-6° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

300 mètres d’incompréhension

Mardi 5 mars 2013

Par Gilles Bordonado

Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au ministère des Transports du Québec. J’aimerais que le ministre, le sous-ministre ou le responsable du dossier de la route 337 chez Transports Québec m’explique pourquoi il n’y a pas moyen de financer et de réaliser les ridicules 300 mètres qui restent à élargir à La Plaine.

Cette artère routière, qui est fréquentée par des dizaines de milliers d’automobilistes tous les jours, a été élargie sur sa presque totalité au cours des quinze à vingt dernières années.

Transports Québec, la Ville de Terrebonne et celle de Mascouche ont collaboré étroitement aux travaux sur le chemin Gascon entre l’autoroute 640 et les chemins Newton/Martin. L’administration du maire Bélec, du temps qu’il était maire à La Plaine, avait réalisé des améliorations sensibles au centre-ville de la municipalité dans les années 1990 en doublant le boulevard Laurier, facilitant la circulation automobile dans le cœur commercial de la ville.

Par la suite, la Ville de Terrebonne et Transports Québec ont donné un autre coup important pour réaliser des travaux entre les chemins Newton/Martin et la rue Rodrigue. Depuis, c’est bloqué, malgré les représentations répétées de la Ville de Terrebonne et des deux, trois députés péquistes qui se sont succédé, qu’il s’agisse de Luc Thériault, mais surtout de Guillaume Tremblay et maintenant de Diane Gadoury-Hamelin.

Le matin, la circulation est relativement fluide, bien que la route à deux voies ralentisse indument le trafic important qu’on y trouve. C’est au retour à la maison que ça se gâte alors que des milliers d’automobilistes, entre autres plainois, sont coincés sur cette route à quatre voies sur des dizaines de kilomètres… mais sur deux petites voies sur un ridicule300 mètresde travaux non complétés.

Qui bloque le dossier?

La question que je me pose, c’est pourquoi ces ultimes travaux bloquent au ministère des Transports du Québec? C’est qui le fonctionnaire qui bloque systématiquement l’élargissement de ce ridicule petit bout de route?

Et qu’on ne me parle pas de problèmes techniques ou d’argent. Du côté ouest, il n’y a pas âme qui vive, tandis que du côté est, il faut canaliser des bouts de fossés, déplacer quelques poteaux, poser300 mètresd’asphalte et s’entendre avec un nombre relativement peu élevé de propriétaires. Pour avoir vécu comme journaliste l’élargissement de Gascon de la 640 à Newton/Martin, je peux vous assurer que c’est une promenade au parc, ce petit bout d’élargissement. Il n’y a pas de ruisseau à traverser et de grenouilles en péril!

On ne parle pas de dizaine de millions de dollars d’investissement. On ne parle pas du prolongement de l’autoroute 19 ou de la construction du train de banlieue vers Mascouche ici.

Je pense que Québec niaise avec la puck depuis trop longtemps. Le PQ est au pouvoir, le député est PQ, les travaux sont dus; que le ministre des Transports mette ses culottes et débloque l’affaire! Au pire, qu’il nomme la Ville de Terrebonne maître d’œuvre du projet et je vais vous dire que ça ne va pas niaiser. Je suis sûr que Terrebonne fera crédit à Québec et à un bon taux d’intérêt à part de ça! Je ne peux pas croire que le gouvernement est trop cassé au point de ne pas être capable de réaliser 300 petits mètres de travaux. Les longues minutes d’attente bêtes pour les automobilistes et la pollution de l’air par des voitures bloquées inutilement sont injustifiables et méritent d’être chose du passé.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives