-5° Terrebonne, mardi 21 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Un devoir, quel que soit l'âge!

Mardi 26 avril 2011

Par Gilles Bordonado

Je sais que c'est un concept éculé pour plusieurs, mais il est de votre devoir d'aller voter. Dans une société où de plus en plus de citoyens exigent davantage de services de leurs gouvernements aux moindres coûts et réclament de plus en plus de droits, le devoir de voter semble bien secondaire.

  

Dans tous les pays industrialisés, selon l'International Institute for Democracy and Electoral Assistance, les taux de participation aux élections dans le monde entier ont augmenté régulièrement entre 1945 et 1990. Toutefois, la participation a diminué depuis 1990, et dans plusieurs démocraties de longue date - y compris le Royaume-Uni, l'Irlande, les Pays-Bas, le Portugal, l'Italie, la Finlande, l'Autriche et le Japon -, les taux de participation ont atteint des niveaux plus bas que jamais dans les plus récentes élections. Le Canada se situe presque au dernier rang.

Le Conseil canadien sur l'apprentissage a étudié cette question sous un angle particulier il y a cinq ans : la non-participation des jeunes au vote qui est la raison première de la chute de la participation populaire aux derniers scrutins.

Les résultats d'une étude distincte, commandée par l'Institut de recherche en politiques publiques, laissent à croire que les jeunes Canadiens sont moins cyniques, qu'ils signalent une plus grande satisfaction à l'égard de la démocratie et des élections canadiennes, et qu'ils ont une opinion plus positive du gouvernement fédéral que les électeurs plus âgés.

Ils ne seraient pas désillusionnés. Ils ne préféreraient pas nécessairement d'autres moyens de s'exprimer. Ils manqueraient simplement d'instruction civique à l'école. Voilà la grande conclusion de l'étude.

Ce qui apparaît de plus en plus, c'est que la génération actuelle de jeunes semble être moins bien informée que les générations antérieures. Au fil du temps, une proportion croissante de jeunes Canadiens démontre une connaissance politique «faible» lors de ces enquêtes. Par contraste, cette proportion diminue chez les Canadiens plus âgés.

Les jeunes ont moins de chances de s'intéresser à la politique, de lire les journaux et de considérer l'exercice du droit de vote comme un devoir pour tout citoyen.

Dans une école qui privilégie de plus en plus la préparation au travail, la préparation du jeune à être un bon citoyen a tendance à disparaître. Regardez vos jeunes à la maison. S'intéressent-ils aux nouvelles, à l'actualité, à la politique? Passent-ils quelques minutes par semaine à s'intéresser à l'histoire, à la géographie, à l'économie, aux sciences humaines en général?

Si l'école doit repenser en partie son rôle pour rappeler la place du citoyen en société, comme parents, n'est-ce pas le nôtre de leur rappeler l'importance d'aller voter et, en premier lieu, de leur montrer l'exemple? Le 2 mai, votez!

***

Il est dur de suivre les sondages par les temps qui courent... Il est indéniable que le capital de sympathie de Jack Layton et du NPD est à la hausse, mais que soudainement, le NPD remporte 50 circonscriptions au Québec, il y a un pas que je ne franchirais pas ici. C'est la conclusion de sondages menés sur Internet. Ce n'est pas mon genre de contester les sondages, mais je trouve que les consultations par Internet, un phénomène nouveau, ont besoin d'une plus grande validation, et ce scrutin en sera le meilleur exercice. J'ai bien hâte de voir ça. De mon côté, j'aime bien Jack, mais je suis souverainiste, et le NPD n'est rien de moins que centralisateur. Ce ne sera pas pour cette fois-ci, Jack...

 

Gilles Bordonado

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives