-2° Terrebonne, vendredi 17 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Fédéral

Mardi 30 septembre 2014

Par Gilles Bordonado

À un an des élections fédérales, ça bouge du côté des partis politiques qui entendent faire élire des députés à la Chambre des communes. Si les deux députées sortantes ont passé des mauvais moments ces derniers temps, les militants du Bloc Québécois se mobilisent alors que c’est le calme plat chez les libéraux et conservateurs fédéraux.

La jeune députée Charmaine Borg joue son rôle avec le plus de professionnalisme possible. On la voit partout, multipliant les présences dans le milieu. Elle ne s’est pas assise sur ses lauriers, bien qu’elle ait commis un impair rapidement corrigé sur des questions de financement politique récemment. Elle promettait de nommer en Chambre les donateurs de 50 $ et de dire «Toute résistance est futile» contre un don de 1 000 $. Cette référence directe aux Borg de Star Trek (dont je suis un fan fini, soit dit en passant !) est rigolote, mais l’idée n’était pas celle du siècle, a-t-elle reconnu. Les électeurs ne devraient pas trop lui en tenir rigueur, ce qui ne facilitera pas le travail des candidats bloquiste et libéral. Par rapport à la dernière élection où madame Borg n’avait pas fait une seule apparition publique dans le comté, la dynamique sera bien différente, car feu Jack Layton n’est plus présent pour tirer son parti vers le haut. Le bon Jack risque de manquer beaucoup aux Néo-démocrates.

Dans Terrebonne, une lutte à finir se dessine pour la candidature bloquiste entre Lise Barry, ancienne attachée politique de Mathieu Traversy et militante de longue date du Parti Québécois, et Michel Boudrias, un ex-militaire qui a une certaine feuille de route souverainiste à son palmarès. Choix de l’exécutif du Bloc de Terrebonne, il semblerait plus près d’Option nationale. Lise Barry, soutenue par une solide équipe bien ancrée dans le milieu, a une machine bien rodée.   

Dans Montcalm, les partisans du Bloc devraient jeter leur dévolu sur l’ex-conseiller municipal Jacques Tremblay, qui se démène depuis des mois, multipliant les visites et les signatures de cartes de membres.

La députée sortante Manon Perreault, élue sous la bannière du NPD, mais rejetée par son parti suite à des accusations criminelles, et maintenant visée par une enquête de la GRC, se représentera-t-elle comme indépendante ? On voit mal Thomas Mulcair la ramener dans son équipe. Qui portera les couleurs orangées dans Montcalm ? Voilà un des grands mystères de cette prochaine élection fédérale, comme l’identité des porte-couleurs libéraux de Justin Trudeau, qui brillent par leur absence tout comme les conservateurs d’ailleurs.

Un oubli regrettable

En terminant, j’aimerais m’excuser auprès de deux de mes Comètes dont j’ai omis les noms dans mon article la semaine passée. J’ai joué tellement de fois dans le texte que j’ai effacé leurs noms dans la version finale. Donc, je fais amende honorable. Merci à CLAUDY BERGERON et CLAUDELLE SINÉ pour leur superbe saison !

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives