-6° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

75 jours

Mardi 5 janvier 2016

Par Gilles Bordonado

C’était trop beau pour durer... Le merveilleux Noël vert que nous avons vécu est chose du passé et ne s’est pas perpétué en janvier. C’est donc dire qu’il reste 75 jours à faire avant l’arrivée officielle du printemps, le 21 mars. J’ai déjà hâte!

Néanmoins, cette période-ci de l’année coincide avec l’annonce du Carnaval sur l’Île-des-Moulins, un événement dont La Revue est le présentateur officiel. Vous comprenez donc que ce n’est pas parce que je n’aime pas l’hiver que je ne peux pas en faire apprécier les joies aux amateurs de plaisirs hivernaux. D’où le soutien de La Revue à cet événement ainsi qu’aux activités hivernales du Groupe Plein Air Terrebonne. Sur Facebook, je suis d’ailleurs fasciné de voir tous ces gens qui se plaisent à glisser, à skier, à patiner ou à faire de la raquette.

Pourtant, plus jeune, dans le quartier Gaudreault à Mascouche, je jouais au hockey des heures durant au parc Verdier (devenu depuis le parc Mathieu) et de part et d’autre de la rue Cantin. Je glissais à la fameuse Côte des Bassins et je pratiquais le soccer sur glace et la raquette à l’école primaire La Mennais. Mes parents devaient toujours me courir après pour me faire rentrer pour le dîner ou le souper.

Je ne sais pas ce qui s’est brisé dans mon cœur d’adulte pour que je honnisse autant l’hiver aujourd’hui. Peut-être que la joie de braver le froid est tombée avec l’âge? Les joies des sports hivernaux ont laissé place au soccer intérieur, que je ne peux toutefois plus pratiquer à cause d’une blessure chronique et récurrente au dos.

Peut-être est-ce lié aux joies de la conduite automobile plus périlleuse en période hivernale, à l’inlassable déneigement de l’entrée ou au grattage des fenêtres de la voiture les matins d’hiver?_Peut-être cela tient-il au fait qu’il faille se camoufler sous un gros manteau et orner nos pieds de bottes? Quand je les ai remis à la fin de décembre, j’étais déjà tanné de les voir... Et vous ne me direz pas que tout le monde, les femmes en particulier, n’est pas bien plus joli avec l’arrivée du printemps et de l’été. Il me semble qu’en faisant un grand effort, je sens encore la bonne odeur du gazon fraîchement coupé...

Ma seule consolation est que, parmi mes bonnes résolutions du Nouvel An, j’ai décidé de profiter d’une semaine dans les pays chauds pendant ce trimestre glacial, ce qui immanquablement fera passer les 75 jours d’hiver qui restent à 68... Un peu plus de deux mois. Ça passe vite, deux mois.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives