-2° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Bonne nouvelle

Mercredi 24 décembre 2008

Par Gilles Bordonado

La veille de Noël est souvent le prétexte parfait pour parler de religion, avec ou sans s. Et je n'y manquerais pas. Ce matin, ma fille Émilie lisait le journal et me lançait question sur question. J'adore cela, ça me donne un peu l'impression de jouer à l'enseignant, moi qui rêvais de devenir professeur dans ma prime jeunesse. Je passe pour un sage... Je tiens ça de mon père (Allô papa !). 

Lisant un article sur un prêtre qui confessait des criminels dans La Presse, Émilie a discuté avec moi de religion catholique, mais aussi des autres religions. De la hiérarchie ecclésiastique, du pape, en passant par les évêques et les cardinaux, mais aussi de l'histoire du catholicisme et des croisades, des aventures guerrières entre catholiques et musulmans qui ont sévi pendant des centaines d'années. Elle ne disait pas trop comprendre pourquoi les femmes ne pouvaient pas être prêtres et que ceux-ci ne pouvaient se marier. Je dois avouer, que comme elle, il m'arrive de me questionner sur l'immobilisme du mouvement catholique, qui n'évolue pas aussi vite que notre société moderne.

Alors que nous serons de nombreux fidèles à ne pas aller à la messe de minuit ce soir, une désaffection généralisée dans les sociétés industralisées, la religion conservera néanmoins une place dans nos cœurs et dans nos esprits avec l'arrivée de Noël. Pour ma part, qu'elle soit jugée rétrograde ou non sur une immensité de sujets, le catholicisme demeure un phare, une lumière à suivre pour les valeurs fondamentales qu'il promeut.

Je n'ai jamais été un grand fan des rituels et ne le suis toujours pas aujourd'hui, Je suis baptisé, marié et mes enfants sont baptisés. Je paie ma dîme. Je crois en quelque chose de mieux et qu'il est possible de tirer le mieux de nous.

Les valeurs d'entraide, de partage, de respect et d'amour m'animent comme la très grande majorité des catholiques, pratiquant ou non. Je crois que nous avons la chance de vivre dans une société marquée par la tolérance et le respect des différences. Il faut que nous apprenions à l'apprécier à sa juste valeur.

Que ce Noël en famille soit pour vous des moments précieux pour remarquer la chance que vous avez d'être ici bas sur Terre... et toute la patience pour endurer les chansons de Noel de Marie-Élaine Thibert pendant toute la journée du 24 !

Joyeux Noel à vous tous ! 

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives