5° Terrebonne, vendredi 24 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

le blogue de Gilles Bordonado

Fil RSS

À propos de l'auteur

De pigiste les week-ends à ses débuts, Gilles Bordonado est devenu journaliste, rédacteur en chef, directeur adjoint avant de devenir propriétaire de La Revue en juillet 2004. Ayant grandi à Mascouche, il a 52 ans et compte près de 30 ans de journalisme. Tout ceci fait qu'il connaît la région comme sa poche et toutes les histoires et les petites histoires du coin.

Il aime parler d'actualité et de politique. Et oui il est progressiste et souverainiste (et il s'assume et l'assume), ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers ce mouvement. Il prône le GBS (Gros bon sens), pas le GPS, bien qu'il en aurait bien d'un à l'occasion de ses prédictions pas très bonnes en temps d'élections ou de séries éliminatoires de hockey.

Réputé pour avoir une opinion sur tout, cela fait 20 ans qu'il signe une chronique dans La Revue. Très critique, il juge signer une super chronique sur 10, « surtout quand il est fâché ». C'est d'ailleurs celles-ci qui génèrent le plus d'intérêt. Il lui arrive ainsi quelques fois d'en mettre un peu plus que le client en demande. Mais finalement vous semblez aimer ça. Donc vous l'encouragez... Il en va de même quand vous lui écrivez. Alors à vos claviers !

Le complot?

Mercredi 22 juin 2011

Par Gilles Bordonado

Vos réactions à ma chronique de la semaine dernière ont été nombreuses et je vous en remercie. C'est par dizaines que vous m'en avez parlé en personne lorsque je vous croisais, par courriel ou sur Facebook.

Quelques-unes de vos réactions apparaissent en page A-4, qui est consacrée cette semaine au courrier du lecteur.

Un élément qui a été relevé dans des conversations tant verbales qu'électroniques, mais qui n'a pas fait l'objet de textes en soi de votre part et de la mienne, est la question du complot. Je m'explique.

La situation vécue actuellement pourrait-elle ne pas être le fait du hasard? Le ministère des Transports du Québec aurait-il fait exprès pour qu'un bouchon se crée matin et soir à l'heure de pointe pour favoriser l'utilisation payante du pont? Cette question m'est posée par plusieurs et entre autres par le restaurateur Fabien Poirier. Je dois avouer que je suis fort tenté d'attester la thèse.

Pour démontrer cette assertion, les voies d'accès favorisent clairement les utilisateurs du pont. Le consortium dit d'ailleurs (lire en page A-3) que ses premiers objectifs espérés sont atteints, malgré l'usage restreint du pont à ce jour. Les usagers du pont payant, bien moins nombreux que ceux qui misent sur la gratuité, semblent aux anges, avec raison : ils sont seuls à l'utiliser.

Personnellement, je demeure révolté de cette situation et je continuerai à défendre bec et ongles le droit des citoyens d'avoir un accès gratuit de qualité à l'autoroute 25, et ce, le plus rapidement possible.

Quant au complot, il sera facile de le déceler dans les actions futures du ministère des Transports du Québec dans le dossier. On verra s'il agit rapidement pour résoudre les problèmes de circulation qu'IL a créés et qu'IL a avoués. Je le répète, agir rapidement, dans le sens de maintenant, dans le sens de tout de suite, dès cet été... 2011!

Si la situation se perpétue encore des mois, on aura tous compris qu'elle était voulue et que la thèse du complot s'atteste. Nous serons alors en droit de demander une enquête publique sur toute cette affaire scandaleuse.

On ne pourra laisser la situation perdurer sans exiger des réponses et surtout des actions concrètes pour soulager de bons travailleurs et de bonnes travailleuses qui passent des heures inutiles dans le trafic.

Quelle pièce!

On en avait tellement dit de bien que je m'attendais à un grand spectacle et je n'ai pas été déçu. «La Cage aux folles» a rempli sa mission de me faire passer, comme elle la fera passer à des dizaines de milliers d'autres, une excellente soirée.

Benoît Brière et Alain Zouvi sont extraordinaires dans les rôles d'Albin et de Georges. Leur grande amitié se mue en grande complicité sur la scène du TVT.

Je dois vous avouer que je ne suis pas super à l'aise de voir des gars courant en talons aiguilles ou se donnant des bisous sur les joues à répétition. Mais j'ai été très impressionné des rôles joués par Éric Bernier et Éric Paulhus, dont les performances en folles de service sont magistrales. Aucune, aucune, je dis aucune déception dans cette pièce, si ce n'est qu'une toute petite longueur en deuxième partie. On l'oublie très vite au sortir de la salle, car on y a passé deux bonnes heures à rire et à s'amuser. Et quelle finale!

Chapeau à Suzanne Aubin, Benoît Brière, Alain Zouvi, Normand Chouinard à la mise en scène, et aux nombreux artistes et créateurs qui offrent ici ce qui se fait de mieux en ce qui a trait au théâtre d'été. Terrebonne peut être fière!

 

Gilles Bordonado

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités

Derniers articles

Archives