-8° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Grippe

Mardi 29 septembre 2009

Par Gilles Bordonado

Sur Internet, nous sommes bombardés d'envois nous mettant en garde d'une chose et d'une autre. L'Internet est devenu une courroie de transmission, que tout un chacun utilise pour mousser ses causes.

Récemment, une citoyenne, Mme Suzanne Granger de Terrebonne, sans prendre position officiellement, me demande mon opinion sur deux textes dénonçant la «pseudogrippe H1N1».

En substance, ces envois nous renvoient à un complot planétaire des entreprises pharmaceutiques qui «empoisonneraient» nos enfants pour leur seul profit avec des vaccins totalement inutiles et évidemment dangereux.

Ces envois sont unidimensionnels et ne présentent que la position de gens qui sont défavorables à la vaccination contre la grippe, mais aussi contre la vaccination tout court.

Je pense que depuis que la vaccination a été introduite dans nos sociétés modernes, elle a eu des impacts très positifs sur la santé des gens. On n'a qu'à penser ici à la poliomyélite qui a été quasiment éradiquée dans le monde industrialisé. Quant aux cas de grippes, ils sont moins nombreux aujourd'hui que par le passé à cause de la vaccination.

Qu'il y ait des lobbies pharmaceutiques qui tirent profit de ces campagnes de vaccination n'a rien de surprenant. Ceux-ci développent des vaccins et font comme d'autres lobbies, ils poussent leurs produits.

Y a-t-il eu de l'exagération des peurs associées à ces maladies? Bien sûr que oui, et je l'ai déjà écrit par le passé. On fait paniquer les gens avec des riens, souvent avec la complaisance de médias nationaux à la recherche de nouvelles à sensation.

On meurt de la grippe ordinaire bien plus que de la grippe aviaire ou porcine (H1N1). Je suis aussi exaspéré que le grand public de ces épidémies, pandémies, virus du Nil et autres catastrophes que l'on fait trôner sur nos têtes telles des épées de Damoclès. À force de crier au loup, on en viendra à ne pas croire au réel danger quand il sera parmi nous.

Pour ce qui est de la vaccination, je pense que globalement, elle a eu, a et aura toujours des effets positifs. Je crois cependant qu'il y a des vérités et des demi-vérités de part et d'autre. Certains exploiteront le sentiment de crainte, car c'est la survie de l'être humain qui est en jeu. Les pro-vaccination comme les anti-vaccination exploitent ces mêmes craintes.

Malheureusement, dans une société où de plus en plus de gens en viennent à ne plus faire confiance à personne et souvent encore moins à nos gouvernants, la perméabilité aux peurs est grande, malgré l'armée de fonctionnaires qui voient à notre bien-être.

Il va de soi que les pays en développement ou sous-développés ont droit à un meilleur traitement que celui que l'on vit actuellement. Nos sociétés industrialisées profitent des plus pauvres, et il n'y a rien de nouveau sous le soleil de ce côté, en particulier en situation économique difficile.

Malheureusement, on aura beau se scandaliser, je doute que quiconque troque sa maison et son confort actuels pour une hutte en Afrique. L'image est forte, mais bien réelle. Un peu plus d'équité ne ferait cependant pas de tort...

Dans tout ça, je crois que tout n'est pas noir, que tout n'est pas blanc. La société se bâtit de nuances de gris, je ne sais trop, c'est le blanc et le noir qui permettent à la société d'évoluer...

 

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives