-1° Terrebonne, mercredi 22 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Indéfendables et inexpliquées

Mercredi 10 mars 2010

Par Gilles Bordonado

La réception des comptes de taxes municipales à Mascouche a apporté une grogne rarement vue au cours des 20 dernières années dans cette municipalité, en particulier chez les contribuables du secteur résidentiel.

Sérieusement sous-évaluées depuis nombre d'années à Mascouche, les valeurs immobilières ont crû de façon spectaculaire pour la plupart des propriétés en 2010.
De plus, en rétablissant ces valeurs à celles se rapprochant du marché immobilier, il aurait fallu que le conseil municipal de Mascouche abaisse sérieusement le taux de sa taxe foncière générale pour que les comptes de taxes soient plus équilibrés. La baisse proposée n'a pas suffi.
Jamais, en 20 ans, comme journaliste et comme contribuable mascouchois, n'ai-je rencontré une telle hausse des comptes de taxes résidentielles. Richard Marcotte et son équipe avaient toujours fait preuve de beaucoup de retenue. Ici, la Ville a visiblement sous-estimé les hausses et surtout leurs effets sur ses citoyens.
Je n'avais pas vu un tel branle-bas de combat depuis les travaux d'élargissement de la montée Masson. Il s‘agissait alors surtout de terrains et de bâtiments commerciaux.

Un impact majeur et généralisé
En conférence de presse, il y a quelques semaines, le maire Richard Marcotte m'avait mentionné que les hausses seraient de l'ordre de 7 à 10 %, ce qui est fort élevé en cette période économique houleuse et alors que l'inflation frise les 0 %. Je l'avais questionné à savoir si cela allait être la seule hausse du mandat. Il n'avait pu s'avancer sur cet élément, en particulier pour l'an prochain.
Si la moyenne est de 7 à 10 %, certains citoyens ont malheureusement vu leur contribution aux goussets municipaux franchir les 15 %, voire les 20 % de plus en argent sonnant.
La Ville est-elle dans une situation financière précaire nécessitant une action dramatique? Des projets exceptionnels exigent-ils des investissements importants?
Les citoyens verront-ils leurs comptes de taxes gelés pour le reste du mandat?
Si tel avait été le cas, les citoyens auraient pu comprendre. Mais là, ils ne comprennent pas, ils ne peuvent comprendre. Et on est loin de faire face à des caprices. L'impact est majeur et généralisé, d'où la réaction des gens.
Il y a moins de six mois, en pleine campagne électorale, on leur a juré que la situation financière de la Ville était excellente, que les infrastructures se payaient bien et que leur taxation demeurerait stable et compétitive.
Visiblement, la communication a manqué entre les citoyens et la Ville. Le document envoyé aux contribuables plaidant la compétitivité des taxes mascouchoises était loin de suffire comme justificatif à des hausses qui franchissaient allègrement les 200 $, 300 $ et plus encore dans certains cas.

La prudence s'imposait
Si on peut comprendre qu'une administration hausse les taxes au début d'un nouveau mandat, il y a des limites qu'il ne faut pas dépasser. Personnellement, je pense que dans le cas présent, le conseil municipal mascouchois y est allé trop fort.
Si M. Marcotte et son équipe ont été «trop gentils» en réduisant ou en gelant le compte de taxes des contribuables l'an passé, à l'occasion d'une année électorale, ils auraient dû être plus prudents au volet des dépenses ou plus transparents sur les raisons des hausses cette année, surtout que la situation l'imposait.
Les gens sont d'une nature tolérante, mais crieront toujours au loup s'ils ont le sentiment qu'il y a de l'abus. Et c'est bien la perception qu'ont les gens dans le cas présent.
Dans ce sens, ces hausses demeurent indéfendables et inexpliquées.

 

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

  • C. Martineau
    Mercredi, 10 mars 2010 19:36:57
    Merci Gilles de défendre ainsi nos intérêts...
    Tu fais preuve de leadership dans ton domaine de journalisme...
    J'ai beaucoup de respect pour toi car tu fais preuve de professionalisme en affichant ouvertement ton incompréhension...
    On aurait pu comprendre que tu t'abstiennes de commenter haut et fort...
    Encore une fois Bravo et Merci
    Carole Martineau
  • B. Lefebvre
    Vendredi, 26 mars 2010 00:56:02
    Je suis tellement de votre avis, mais malheureusement j'ai bien peur de ne voir que la pointe de l'iceberg. A mon avis cette administration en place nous cache bien des choses. Monsieur Marcotte se comporte en roi et maître avec une arrogance hors paire. Les Mascouchois ne sont pas obligés d'endurer ce comportement totalitaire, en tout temps, même en pleine assemblée régulière du conseil.

    Serait il protégé par d'autres en haut lieux l'avenir nous le dira peut être un jour, mais quand on jure en pleine campagne électorale que la situation financière de Mascouche est excellente, et que l'on déclare sur les ondes de TVRM qu'il serait difficile pour un jeune couple de subir une augmentation de 300$, car par répercussion il devrait absorber une hausse du double, ou est la moralité de cette déclaration publique.

    Les Mascouchois ne devrait plus faire confiance à cet individu qui vantent l 'environnement, les espaces vert, de ce beau Mascouche qui l'enchante sur les ondes du 98.5, mais que ferait il si les Mascouchois lui rappelleraient ou annonceraient également sur ces mêmes ondes qu'il y a quelques mois NOUS MASCOUCHOIS apprenions que nous vivions proche voir sur un site d'enfouissement, que nos enfants et petits enfants pourraient un jour en êtres affectés.

    Il serait peut être temps que les Mascouchois se mobilisent, lui rappellent qu'il était notre employé, car sauf erreur c'était nous qui lui avions payés son gros salaire, que les "partys" avec ses amis d' Écolosol ne sont plus d'actualité, et que son départ de la Mairie serait surement bien apprécié.

    Nous Mascouchois avons notre part à faire, en passant par la décontamination de nos sols, et redonner à cette belle ville la transparence qu'elle mérite pour le bonheur et la fierté des Mascouchois.

Publicités

Derniers articles

Archives