il me donnait il y a un an, j'avais bombardé Richard Marcotte d'une dizaine de questions portant sur les nombreuses rumeurs qui circulaient sur son compte depuis tant d'années et portant entre autres sur les «ristournes» qu'il aurait pu toucher. Il avait tout nié en bloc. Aujourd'hui, avec les accusations de l'Escouade Marteau, je sais qu'il me mentait, comme il l'a fait à tant de gens par le passé.

Les rumeurs touchant le maire Marcotte dataient même des années 1980, du temps où il œuvrait comme directeur général de la SORDEM, l'ancêtre du Centre local de développement économique des Moulins. Sous le couvert de l'anonymat, on parlait de «ristournes» sur l'achat de terrains, des rumeurs qui avaient été impossibles à valider. Avec ces accusations, aujourd'hui, le doute s'évapore peu à peu pour laisser place à une vérité criante. Se pourrait-il que ce «système» existe bel et bien depuis des années?

L'Escouade Marteau a frappé un grand coup et démantelé un «système» qui avait pour objectif d'assurer en toute impunité à des entreprises de lucratifs contrats en contrepartie d'avantages versés au maire Marcotte et au directeur général de la Ville de Mascouche, Luc Tremblay.

Il y a un an et demi, quand le scandale a éclaté et que le maire s'était retiré, j'avais demandé sa démission. Je ne m'étais pas trompé.

Encore aujourd'hui, le maire aurait toujours le privilège de demeurer en place, ce qui représenterait une réelle disgrâce devant les accusations qui sont portées contre lui. Je ne vois pas comment il pourrait demeurer en poste dans des circonstances pareilles.

Richard Marcotte rêvait d'une sortie grandiose et dans l'honneur, il sera fort déçu.

L'Escouade Marteau jure qu'il s'agit là du premier jalon d'une grande lutte contre la corruption et la collusion, et invite d'autres citoyens à dénoncer les fraudeurs, les voleurs. Je partage entièrement cette opinion.

S'il est malheureux que la situation éclate à Mascouche, il est heureux que des résultats et des accusations tombent enfin. Les méthodes de certains pour soudoyer des élus à leur profit, de façon directe ou indirecte, doivent cesser. Il n'y a rien de mal à ce que ces méthodes érigées en système s'écroulent. Les citoyens n'en seront que mieux protégés.

Est-ce que c'en sera fait des magouilles? Je ne le crois pas, car l'homme étant ce qu'il est, certains trouveront de nouvelles méthodes pour tirer profit des choses.

La justice veut qu'une personne soupçonnée ne soit déclarée coupable que lorsqu'un jury ou un juge en a décidé ainsi. Il y a un an, devant sa détermination à nier les rumeurs, je ne pouvais encore que donner le bénéfice du doute à Richard Marcotte. Aujourd'hui, le doute s'est effacé... Le beau parleur manquera de vocabulaire pour convaincre ses citoyens, ses ouailles. L'abcès étant définitivement crevé, M. Marcotte n'a d'autre choix que de quitter son poste avec le peu d'honneur qui lui restera lorsqu'il aura les menottes aux poignets à son retour de vacances. Il devra payer pour les crimes qu'il a commis en toute connaissance de cause.

Mascouche doit passer à une nouvelle phase de son histoire et c'est sans Richard Marcotte que cette histoire doit s'écrire.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

  • D. Marie-France
    Vendredi, 20 avril 2012 17:14:18
    Comme tu dis Gilles, cette fois-çi le Phénix ne renaîtra pas de ses cendres. C'est son teint qui est de cette couleur... dixit les photos prises à l'aéroport.
    C'est vraiment désolant qu'un homme d'une telle intelligence en finisse ainsi. Orgueil ? Vanité ? Complexe des grands ? Je ne sais ce qui peut amener quelqu'un à ce bas niveau sinon l'absence de foi, d'absolu, de spiritualité.

    Dis donc, on m'a rapporté que des conseillers auraient dit qu'ils ne veulent pas qu'il démisssionne parce qu'ils l'aiment ! Je ne lis pas beaucoup les journaux ces temps-çi, étant en plein dans des travaux, des boîtes et de la peinture à notre future maison de Mascouche. Y a pas à dire, j'arrive là en plein ménage !!! Hi hi.

    Oh, on n'a pas reçu La Revue rue Saint-Louis à Terrebonne ni rue Brompton à Mascouche cette semaine. Je t'ai lu sur internet.

    Allez ! au boulot maintenant.

    À bientôt, boss et amitiés !

    PS. François René va exposer.... à Montmartre !!!!! Maman est bien fière.
    PS2 . On a relevé tous les articles publiés par La Revue sur le Mentorat ce matin. Merciiiiiiii de la part de ma belle gagne et moi.

Publicités

Derniers articles

Archives