-8° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Suspense

Mardi 28 août 2012

Par Gilles Bordonado

Les élections du 4 septembre nous feront vivre un rare suspense dans l'histoire récente de la politique québécoise, ici comme ailleurs dans la province. Si pendant près de 30 ans, le résultat était connu presque d'avance, les résultats du scrutin du 4 septembre seront fort attendus à l'issue d'une lutte serrée entre les candidats du Parti Québécois et ceux de la Coalition Avenir Québec.

 

Le Parti Québécois, qui est dans l'antichambre du pouvoir et dans l'opposition depuis 2008, sera-t-il capable de convaincre les électeurs qu'il demeure la meilleure alternative aux libéraux? Avec Pauline Marois à sa barre, le PQ et le Québec ne peuvent compter sur une politicienne plus expérimentée pour ce faire, elle qui a occupé 14 ministères depuis son arrivée il y a 30 ans.

Les citoyens entendront-ils les sirènes du changement promis par la Coalition Avenir Québec et son chef, François Legault, comme ils l'avaient fait en votant pour l'Action démocratique du Québec en 2006? Ils avaient à ce moment rapidement déchanté et chassé les adéquistes moins de deux ans après à l'occasion d'une élection générale qui avait donné une majorité à l'actuel pénible troisième mandat du gouvernement Charest.

Une chose demeure à vérifier : l'électorat traditionnellement libéral désertera-t-il son parti fédéraliste favori, comme le promettent les sondages? Ce vote chutera-t-il au point où il profitera suffisamment à la CAQ pour renverser des circonscriptions péquistes jugées imprenables il y a 12 mois à peine?

Certains analystes vont jusqu'à évaluer le vote libéral à moins de 15 %, voire de 10 %, dans les circonscriptions de Masson, Terrebonne et L'Assomption. Cela m'apparaît vraiment faible et je doute qu'il en soit ainsi. On est loin ici, me semble-t-il, de l'effondrement vécu aux dernières élections fédérales par le Parti libéral du Canada, par exemple. Mais je peux me tromper. Le ras-le-bol est peut-être plus grand...

Autre grande question, les souverainistes tentés par les formations Québec solidaire ou Option nationale seront-ils si nombreux à les appuyer qu'ils priveront, par exemple, Mathieu Traversy ou Diane Hamelin d'une présence à l'Assemblée nationale? Quelle sera la place du vote utile dans la réflexion des électeurs traditionnellement péquistes? Seront-ils si nombreux qu'ils favoriseront ainsi l'élection d'un député fédéraliste?

Les résultats dès le mardi soir au www.larevue.qc.ca et le mercredi dans La Revue

De notre côté, mardi soir prochain, La Revue sera sur le qui-vive pour vous offrir les derniers résultats et commentaires sur son site Internet, mais aussi dans son journal du mercredi, car nous retarderons expressément le dépôt du journal pour la cause. Nous fonctionnerons, avec nos partenaires et fournisseurs, sur les horaires d'un quotidien la semaine prochaine et nous en sommes très excités.  

Espérons que vous vivrez la même expérience, et n'oubliez pas d'aller VOTER!

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives