-1° Terrebonne, dimanche 19 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Quel conteur!

Mardi 14 avril 2015

Par Gilles Bordonado

Je suis particulièrement fier de l’ajout de M. Jean Perron au sein de notre équipe.

L’ex-entraîneur des Canadiens et avant-dernier entraîneur des Glorieux à avoir mis la main sur la Coupe Stanley sera des nôtres pour l’ensemble des séries éliminatoires. Quel conteur il est! Vous aurez beaucoup de plaisir à découvrir ce commentateur sportif coloré, je n’en doute pas un instant. Je vous en parle un peu plus dans sa première chronique, dès cette semaine, en page A-14.

Un beau parcours

Parlant d’homme intéressant, je dois avouer que j’ai été également conquis par l’histoire de François Legault, l’invité d’honneur d’un dîner-conférence de l’Aile Jeunesse de la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins tenu récemment. Le député de L’Assomption a présenté les faits saillants de sa carrière, des propos fort inspirants pour les entrepreneurs présents.

Parti littéralement de rien, celui qui est maintenant chef de la Coalition Avenir Québec a parlé de son parcours professionnel audacieux qui lui a permis de faire sa place au soleil.

Si je ne partage pas l’ensemble des positions de cet ancien député péquiste et souverainiste, maintenant nationaliste et fédéraliste, je dois cependant avouer que sa carrière d’homme d’affaires est pour le moins impressionnante et mérite d’être mieux connue.

Je suis parfaitement en accord avec lui quand il souligne l’importance des PME comme source de création d’emplois et de richesse collective. Ayant découvert l’entrepreneuriat un peu par hasard il y a 11 ans alors que je me portais acquéreur du journal La Revue, je suis à même d’apprécier les propos de François Legault. Le Québec doit innover, se projeter vers l’avant et pousser les jeunes à s’intéresser aux affaires économiques. Une relève est indispensable, sinon notre nation risque de perdre inévitablement le contrôle d’un pan complet de son identité comme peuple. Je lui tire mon chapeau d’avoir vu, pendant ce discours, à ne pas politiser celui-ci à outrance. C’était juste à point.

Quel dommage que François Legault ne soit plus souverainiste… Mais je l’apprécie pareil! C’était une belle prestation, monsieur le député.

***

En terminant, je ne peux passer sous silence la décision du ministre de l’Éducation, François Blais, d’abolir les conseils des commissaires. En voilà un autre qui va envoyer à nouveau valdinguer une structure électorale où les citoyens étaient représentés.

En effet, à l’instar de son collègue Gaétan Barrette, à la santé, qui a aboli les conseils d’administration des agences de la santé et des organismes parapublics, M. Blais semble vouloir se réserver le droit de nommer les membres des futurs conseils d’administration des commissions scolaires. En voulez-vous de la centralisation, en v’là! De moins en moins de gens élus pour s’opposer aux vues du gouvernement…

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives