5° Terrebonne, samedi 25 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Québec prend les Plainois pour des caves!

Mardi 5 mai 2015

Par Gilles Bordonado

Je ne suis peut-être pas un résident de La Plaine, mais je fulminais quand j’ai lu les propos des ministres Robert Poëti et Lise Thériault la semaine dernière au sujet de l’élargissement de la route 337. Ils prennent vraiment les Terrebonniens, résidents du secteur de La Plaine, pour des caves.

Ce qu’ils nous disent, c’est que Québec et les génies de la négociation du ministère des Transports du Québec (MTQ) n’ont pas eu assez de temps pour négocier l’achat de gré à gré de terrains sur une distance de 400 mètres au cours des six dernières années. Six années.

En effet, quand les travaux d’élargissement du dernier tronçon entre les chemins Martin-Newton et Rodrigue ont été complétés en juin 2010 après des années de tergiversation, on savait pertinemment que ces terrains devaient être récupérés.

Les travaux d’élargissement du petit bout entre Rodrigue et Chartrand devaient débuter dans les mois qui suivaient… il y a quatre ans.

Si je sais compter, du début de ces travaux en 2009 à 2015, ça fait bien six ans qu’on est au cœur de travaux et d’études dans ce secteur. Alors que Transports Québec reporte cet élargissement annoncé à répétition par des députés, les bonzes du MTQ ajoutent aujourd’hui deux autres années à ce délai déjà totalement indécent! Cela prendra donc huit ans pour récupérer une bande de terrain de 400 mètres et l’élargir de deux à quatre voies. Huit ans! Non, mais, vous nous niaisez, là, ce n’est pas sérieux!

Et comme si ce n’était pas assez de rire des gens de La Plaine et de la Ville de Terrebonne, tout ce beau monde à Québec a le culot, par-dessus le marché, de nous dire en pleine face que le projet suit son cours et que tout est dans les délais.

Mais on réécrit l’histoire ici. On fait face aux gouvernements chinois ou russe dans les années 1950. On est en plein délire, on plonge dans le livre «1984» de George Orwell. Huit ans pour acheter et élargir une route de deux à quatre voies, ce serait tout à fait normal. Mais c’est de la folie.  

Quand je vois des ministres et des fonctionnaires faire des déclarations pareilles,  je comprends les citoyens d’en avoir ras le pompon des politiciens et des gouvernements. Huit années pour réaliser quelques centaines de mètres de travaux, une peccadille qui ralentit la circulation sur des kilomètres aux heures de pointe et qui pourrit la qualité de vie de dizaines de milliers de citoyens, d’honnêtes travailleurs, du lundi au vendredi depuis des années, c’est d’une indécence hors du commun.

Le ministre et ses génies du ministère des Transports sont de deux choses l’une,  soit des fieffés incompétents ou des gens de mauvaise volonté qui n’en ont absolument rien à cirer des citoyens de La Plaine. Je suis trop fâché, outré, écœuré pour trancher.

Une chose est certaine, si M. Poëti n’est pas capable de comprendre l’urgence de l’élargissement d’une route sur 400 mètres comme promis il y a des années, je m’inquiète sérieusement sur sa capacité de gérer des dossiers beaucoup plus complexes comme le transport en commun métropolitain, lui qui veut abolir l’Agence métropolitaine de transport. Nous avons toutes les raisons d’être inquiets.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives