-3° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Pardon ?

Mardi 17 février 2015

Par Gilles Bordonado

Le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, nous a fait l’insigne honneur d’une visite dans la région lors d’une activité organisée dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire. Dans un discours vide, inconcevable pour un ministre de son rang, il a souligné l’importance que son gouvernement et lui accordent à la persévérance et à la réussite scolaires. «C’est une de nos priorités», a-t-il dit. Dans ma tête, je me suis dit: «Pardon ?»

Je m’explique. Pour un gouvernement qui a ces priorités que sont la persévérance et la réussite scolaires, je me suis dit: «Heureusement qu’elles sont des priorités, car que se passerait-il si ce n’était pas le cas ?»

J’ai posé plusieurs questions à ce sujet au ministre lors d’une conférence de presse menée dans le bureau de la direction de l’école Le Prélude, alors que la cérémonie battait encore son plein.

Votre discours et vos photos étant faits, vous n’êtes pas demeuré jusqu’à la fin. Vous aviez à faire ailleurs. Voilà les questions que je vous ai posées. Vos réponses ont été évasives et marquées de lieux communs. Monsieur Bolduc, si la persévérance et la réussite scolaires sont si importantes pour vous, expliquez-moi:

Pourquoi les mesures que votre gouvernement a adoptées font en sorte que 70 % des jeunes décrocheurs qui consultaient le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) des Moulins ne pourront plus le faire ?

Pourquoi avez-vous coupé les subventions à d’autres organismes qui travaillent à la réinsertion de jeunes en difficulté ? Chez nous, l’un d’eux a perdu 100 % de sa subvention malgré des résultats probants.

Pourquoi avez-vous sabré vos subventions aux commissions scolaires, ce qui aura des conséquences dramatiques sur les élèves en difficulté car, inévitablement, il faudra couper dans les services et les professionnels en classe ?

Pourquoi allez-vous augmenter le nombre d’élèves par classe ? Et comment cette mesure va-t-elle améliorer le service aux élèves ?

Pourquoi avez-vous coupé dans les budgets du Centre de santé et de services sociaux du Sud de Lanaudière, qui joue pourtant un rôle crucial dans l’organisation des Journées de la persévérance scolaire ?

Pourquoi amputez-vous le budget d’Emploi-Québec au point où des employés doivent obtenir une autorisation pour sortir de leur bureau pour rencontrer des intervenants du milieu ou des entrepreneurs ?

En abolissant la Conférence régionale des élu(e)s de Lanaudière, saviez-vous que le budget du CRÉVALE, organisme régional qui soutient la persévérance scolaire, a été coupé de façon sévère?

Pourquoi êtes-vous venu parler de réussite et de persévérance scolaires chez nous alors que TOUS les organismes présents ont subi ou subiront des coupes sévères dans leur budget respectif à cause de votre gouvernement et de vous?

Monsieur Bolduc, les gens ont applaudi votre présence. Pas moi, car visiblement, vous n’avez rien écouté de ce qui s’y est dit. À votre place, j’aurais eu honte de me présenter sans avoir la moindre bonne nouvelle à annoncer, sinon des lieux communs.

Les jeunes ambassadeurs présents, leurs parents, leurs enseignants, les directeurs et les professionnels impliqués sont de loin les vrais héros de l’événement. Ils savent désormais qu’ils ne peuvent compter que sur eux pour concrétiser la réussite et la persévérance scolaires des élèves en difficulté. Pendant ce temps, vous balancerez des colonnes de chiffres avec vos confrères et consœurs du gouvernement. Une vision à courte vue que ne méritent en rien les élèves du Québec.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

  • C. Denis
    Vendredi, 20 février 2015 08:17:04
    Vive le ministre de l'éducation....

Publicités

Derniers articles

Archives