-2° Terrebonne, vendredi 17 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Un grand merci

Mardi 28 mars 2017

Par Gilles Bordonado

J’ai lancé un grand cri du cœur la semaine dernière et je vous remercie de votre solidarité. Vos nombreux courriels et vos commentaires sur Facebook nous ont fait chaud au cœur, à mon équipe et à moi en tant que propriétaire et éditeur.

Vos messages ont été si touchants que nous avons tenu à les partager avec les autres lectrices et lecteurs de La Revue et du Trait d’Union. Plusieurs ont été regroupés en page A-28 de la présente édition de La Revue.

Vous nous avez mentionné que nos publications étaient importantes et qu’elles jouaient un rôle essentiel dans notre communauté, que nous faisions partie de votre vie, que notre mission d’information était cruciale et que nous contribuions au sentiment d’appartenance à notre communauté.

Alors que nous approchons de notre 60e anniversaire et que le Trait d’Union vient de fêter ses 40 ans, nous sommes fiers et heureux de voir que vous appréciez notre rôle et que vous nous avez à cœur.

Dans un monde de communication où le bruit ambiant des réseaux sociaux et des vérités alternatives sèment à tous vents de la confusion et une information dont la véracité ne se vérifie pas, notre rôle n‘en est que plus important, et vous semblez l’apprécier.

Sachez que l’appel lancé par les Hebdos du Québec via le site «Mon journal, j’y tiens», votre solidarité, notre travail de sensibilisation auprès des élus, ainsi que les démarches de la Coalition pour la pérénité de la presse au Québec auprès du gouvernement semblent avoir porté fruit.

Au moment de mettre sous presse, nous n’avions pas encore les confirmations du soutien du gouvernement du Québec, mais il apparait que les journaux et vous ont été entendus.

Il semble que l’abérrante taxe sur le recyclage sera amendée et qu’une politique d’aide sera mise de l’avant pour permettre aux journaux de vivre plus sereinement le passage du papier au numérique. On ne sait pas ce que fera le gouvernement dans le cas de la possible disparition de la diffusion des avis publics dans les journaux. Il est cependant certain que les journaux et bon nombre de citoyens œuvreront vigoureusement pour que cette obligation demeure. D’ailleurs, certains élus et candidats aux prochaines élections dans la région ont laissé entendre qu’ils n’abandonneraient pas cette obligation.

Encore merci pour votre solidarité. Nous demeurons toujours à votre service et celui de la communauté. On ne lâche pas, on ne lâchera pas.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives