-7° Terrebonne, mardi 21 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

L'exemple

Mardi 15 janvier 2013

Par Gilles Bordonado

On dit que cela prend tout un village pour élever un enfant. Personnellement, je crois avant tout que la première responsabilité revient aux parents. La page couverture de La Revue en est une belle démonstration. Les chiffres dévoilés en primeur par notre journal sur la santé des jeunes Moulinois font craindre le pire. En effet, un adolescent sur cinq souffre d’embonpoint ou d’obésité dans la MRC Les Moulins, ce qui est pour le moins préoccupant.

 

À voir tant d’adultes prendre de bonnes résolutions en s’activant sur des vélos stationnaires et en faisant davantage attention à leur alimentation, on comprend que de plus en plus de gens sont sensibilisés à l’importance de faire attention à soi. Et des gens qui courent et qui font du vélo, il y en a de plus en plus.

Il est donc pour le moins intrigant qu’il n’en soit pas ainsi de tous les enfants et en particulier de tous les adolescents du coin.

Certains d’entre eux semblent abandonnés à eux-mêmes, les parents leur permettant, à leur insu ou non, de s’acheter cigarettes et fast food. Certains, pas tous, semblent ne plus porter attention à leur progéniture une fois que l’enfant a passé le cap des 13 ans. Quelle tristesse…  

Pour des parents débordés, il est bien facile de tourner les coins ronds, de s’arrêter, par exemple, au service au volant et de commander du fast food pour toute la famille, en profitant d’une bonne soirée télé pépère. Comme dans tout, tout est une question de dosage. Manger des hot-dogs, des hamburgers ou de la bouffe de restaurant et boire des boissons gazeuses ne tuera personne si on le fait occasionnellement. Mais de le faire trois à quatre fois par semaine, c’est se tuerà petit feu.

L’activité physique est primordiale pour une meilleure santé et, comme entraîneur de soccer depuis plus de 20 ans, je vous confirme que l’abandon sportif survient à l’adolescence si l’enfant, même motivé, n’est pas soutenu par ses parents. Pire, pour certains, la pratique sportive de leurs enfants est un bon moyen pour eux de se libérer d’eux pour quelques heures. L’enfant et encore plus l’adolescent ont besoin de se sentir soutenus dans cette nouvelle vie qu’ils se construisent. De bonnes habitudes prises alors qu’ils sont jeunes les suivront toute la vie.

La société et l’école ont des rôles centraux à jouer dans la mise en valeur de saines habitudes de vie chez les jeunes. Il est de leur rôle de mousser une alimentation équilibrée, la pratique sportive à l’école et l’abandon du tabagisme. Nos dirigeants doivent cependant rappeler avant tout aux parents le rôle essentiel qu’ils ont à jouer auprès de leurs enfants sur ces questions. Et en premier lieu, leur montrer l’exemple.

Merci!

Je voulais, en terminant, vous remercier de l’accueil que vous avez réservé à ma chronique «Bye bye 2012» publiée la semaine dernière, en particulier les politiciens que j’ai égratignés et qui ont pris le texte avec humour. Vous avez été nombreux, chers lecteurs et lectrices, à m’envoyer des messages de félicitations. Ça m’a fait chaud au cœur…

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives