-7° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Culture à l’honneur

Mardi 25 septembre 2012

Par Gilles Bordonado

J’ai assisté à de nombreuses reprises aux Grands prix Desjardins de la culture de Lanaudière et j’y étais vendredi dernier. Jamais dans l’histoire de ces classiques la MRC Les Moulins ne s’était autant démarquée. Pas moins de six lauréats sont originaires de Mascouche et de Terrebonne, tandis que cinq autres ont brillé en tant que finalistes, ce qui n’est pas peu dire alors que Culture Lanaudière avait reçu près de 325 candidatures.

 

Comme vous pourrez le remarquer dans deux pages publiées dans la section «Actualité», ces lauréats ont bonne mine. La Revue, partenaire de l’événement et commanditaire du prix Arts visuels, a honoré Patrick Larrivée de Mascouche.La Course Lanaudière, pilotée par Art Partage, a accepté le Prix Innovation. Olivier Brault, violoniste, a reçu le Prix Musique. Simon Rodrigue, cinéaste, le Prix Création émergente, tandis que le Prix Arts et affaires est allé au Site historique de l’Île-des-Moulins pour le soutien offert par ses partenaires, dont nous sommes.

Si ces prix nous ont remplis de fierté, que dire du Prix Coup de cœur remporté par l’Association de parents d’enfant trisomique-21 Lanaudière! En tant que partenaire, depuis les débuts, du spectacle «Le tournesol, une fleur différente», rendez-vous présenté aux deux ans, je peux vous garantir qu’il s’agit, pour Culture Lanaudière, d’un choix avisé. De voir ces enfants différents se produire aux côtés d’artistes renommés nous met la larme à l’œil. Comme quoi la culture est à la portée de tous, si on lui donne l’occasion de s’exprimer.

Je m’en voudrais de ne pas souligner l’entrée, dans la course, de l’Association des artistes en arts visuels de Terrebonne, dont le symposium met en valeur les talents de tant de Terrebonniens.

Quand La Revue a mis de l’avant son cahier «Nous, culture et patrimoine» en 2004, notre publication ne s’était pas trompée. Nos artistes prennent de la maturité et nos organismes culturels aussi. La Ville de Terrebonne, qui a mis de l’avant une nouvelle politique culturelle, fait bien d’emboîter le pas, elle qui s’investit grandement dans ce domaine.

Pour terminer, je voudrais cependant offrir toutes mes félicitations à la Ville de Mascouche, qui déploie avec des moyens relativement modestes des événements qui connaissent de plus en plus de succès. S’il est vrai que tout ne tourne pas rond dans cette ville, il n’est pas vrai que tout va mal.

Malgré les difficultés vécues par la municipalité au sens politique du terme, le monde culturel et ses artisans font preuve de beaucoup de détermination pour faire rayonnerla culture. Ona qu’à penser à la SODAM et ses multiples projets culturels, aux ateliers artistiques Côte à Côte et à [acàc], son volet spectacles et expositions, au Festival de peinture à Mascouche, mais aussi aux autres gestes posés par le milieu. De voir Mascouche mettre de l’avant ses succès représentait un baume pour ces initiatrices et initiateurs qui y mettent tant de cœur et d’énergie. J’étais bien fier de Mascouche et attendais avec impatience le verdict des juges, qui a finalement penché pour Joliette.

Mais ce n’est que partie remise…

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives