-3° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Du mouvement à Terrebonne

Mardi 18 juin 2013

Par Gilles Bordonado

Le maire Robitaille et sa formation ne seront pas seuls à briguer les suffrages en novembre à Terrebonne. C’est une bonne nouvelle, car l’absence d’opposition en campagne électorale est un malheur en démocratie à mon avis.

La présence d’une certaine concurrence maintient les politiciens bien alertes et sur les dents, ce que l’Équipe Robitaille a compris en présentant rapidement ses nouveaux candidats. Cette formation au pouvoir de longue date a cependant toujours su se renouveler, évitant des vagues de fond d’opposition.  

La chef de Renouveau Terrebonne, Nathalie Dubé, et quelques candidats de cette formation, comme une aspirante indépendante, ont confirmé leur présence, ce qui devrait rendre la campagne électorale plus enlevante. Mme Dubé, qui se présente à la mairie malgré le fait qu’elle aurait préféré opter pour une candidature en tant que conseillère, a donc une lourde tâche devant elle, puisque le maire Robitaille est bien en selle et jouit d’un soutien non négligeable. Mais admirons tout de même son courage et son esprit volontaire. Avec les membres de son équipe, elle a pour mission de monter un programme complet qui lui permettra de réellement démontrer que sa formation est une réelle alternative à l’Équipe Robitaille, ce qui n’a pas été le cas ces trois dernières années alors que Renouveau Terrebonne a été relativement peu visible.

C’est l’été, enfin!

Notre édition est festive, la fête nationale, le concert de Marc Hervieux, les Marchés Desjardins Moulinois de la SODAM, sans compter la série d’articles que nous signons sur le théâtre d’été au Théâtre du Vieux-Terrebonne.

Malgré la température qu’on a depuis des semaines, l’été sera chaud avec la programmation riche de la SODECT, de la SODAM et du GPAT au nouveau parc de la Rivière et au parc de la Côte Boisée de Terrebonne. Sans compter la prolifération des pistes cyclables et les multiples activités sportives de soccer, de baseball et autres.

Partenaire de nombreuses activités estivales, La Revue poussera cette reconnaissance du «tourisme intérieur» dès mercredi prochain avec une série d’articles sur les éléments à découvrir chez nous. Souvent, on cherche bien loin des merveilles qui sont à deux pas de chez soi, le Vieux-Terrebonne étant l’une d’elles. Déjà partenaire de Tourisme des Moulins et de son guide touristique, La Revue se veut à nouveau un partisan très actif du développement économique régional et… du plaisir en famille!

Précision du candidat Thériault…

Je complète ici avec une précision du candidat à la mairie de Mascouche Luc Thériault qui souligne que ma chronique pouvait laisser croire qu’il avait un même niveau de responsabilité que les conseillers municipaux Guillaume Tremblay et Denise Paquette dans la question de la construction de l’aréna. Je ne reprendrai pas ici son argumentaire que nous avons largement déployé dans notre édition. Citons cependant ce qui suit de sa missive : «Plusieurs personnes m’ont demandé depuis la parution de votre chronique s’il était de la responsabilité d’un député de remettre en question l’entente. Soyons clairs, un député n’est pas le tuteur d’un conseil de ville. Il ne doit pas s’ingérer dans la gouvernance municipale et s’il est citoyen, il se doit de garder un devoir de réserve. Il ne peut pas se présenter à un conseil de ville sur sa seule initiative pour aller remettre en question les décisions unanimes de ceux qui ont reçu un mandat légitime de la population. Toutefois, il peut être mis à contribution pour faire avancer un dossier municipal, et ce, à la demande du conseil de ville. (…) Vous écrivez : qui ne dit mot consent. Personne n’a dit un mot à l’époque parce que le processus n’a jamais été transparent. Tout le processus visait à faire en sorte que les citoyens n’aient pas un mot à dire, ou ne puissent pas questionner l’entente. Et ceux qui étaient autour de la table n'ont rien dit!»

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives