5° Terrebonne, vendredi 24 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Novembre est encore loin

Mardi 6 août 2013

Par Gilles Bordonado

La décision de Pierre Nevraumont de sauter dans la mêlée électorale de Mascouche est intéressante à plus d’un chapitre. Celui qui a dirigé les destinées de la chambre de commerce locale semble pencher vers une candidature indépendante, chose rarement vue dans le paysage politique des dernières années  dans la région.

De mémoire, le dernier candidat à avoir tenté sa chance ainsi n’était pas un candidat, mais bien une candidate. En effet, Gisèle Rivet avait tenté sa chance lors de l’élection municipale de 1979. Elle s’était cependant «associée» à quelques candidats indépendants pour qu’ils moussent leurs candidatures respectives auprès des électeurs.

Pierre Nevraumontserait tenté d’y aller tout seul, sans formation politique ou équipe d’indépendants. Dans un contexte où plusieurs élus associés à des partis politiques dans un passé assez récent ont été pris dans des scandales politiques, le choix du candidat Nevraumont pourrait attirer des électeurs voulant faire table rase des partis et des lignes de partis. De plus,la marque Nevraumontest neuve dans le paysage politique mascouchois. En y associant une candidature indépendante, cela pourrait représenter un nouvel attrait pour certains électeurs.

Mais ses défis seront grands. Il ne comptera que sur lui-même pour faire sa promotion. Il n’aura pas une équipe de candidats autour de lui pour le seconder, voire le conseiller.

Si son curriculum vitae est respectable, il ne jouit pas de la notoriété et de l’expérience politique deLuc Thériaultet Guillaume Tremblay. Qui plus est, sa campagne n’est pas lancée et partira bien plus tard que celles de ses opposants, qui sont actifs depuis des semaines, voire plusieurs mois dans le cas de Vision Démocratique de Mascouche. Ce parti compterait déjà quelques milliers d’adhérents.

Pierre Nevraumontaura un programme à présenter aux citoyens, programme qu’il devra porter sur ses seules épaules, alors que les autres ont bien avancé les leurs. Des programmes que ces formations pourront mener à terme si elles sont majoritaires au conseil municipal, un autre élément problématique pour Pierre Nevraumont.

Il reste toujours quelques inconnues. La première est la candidature potentielle de Denise Paquette, actuelle mairesse de la Ville, qui, avouons-le, fait du bon boulot. On la sent cependant, et je le tiens de plusieurs personnes, en mission, dans le sens d’ultime grande mission… avant de tirer sa révérence. On ne la sent pas faire dela politique. Onne la sent pas préparer une échéance électorale. Elle semble déterminée à livrer Mascouche dans un bon état à un prochain conseil dont elle ne ferait pas partie. Mais je peux me tromper, peut-être nous surprendra-t-elle avec une candidature surprise à la mairie? 

Et il reste ces conseillers sortants. Jacques Tremblay n’y sera plus.Normand PagéetLise Gagnonsemblent tentés de tirer leur révérence. C’est beaucoup moins sûr pourNathalie Filion,Donald MaillyetSylvain Picard, qui n’a, dans ce dernier cas, jamais fermé la porte à une candidature àla mairie. Lemois de novembre est encore loin…

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives