1° Terrebonne, mercredi 22 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Aplaventrisme

Mardi 3 octobre 2017

Par Gilles Bordonado

Le gouvernement Trudeau est d'une faiblesse innommable. Après l'aplaventrisme de notre Justin national devant Trump menant à l'affaire Boeing vs Bombardier et sa pauvre prestation aux Nations Unies où il a encore autoflagellé le Canada sur le traitement des Autochtones alors que bien d’autres sujets retiennent l’attention sur la planète, voilà que sa ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, s'écrase devant Netflix.

Joly, dont le ministère a dépensé 23 000 $ pour des filtres Snapchat pour promouvoir la LNH et les 150 ans du Canada, n’applique pas la législation canadienne sur la taxation et donne ainsi un avantage indu à une multinationale multimilliardaire. Qui plus est, Ottawa et Québec investiront à qui mieux mieux des millions de dollars en publicité dans Facebook et Google, qui tuent les vrais créateurs de nouvelles, les médias traditionnels qui n'ont pas le «bon modèle d'affaires», dixit la ministre Joly. Celle-ci ne voit pas que Facebook et Google pompent déjà plus de 85 % des revenus publicitaires électroniques et qu’en situation de monopole, ce sera encore pire plus tard. Ses entrevues radio et télé ont démontré la faiblesse de ses choix et de son argumentaire.

Les entrepreneurs comme moi qui n'ont pas le «bon modèle d'affaires» vont continuer de se battre pour offrir de la nouvelle originale à leurs lecteurs et s'adapter. En liant ces médias au «mauvais modèle d’affaires», vous apprendrez, madame Joly, que ces multinationales et Netflix de ce monde ne sont pas les meilleurs citoyens d’affaires. Cherchez «GAFA», «Netflix», «impôts» et «taxes» sur Google pour vous en convaincre. Cherchez aussi s’ils donnent un sou à la communauté moulinoise, comme je le fais.

Des pays ont compris qu'il ne faut pas donner carte blanche à ces oligarques. Ils soutiennent les médias traditionnels garants de notre démocratie. L’éditorial «Faudra-t-il que des journaux ferment?» de François Cardinal sur La Presse + le démontre bien. Ces pays aident leurs journaux, contrairement au Canada. Ils ne leur imposent pas une taxe inéquitable sur le recyclage et n’adoptent pas de loi permettant aux villes de cacher leurs avis publics dans leur site Internet comme le fait Québec. J’applaudis néanmoins Luc Fortin, ministre de la Culture et des Communications du Québec, qui a dénoncé Ottawa dans l’affaire Netflix. Ce dernier a annoncé certaines bonnes nouvelles pour nous en avril, mais nous attendons toujours leur concrétisation.

Entre-temps, à Ottawa, la ministre Joly et son Calinours de chef ne font rien. Peut-être que les filtres de Snapchat leur plaisent plus que les filtres des journalistes pourtant essentiels à notre démocratie?

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives