-1° Terrebonne, dimanche 19 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Une grande dame

Mardi 21 avril 2015

Par Gilles Bordonado

Elle aura marqué l’histoire culturelle de Terrebonne comme nulle autre femme ne l’avait fait auparavant dans cette ville. Mme Suzanne Aubin, directrice générale du Théâtre du Vieux-Terrebonne, tirera sa révérence dans les prochains mois.

Suzanne Aubin, artiste de profession, a donné une impulsion hors du commun au TVT par une juste connaissance du milieu artistique et des habitués de la salle de spectacles qui trône majestueusement aux abords de la rivière des Mille Îles. L’amour que lui voue la grande majorité des artistes du milieu de la scène, qu’elle a toujours soignés aux petits oignons, n’a d’égal que l’affection et le respect que lui portent bon nombre de ses commettants de l’industrie. 

Le TVT a remporté plus que sa part d’honneurs mérités, dont huit Félix de l’ADISQ. L’établissement jouit d’une notoriété qui va bien au-delà de la place qu’il devrait tenir sur l’échiquier culturel. Terrebonne est devenu un incontournable des circuits de diffusion au Québec et l’histoire notera que des spectacles de calibre international se sont retrouvés à Terrebonne alors que des salles plus vastes n’ont pas eu ce privilège.

Avec Suzanne Aubin, la variété des spectacles présentés au TVT a explosé, tant sur les planches du grand théâtre que de la coquette salle du Moulinet, dont elle est l’instigatrice. De plus, le TVT occupe une belle place dans la production d’un théâtre d’été couru et de qualité, un rêve caressé par sa directrice.

Suzanne Aubin avait un certain nombre d’idées arrêtées, mais aussi une volonté de fer. Ce petit bout de femme ne laissait pas sa place quand il était temps d’affirmer ses convictions. Cette détermination l’a merveilleusement servie, comme les milliers de spectateurs qui se pressaient sur les sièges de l’ancien puis du nouveau TVT, une transition qu’elle a gérée avec doigté.

«Madame Terrebonne», comme la décrivent des artistes en visite, s’est engagée à 100 % au succès du TVT, avec une grande passion pour les clients et un grand amour pour les artistes. Cela a permis au TVT de développer l’âme que le bâtiment et la salle dégagent aujourd’hui. Merci, madame Aubin!

***

En terminant, quelle est la vision démocratique du gouvernement Couillard? On impose un bâillon et une loi fourre-tout sans discussion ni débat. C’est antidémocratique et immoral. C’est avec raison que bien des gens sont outrés. Quel manque de respect! On aura rarement vu un parti libéral aussi idéologique et à droite de l’échiquier politique au Québec. Austérité, coupes, abolitions, hausses de tarifs, ils s’en permettent, les libéraux, eux qui ont vu 58,5 % des votants s’opposer à eux aux dernières élections. Heureusement pour eux, les Québécois ont la mémoire courte.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives