-5° Terrebonne, mardi 21 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Bien fiers d'Émilie

Mardi 15 février 2011

Par Gilles Bordonado

Les habitués de cette chronique savent qu'une de mes filles, Émilie, maintenant âgée de 15 ans, est dysphasique et atteinte du syndrome de Gilles de La Tourette.

  

Alors qu'elle était plus jeune, je vous parlais à l'occasion d'elle et de son difficile développement. Ça avait un peu un caractère thérapeutique pour moi et ça permettait à d'autres parents vivant la même chose de s'exprimer à travers mes écrits. Un jour, elle m'a demandé de ne plus le faire, car ça l'intimidait. Là, je lui ai demandé sa permission, car je ne pouvais taire la fierté de sa maman et la mienne envers elle.

Lundi matin, Émilie a été nommée ambassadrice de la persévérance scolaire de l'école secondaire Armand-Corbeil dans une chaleureuse cérémonie organisée entre autres par le CJE des Moulins, le CRÉVALE et la Commission scolaire des Affluents.

Émilie et les autres jeunes honorés ont des histoires poignantes et un trait commun : ils sont des jeunes déterminés à réussir, quelles que soient les embûches.

Je vois Émilie s'acharner au travail scolaire des heures le soir et les week-ends. J'ai une grande admiration pour elle. Elle répète souvent qu'elle ne comprend pas pourquoi des jeunes ayant plus de facilité qu'elle n'exploitent pas leurs talents.

C'est le message qui devrait être reçu par nous, les parents. Nous n'avons pas le droit d'accepter l'échec et l'abandon de nos enfants à l'école. Nous devons agir, intervenir. Ces gestes, il faut les poser dès le plus jeune âge en n'acceptant pas que le temps qui nous manque et la fatigue qui nous guette hypothèquent l'avenir de nos enfants. Cela fait des années que je parle du décrochage scolaire comme l'une des plaies de notre société et je suis heureux qu'enfin tant d'énergies se canalisent sur ce problème.

Très honnêtement, je ne suis pas certain qu'Émilie soit outillée pour réaliser son rêve d'aller au cégep ou même à l'université, mais je suis convaincu qu'elle va déployer toutes les énergies qu'il faut pour réussir. Et elle réussira. Cela prendra le temps que cela prendra.  

Ce que je sais, par contre, c'est qu'à l'âge de deux ans, une orthophoniste nous disait qu'elle ne saurait peut-être pas lire ni écrire. Toujours à l'école, elle réalise cette année un de ses premiers objectifs : faire du régulier. Elle n'est peut-être qu'en 1re secondaire, même si elle est d'âge de 4e secondaire, mais c'est une adolescente déterminée, attachante, qui réussira sa vie, dans la vie.

Et quand je la regarde, je me dis qu'elle fait bien les choses, comme nous avons voulu qu'elle le fasse, encadrée par des parents aimants et une famille qui l'est tout autant, et de merveilleux éducateurs qui ont cru et qui croient en elle.

Émilie, comme les enfants honorés lundi, a de quoi nous inspirer. Ne jamais abandonner.

Gilles Bordonado

Découvrez notre diaporama dans la Zone Multimédia : http://www.larevue.qc.ca/zone-multimedia.php

 

 

 

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

  • j. jobin
    Mercredi, 2 mars 2011 23:02:19
    WOW!
    Je suis la maman du petit Émil Robitaille et votre texte m'a beaucoup toucher , étant moi meme éducatrice dans un service de garde ( école du soleil-levant à mascouche) j'ai à coeur l'avenir de nos jeunes et je tiens à Féliciter votre belle Émilie...." Lache pas ma belle !!!!! " avec courage et tenacité on peut arriver à faire de grande choses, votre fille es une source d'encouragement pour nous ... avec notre petit Émil né prémarurément on ne sais pas à quoi vas ressembler notre futur (à cause des ses hémprragies au cerveau, il y aura séquelle mais les médecins ne peuvent garantir les traces laisser par les cicatrices) mais une chose est sur je penserai toujours à votre Émilie qui n'avais pas un avenir scolaire certain ...et qui, je suis convaincue, seras tres belle avec son mortier et sa toge de finnissante !!!!
    Merci de pouvoir me faire croire que tout n'es pas perdue! Rien n'est gagné mais ...rien n'est perdue!!!!
    Au plaisir
    Julie

Publicités

Derniers articles

Archives