-9° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

On en fait, des bébés!

Mardi 7 mai 2013

Par Gilles Bordonado

Titre accrocheur que celui-ci. Vous lirez, en page A-7 de cette semaine, un article qui vient confirmer ce qu’un peu tout le monde a remarqué, c’est le festival de la poussette dans le coin : il s’en fait, des bébés, dans la MRC Les Moulins!

Selon l’Institut de la statistique du Québec, les villes de Mascouche et de Terrebonne, qui se classent respectivement au 23e et au 10e rang pour leur population au Québec, prennent les 5e et 7e rangs quant au nombre de naissances sur leur territoire entre le 1er juillet 2010 et le 1er juillet 2011. Cette nouvelle confirme ce que La Revue écrivait en octobre 2012 après analyse des données du recensement 2011 de Statistique Canada, qui notait que la MRC Les Moulins représentait la 3e municipalité régionale de comté en plus forte croissance au Québec.

Entre 2006 et 2011, la population de Terrebonne a crû de 51 % et celle de Mascouche, de 26 %. En 5 ans, il s’est ajouté 45 000 nouveaux résidents, une hausse de 43 %! Et c’est sans compter qu’il s’est additionné 2 500 citoyens de plus à Terrebonne et 2 000 de plus à Mascouche en 2012 selon le «Décret de population pour l’année 2013».

Le recensement 2011 notait que Mascouche comptait 55 % plus de 0 à 4 ans en 2011 qu’en 2006.À Terrebonne, c’est 31 % de plus. C’est tout bonnement incroyable!

Ces chiffres font comprendre plusieurs phénomènes, dont le manque chronique de services publics, en particulier dans les domaines de la santé et des services sociaux.

Notre hôpital tout neuf ne suffit pas à la tâche, comme le nombre de médecins disponibles pour accueillir de nouveaux patients. Il n’y a rien de surprenant à ce que des médecins misent sur un passage vers le privé, qui attire de plus en plus de citoyens lassés de ne pas pouvoir voir un médecin en situation d’urgence.

On doit ajouter à ces réalités le manque récurrent de places en garderie et la pression exercée sur le milieu scolaire dans certains nouveaux quartiers résidentiels.

Ceux qui croyaient à une décroissance de la population étudiante risquent de se tromper, puisqu’il est encore nécessaire de construire des écoles. C’est d’ailleurs le cas dans le projet Urbanova dans le secteur ouest de Terrebonne et dans les Cours de l’Étang à Mascouche. Et le problème a de bonnes chances de se reproduire au secondaire.

Les habitués de la voiture auront remarqué l’achalandage croissant sur les autoroutes, qui souffrent aux heures de pointe, mais aussi sur une foule de routes collectrices. Vivement le train!

Oui, c’est de l’étalement urbain, une réalité que ne peuvent nier les administrations provinciale et fédérale. Celles-ci doivent demeurer à l’écoute des besoins de cette population en mouvement. Si ces nouveaux Moulinois vivent ici, ils contribuent aussi à la richesse collective. Il se crée des centaines d’entreprises et des milliers d’emplois dans la région. Presque un Moulinois sur deux travaille chez nous. Nous contribuons à la richesse du Grand Montréal et du Québec.

Quant aux administrations municipales, cette affluence de nouveaux résidents n’a pas que des impacts négatifs, elle favorise une richesse collective plus grande qui permet de doter les municipalités de services nouveaux et recherchés. On n’a qu’à penser à la construction de parcs mieux nantis, de terrains de soccer intérieurs et extérieurs de meilleure qualité, de la piscine et du complexe gymnique. L’avenir demeure prometteur.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives