5° Terrebonne, vendredi 24 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Enrichissement des citoyens

Mardi 6 janvier 2009

Par Gilles Bordonado

Je réside à Mascouche depuis ma plus tendre enfance et j'ai vu la ville se développer. Du petit hameau de moins de 9 000 résidants à mon arrivée en 1972, la municipalité en abrite maintenant 40 000. Rarement ai-je vu cette municipalité sous un meilleur jour.

«Enrichissement des citoyens», voilà le crédo que lançait Richard Marcotte alors qu'il était en pleine campagne électorale à l'automne 1991. Dix-sept ans plus tard, personne ne peut nier, à Mascouche, la fulgurante croissance économique qu'a connue la municipalité sous son administration.

Le récent budget 2009, qui est en hausse de 8 % par rapport à 2008, démontre toute la marge de manœuvre que s'est dégagée la Ville avec les années. Les surplus se sont accumulés petit à petit, permettant aujourd'hui de doter la ville d'infrastructures dont elle n'aurait jamais osé rêver auparavant.

Le chef d'Horizon Mascouche, Serge Hamelin, qui convoite la chaise de premier magistrat en novembre prochain, ne l'aura pas facile. Autant Richard Marcotte pouvait sembler quelquefois déconnecté de la réalité du quotidien des Mascouchois, autant le maire et les membres du conseil municipal actuel investissent des millions en argent sonnant dans des besoins très concrets des citoyens, et ce, sans alourdir indûment leur fardeau fiscal.

Le mandat 2005-2009 a été et sera marqué de réalisations nombreuses : la construction de la palestre sportive, du pavillon du parc de l'Étang, de la Coopérative le Chez-Nous du Communautaire, l'implantation de la Maison des arts, la réalisation d'investissements majeurs dans les parcs et dans le réseau routier, la mise en place de mesures environnementales attrayantes, et la signature d'ententes avec tous les employés municipaux, excluant les policiers. C'est sans compter le travail harmonieux avec Terrebonne qui dote les citoyens moulinois d'un meilleur transport en commun, mais aussi de deux agrandissements, une première de l'usine de la Régie d'aqueduc intermunicipale des Moulins, et, secondo, des étangs aérés de traitement des eaux usées de Mascouche et Terrebonne (secteur Lachenaie). Qui eut crû que les citoyens du Lac Samson auraient un jour l'eau potable, comme c'est le cas depuis moins d'un mois?

Politiquement, Richard Marcotte a impliqué tous les membres du conseil dans le processus de décision, au point même où le seul conseiller d'Horizon Mascouche, Pierre Villeneuve, a eu l'opportunité de présider pendant un bon moment le comité des finances de la Ville. C'est d'ailleurs ce dernier qui a proposé le budget et le plan triennal 2009 présentés par le maire Marcotte. On voit mal Serge Hamelin s'opposer à ce budget aujourd'hui.

Alors que l'on demande à nos politiciens de faire rêver et de faire preuve de vision, cet ancien coéquipier de Richard Marcotte (il était à ses côtés en 1991) est un politicien combatif, mais il devra faire preuve de beaucoup d'audace pour convaincre les gens qu'il offre un meilleur agenda aux citoyens. Richard Marcotte a amené la ville de Mascouche où il rêvait qu'elle soit en 1991.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives