-8° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Ça promet!

Mardi 26 mars 2013

Par Gilles Bordonado

La lutte sera belle en novembre à Mascouche. Après le parti Vision Démocratique de Mascouche, qui a présenté son équipe il y a quelques semaines, on retrouve cette semaine dans nos pages le dévoilement de l’Équipe Luc Thériault. Dans les deux cas, plusieurs candidats bien connus seront de la partie. Les citoyens ont, à première vue, la chance de se voir confrontés à des choix plutôt difficiles.

Dans le contexte où il est probable qu’il y ait au moins un autre candidat ou une autre candidate à la mairie, peut-être même deux, voire trois, et une sélection de nombreux candidats aux postes de conseillers dans ces futures équipes ou à titre d’indépendants, les électeurs auront l’embarras du choix.

Les noms de Denise Paquette, qui assume avec rigueur et enthousiasme le poste de mairesse en remplacement de Richard Marcotte, de Sylvain Picard et même de l’actuel président de la Chambre de commerce de Mascouche, Pierre Nevraumont, circulent comme candidats potentiels à la mairie.

Quant aux conseillers actuels, mis à part Jacques Tremblay, qui se retirera avec la présence de son fils comme candidat à la mairie, aucun autre n’a confirmé qu’il quittait la politique active. Qu’il s’agisse de Lise Gagnon, Nathalie Filion, Donald Mailly, Normand Pagé, que nous avions mis malencontreusement à la retraite lors d’une chronique précédente, M. Picard ou Serge Hamelin, qui a confirmé sa présence aux côtés de Guillaume Tremblay.

De un, j’ai bien hâte de voir qui tentera sa chance à la mairie et aux postes de conseillers. Et de deux, j’ai hâte de voir ce que les formations politiques et candidats auront à proposer aux Mascouchois, qui ont bien besoin qu’une nouvelle politique municipale s’offre à eux.

Ce que je trouve d’autre part sympathique, c’est la présence de trois enfants d’ex-élus municipaux qui ont marqué l’histoire de la ville, en l’occurrence Louise Forest, Richard Patenaude et Pierre Guilbeault, respectivement fille de l’ancien maire Gilles Forest, fils du l’ancien maire Bernard Patenaude, et fils de l’ancien conseiller Gaston Guilbeault.

De gros changements

La Commission scolaire des Affluents a lancé de grands changements pour 2014-2015 pour ses écoles secondaires, sacrifiant au passage la mission actuelle de l’école secondaire Léopold-Gravel, dont les choses allaient pourtant assez bien. J’ai un peu de difficulté à commenter le tout, mes deux filles étant impliquées dans ce remue-ménage.

Je comprends bien certains objectifs, dont l’accueil de plus d’élèves au programme d’éducation internationale et l’amélioration souhaitable des services aux élèves en difficulté. Je trouve cependant malheureux que le chamboulement soit aussi grand et évacue totalement la mission actuelle de l’école Léopold-Gravel.

Bravo Andryves!

En terminant, je tiens à féliciter Paysagiste Andryves et ses propriétaires, Yves Charest et André Fournier, qui viennent de remporter un 38e prix Quercus lors du Gala reconnaissance Groupex, associé à l’organisation des Maîtres Paysagistes du Québec. Que de trophées et de plaques vous avez gagnés au cours de vos 27 ans d’existence!

Messieurs, vous méritez bien les honneurs qui vous sont remis, à votre équipe et vous,  année après année! Chapeau!

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives