-9° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Bye bye 2013

Mardi 7 janvier 2014

Par Gilles Bordonado

Bye bye 2013

Je me prête ici, pour une troisième année, à cet exercice difficile que de rédiger un «Bye bye» pour résumer en toute humilité et avec un brin d’humour, quelquefois grinçant, certains faits marquants des 12 derniers mois. Évidemment, cela parlera beaucoup, beaucoup, beaucoup de politique. C’est mon dada. J’invite ceux que ce sujet n’intéresse pas à passer aux textes suivants. Je ne m’en sentirai pas offensé…

 

Élections, volet Terrebonne

 

Deux nouveaux amis

Que s’est dit Jean-Marc Robitaille lors de la première réunion du nouveau conseil municipal?

«C’est qui, ce gars-là? Le monsieur frisé, lui, on le connaît, c’est l’ancien seigneur de l’Île, on l’avait vu dans la salle avant et il passait au micro de temps en temps, mais l’autre, on ne l’avait jamais auparavant. Son nom sur la plaque dit Serge Gagnon. Bon, eh bien, bienvenue chez nous, Serge, le méconnu, et toi aussi, André Fontaine, maintenant le seigneur du Vieux. On a quatre ans pour devenir copains…»

 

Amis pour la vie?

Pour les parents habitués d’aider leurs enfants dans leurs devoirs, voici une résolution de problème :

  1. Si André Fontaine est l’ami de Jean-Luc Labrecque

  2. Si André Fontaine se présente contre Jean-Luc Labrecque aux élections

  3. Si André Fontaine bat Jean-Luc Labrecque aux élections

    Question : Que tirez comme conclusion de ces trois faits?

    Réponse : Moi, en tout cas, je préfèrerais ne pas être ami avec André Fontaine.

     

    Parlant d’André, lui qui était tout près, tout près de Renouveau Terrebonne doit se pincer tous les jours sur son flair de s’être présenté comme… indépendant.

     

    Impression

    Dans la catégorie «Mais qu’est-ce qu’il faisait là?», ce «Bye bye 2013» rend hommage à Antoine Hanachian, candidat à la mairie pour Renouveau Terrebonne. Antoine qui, dites-vous? Antoine Hanachian.

    Jamais entendu parler de lui avant, sinon qu’il avait une école d’arts martiaux. Malheureusement, cet imprimeur de métier ne laissera pas une grande… impression de son passage en politique municipale. Mais que diable alliez-vous faire dans cette galère, monsieur Hanachian?

     

    Méchants journalissssseeeeessss…

    Dans la catégorie des incompris, félicitons certains candidats de Renouveau Terrebonne – pas tous! – qui ont trouvé le moyen de dire que de méchants journalisssssseeeesss étaient responsables de leur déconfiture. B-R-A-V-O!

    Quand une formation doit faire appel à Facebook la veille de la fermeture des mises en candidature pour trouver désespérément des candidats après huit ans dans l’opposition, tu te dis, comme méchant journalissssssseeeeee, que certains candidats de ce parti auraient intérêt à tourner leur langue sept fois dans leur bouche avant de parler! Est-il possible de manquer ainsi un tel rendez-vous potentiel avec l’histoire? Quelle déception que cette formation politique improvisée!

     

    Retraite?

    Jean-Marc Robitaille a confirmé qu’il s’agissait de son dernier mandat. Je ne me fierai pas trop à ça, il m’avait déclaré la même chose il y a quatre ans… 

    Avec les départs de Michel Lefebvre et Daniel L’Espérance, les défaites de Jean-Luc Labrecque et Denis Poitras, et l’élection de quatre nouveaux élus, la moyenne d’âge du conseil vient de baisser d’au moins… deux ou trois ans! C’est que ceux qui restent ne rajeunissent pas, car ils ont beaucoup d’expérience. Même Frédéric Asselin prend des rides, mais pas Marie-Claude Lamarche!

    Après deux jours d’une retraite forcée, Jean-Luc et Denis découvrent qu’ils ont enfin une vie. Michel et Daniel, eux, s’étaient déjà faits à l’idée. On la leur souhaite longue, heureuse et en santé, cette retraite!

     

    Élections, volet Mascouche

     

    Des élections en novembre?

    Savez-vous quelle est la réponse commune donnée par les Mascouchois Pierre Nevraumont, Marianne Girard, Patricia Lebel, Luc Thériault et toute son équipe, candidats défaits aux élections municipales?

    «Comment ça, il y a des élections municipales en novembre? Personne ne me l’avait dit avant! Avoir su, j’aurais commencé mon porte-à-porte plus tôt!»

    Ce n’est pas que je ne vous l’avais pas dit à l’occasion du «Bye bye 2012»…

     

    Une question, trois réponses

    Savez-vous ce que s’est dit le nouveau maire Guillaume Tremblay en prenant connaissance des résultats électoraux?

    Réponse 1 : Après s’être pincé fort, fort, fort, il a déclaré : «J’ai mauditement bien fait de commencer ma campagne électorale il y a un an…»

    Réponse 2 : «Normand Trudel a mauditement bien fait de sortir à la dernière minute et pas dans la première semaine de campagne!»

    Réponse 3 : «Pardon, non, non, je ne connais personne du nom de Serge Hamelin.»

     

    Une vision…

    Savez-vous ce que se sont dit les nouveaux élus de Vision Démocratique de Mascouche, pour la plupart d’illustres inconnus (pas Stéphane Handfield, ok, là), en prenant connaissance des résultats électoraux?

    Après s’être pincés fort, fort, fort, ils se sont dit : «J’ai mauditement bien fait de choisir Guillaume Tremblay et de me taper 4 000 heures de porte-à-porte!»

     

    Aspirine extra forte!

    Savez-vous ce que s’est dit le nouveau maire Guillaume Tremblay en analysant les finances publiques de la Ville de Mascouche?

    Après avoir pris deux bonnes Aspirine extra forte, forte, forte, il s’est dit : «J’ai mauditement bien fait de promettre que je réaliserais mes promesses à l’intérieur de trois mandats!»

     

    Marmotte, pas Marcotte!

    Savez-vous ce que s’est dit le candidat défait à la mairie Luc Thériault en prenant connaissance des résultats électoraux, après avoir encore perdu face à Guillaume Tremblay?

    «C’est le jour de la marmotte!» Pas Marcotte, marmotte! Bon, on ne pouvait pas parler de Mascouche sans parler de Richard Marcotte. C’est fait. Ne m’écrivez pas pour me le reprocher, j’ai assez d’un mea culpa par année. Marteau s’occupe du reste…

     

    Madame la mairesse, s’il vous plaît!

    L’année 2013 aura aussi été celle d’une certaine mairesse, pas mairesse par intérim, M-A-I-R-E-S-S-E tout court!  C’est-tu assez clair?!

    À part ça, pas grand-chose de négatif à dire sur Denise Paquette, qui a fait du pas pire bon boulot à la suite du bordel post-vous savez qui, M comme Marteau…

    De plus, elle a eu la bonne idée, que dis-je l’excellente idée, comme Donald Mailly et Lise Gagnon d’ailleurs, de ne pas se représenter. Quand on voit ce qui s’est passé aux premiers dénonciateurs du Ralliement Mascouche, les vaillants Sylvain Picard et Nathalie Filion... Ils ont eu droit à des raclées pas possibles aux élections… Eux, ils ont eu une… vision claire de ce qui les attendrait. Le nettoyeur ultrapuissant VDM a lavé plus blanc que blanc. Enfin, tout ce beau monde pourra se consoler avec leurs primes de départ et de transition respectives, sujet délicat s’il en est un…

     

    En vrac!

     

    «Là, j’suis dans le trouble…»

    C’est ce que s’est dit Simon Paquin après avoir célébré tel qu’il se doit les extraordinaires résultats du Relais pour la vie 2013 de Terrebonne, qui se classait au premier rang au Canada.

    André Shatskoff, Simon et des milliers de bénévoles, participants et donateurs ont permis de relever un défi sans pareil. Mais, là, en 2014, il s’est dit : «Quel objectif se fixer? Quel président d’honneur? Là, j’suis dans le trouble…»

    Mais il va s’en sortir. Simon, c’est notre Dodo des «Bye Bye» à nous pour le Relais, il est là, espérons-le, pour longtemps, toujours plein de ressources et d’idées. En tout cas, on lui en souhaite…

     

    Voulez-vous un tuyau?
    Si vous cherchez un tuyau, bon ou pas bon, n’appelez pas la Ville de Terrebonne, personne n’est au courant. Appelez plutôt Enbridge! L’entreprise est comme le pétrole qui coule dans son gros tuyau, totalement… renversante! Ça a coulé à Terrebonne, ils n’en ont parlé à personne. Et si ça coule plus tard? Ah! mais là, ils vont vous en parler, c’est promis, promis, promis! Vous voulez un tuyau, un vrai bon tuyau, et qui ne coule pas celui-là? Ne vous fiez pas trop à Enbridge…

     

    Pathétique…

    S’il y a une situation attristante, c’est bien celle des surveillants-concierges et des cols bleus de la Ville de Terrebonne, qui sont en grève depuis des mois et des mois. De les voir faire le pied de grue sur la montée Masson et à toutes les assemblées du conseil municipal est pathétique. J’invite leurs dirigeants à revoir leur stratégie. Si le conseil et le maire n’ont pas plié en campagne électorale, ils ne plieront pas maintenant. Il vous faut mettre de l’eau dans votre vin, choisir d’améliorer un brin vos conditions de travail avec ce que vous avez négocié jusqu’à présent et permettre à tous les enfants de Terrebonne de faire du judo, de la danse et toutes ces petites choses qu’ils aiment faire cet hiver. Vous aurez beau chanter, faire du bruit, coller tous les stickers sur tous les camions de la Ville, malheureusement, ça ne marche pas, ça ne marche plus comme ça.

     

    Et de quatre pour terminer

  1. Au rythme où Mathieu Traversy remet des médailles de l’Assemblée nationale, tous les bénévoles et personnes influentes de sa circonscription auront la leur d’ici la fin de sa carrière politique en… 2048! Il aura assuré assez d’appuis avec ces remises qu’il est promis à une bien longue carrière si tout ce beau monde et leurs familles votent pour lui. Espérons qu’une bonne partie de cette fructueuse carrière, il la vivra dans un Québec indépendant. Il le verra peut-être, lui, le pays.

  2. Ce que l’on souhaite à Diane Hamelin? Un élargissement de 200 petits mètres sur la 337. Autant de trouble pour aussi peu d’asphalte. C’est complètement dingue.

  3. Ce que l’on souhaite à la députée fédérale Charmaine Borg, c’est qu’un certain sénateur y pensera à deux fois la prochaine fois avant d’écrire des niaiseries sur son compte. C’est pas parce qu’on est jeune et une femme qu’on ne peut pas être député dans ce pays.

  4. Et en terminant, souhaitons que l’année 2014 ressemble un peu plus au chiffre 14, car en 2013, pour un méchant paquet d’affaires, ça ressemblait pas mal à une année finissant par 13. Donc, je vous souhaite, amis lectrices et lecteurs, une excellente année 14!

     

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives