<![CDATA[Journal La Revue - Dr Pascal Dubouilh, chiropraticien :: Blogues de La Revue]]> http://www.larevue.qc.ca/blogue-dr-pascal-dubouilh-chiropraticien-33.php Sat, 18 Nov 2017 05:19:13 -0500 http://www.larevue.qc.ca/images/logo_la_revue.gif <![CDATA[Journal La Revue - Dr Pascal Dubouilh, chiropraticien :: Blogues de La Revue]]> http://www.larevue.qc.ca/blogue-dr-pascal-dubouilh-chiropraticien-33.php Zend_Feed http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss <![CDATA[L’entorse cervicale]]> Dr Pascal Dubouilh http://www.larevue.qc.ca/blogue-dr-pascal-dubouilh-chiropraticien-33.php?art=476 De nos jours, ce diagnostic est souvent utilisé pour désigner de façon générale une douleur au cou sans qu’il s’agisse nécessairement d’une véritable entorse.

Ce diagnostic n’indique alors pas plus l’origine de la blessure et de la douleur ressentie qu’il n’aide à formuler un plan d’action afin d’aider le patient. Est-ce qu’on parle de muscles ou de ligaments étirés, de vertèbres désalignées (subluxations), d’un problème d’irritation des facettes articulaires, etc.? Ou même d’un problème discal? Plusieurs personnes auxquelles on a attribué ce diagnostic très général ne répondront pas au même type de traitement.

À l’aide d’un examen complet incluant des radiographies si nécessaire, le chiropraticien pourra établir un diagnostic précis, cernant la cause du problème, et il pourra ainsi formuler un plan de traitement approprié pour le patient qui le consulte. Il pourra aussi le conseiller afin d’éviter que la condition ne revienne.

]]>
Tue, 03 May 2016 00:00:00 -0400
<![CDATA[Pourquoi consulter un chiropraticien (2e partie)]]> Dr Pascal Dubouilh http://www.larevue.qc.ca/blogue-dr-pascal-dubouilh-chiropraticien-33.php?art=459 Comme nous l’avons vu il y a deux semaines, il est connu que les gens peuvent consulter un chiropraticien lorsqu’ils éprouvent différentes douleurs : maux de dos, maux de tête, etc.

Les chiropraticiens sont aussi formés pour fournir des soins aux sportifs, que ce soient les «sportifs du dimanche» ou les athlètes plus aguerris.

Plusieurs chiropraticiens travaillent avec les enfants et les adolescents afin de prévenir des problèmes de posture.

Les aînés ont aussi avantage à consulter afin de garder leur flexibilité et ainsi éviter ou ralentir le vieillissement articulaire prématuré. (Les traitements sont adaptés, il n’est jamais trop tard!)

Un grand nombre de chiropraticiens se voient comme ayant un rôle important dans la prévention de problèmes de santé et dans le maintien de celle-ci. Les soins de mieux-être visent à la prévention et au maintien d’une bonne santé à l’aide du mode de vie chiropratique : entretenir la flexibilité et le bon fonctionnement de sa colonne vertébrale (et du système nerveux), de ses articulations, avoir une bonne alimentation, pratiquer des activités physiques adaptées à sa condition, garder un esprit positif afin de garder sa santé sans avoir recours aux médicaments ni chirurgies.

Votre chiropraticien devient alors un partenaire essentiel qui peut non seulement vous aider directement, mais aussi vous conseiller et accompagner dans des changements de style de vie afin de retrouver ou de garder une bonne santé.

]]>
Tue, 19 Apr 2016 00:00:00 -0400
<![CDATA[Pourquoi consulter un chiropraticien? (1re partie)]]> Dr Pascal Dubouilh http://www.larevue.qc.ca/blogue-dr-pascal-dubouilh-chiropraticien-33.php?art=439

La majorité des gens qui consultent pour la 1re fois en chiropratique le font parce qu’ils ressentent une douleur et recherchent une autre solution que de prendre des médicaments. Ils ont souvent essayé plusieurs types de traitement sans succès et consultent malheureusement en dernier recours.

 

 

  • Lombalgie                                   
  • Sciatalgie                                                                                
  • Hernie discale
  • Entorse lombaire, entorse cervicale, dorsale                             
  • Cervicalgie
  • Torticolis
  • Engourdissements aux mains, jambes
  • Tendinites, blessures sportives
  • Maux de tête, migraines

 

L’efficacité des soins chiropratiques pour ces conditions est prouvée par de nombreuses recherches. Souvent, celles-ci démontrent une efficacité supérieure aux autres traitements, même aux médicaments, et ce, sans les effets secondaires!

Un facteur important est le délai de consultation : le plus rapidement on consulte, le plus facile est le traitement. Plus on attend, plus il sera difficile de traiter la condition.

Ce qui est désolant est le fait que l’efficacité dépend bien souvent du temps que le patient aura pris avant de consulter. Une étude rapportait que 80 % des gens souffrant de mal de dos et qui attendent sans rien faire auront encore ce mal de dos un an plus tard! Nous avons tendance, à tort, à croire que notre problème partira tout seul.

Le chiropraticien est souvent le mieux formé et le mieux habilité à diagnostiquer et à traiter ce genre de condition.

Alors, qu’est-ce que vous attendez? Consultez! (Ça ne vous ne fera pas de mal!)

]]>
Tue, 05 Apr 2016 00:00:00 -0400
<![CDATA[Principes chiropratiques]]> Dr Pascal Dubouilh http://www.larevue.qc.ca/blogue-dr-pascal-dubouilh-chiropraticien-33.php?art=423 L’histoire raconte que Daniel David Palmer, un guérisseur, aurait aidé une personne à guérir de sa surdité en lui replaçant une vertèbre. La chiropratique (du grec : avec les mains) serait née en 1895.

L’origine de celle-ci n’avait donc rien à voir avec les maux de dos, mais c’est pourtant souvent à ceux-ci que l’on réduit l’importance ou les bienfaits de la chiropratique aujourd’hui…

La chiropratique a été fondée sur plusieurs principes, notamment :

1. Que le corps a la capacité d’autorégulation et d’autoguérison;

2. Que le système nerveux est le système maître du corps et est en grande partie responsable de cette autorégulation et autoguérison;

3. Qu’une interférence sur le plan du fonctionnement du système nerveux causée par une subluxation vertébrale (déplacement ou dysfonction d’une vertèbre) interfère avec cette capacité du corps à bien fonctionner et à s’autoguérir.

Il est reconnu que le système nerveux est le centre de contrôle du corps. Non seulement il régit les fonctions de tous les organes, tissus et cellules du corps humain, mais il est le chef d’orchestre de toutes les fonctions réparatrices ou régénératrices du corps humain.

Pensez à une simple coupure de la peau et à la façon dont elle semble guérir toute seule. Eh bien! c’est le système nerveux qui dirige ce processus sans qu’on ait à y penser. Quand le système nerveux d’une personne cesse de fonctionner (et meurt), cette guérison n’est plus possible.

Le cerveau est donc en constante communication avec tous les organes, tissus et cellules du corps humain et il analyse constamment les informations fournies par ceux-ci pour ainsi garder notre corps dans un état de fonctionnement optimal (homéostasie). Il nous permet donc de nous adapter à notre environnement. La subluxation vertébrale interfère avec cette communication et rend notre système nerveux moins efficace. Ce principe est le fondement de base de la chiropratique.

Le chiropraticien, en réduisant les subluxations, aide donc le système nerveux à mieux fonctionner et contribue donc à la guérison, il ne fait pas que traiter la douleur!

Dans deux semaines, nous verrons pourquoi consulter en chiropratique. D’ici là, envoyez-nous vos commentaires à monbonchiro@gmail.com, et bonne santé!

]]>
Tue, 22 Mar 2016 00:00:00 -0400
<![CDATA[Une pratique encore méconnue]]> Dr Pascal Dubouilh http://www.larevue.qc.ca/blogue-dr-pascal-dubouilh-chiropraticien-33.php?art=400 Pratiquant depuis plus de 25 ans dans la région, je suis surpris du fait que la chiropratique est encore méconnue du public.

Les prochaines chroniques tenteront de démystifier cette profession naturelle de soins de santé qui est en pleine expansion presque partout dans le monde. Si vous avez des questions ou voulez suggérer des sujets, faites-moi parvenir vos idées à drpascalchiro@gmail.com.

La plupart des gens ne savent pas que pour être chiropraticien au Québec, il faut maintenant réussir des études universitaires d’une durée équivalant à 5 ans et menant à un doctorat du 1er cycle, soit près de 5 000 heures de cours! Il faut par la suite réussir des examens nationaux et devenir membre de l’Ordre des chiropraticiens du Québec. Chaque année, le chiropraticien doit suivre des cours de formation continue et plusieurs suivent aussi des formations portant sur différents champs d’intérêt comme les blessures sportives, l’ergonomie, les soins pédiatriques, etc.

Le docteur en chiropratique peut donc, par sa formation, procéder aux examens nécessaires afin d’arriver à un diagnostic et à un plan de traitement pour ses patients, et ce, sans avoir besoin d’un avis ou d’une prescription d’un médecin. Il pourra aussi reconnaître une condition qui ne relève pas de son champ de pratique et ainsi diriger le patient vers d’autres professionnels de la santé.

Ceci assure donc la sécurité du patient, qui peut avoir confiance d’être bien pris en charge. En fait, les soins chiropratiques sont parmi les plus sécuritaires dans le domaine de la santé : les complications à la suite de traitements chiropratiques sont rares comparativement à d’autres interventions populaires.

À la prochaine chronique, nous verrons sur quels principes repose la chiropratique et quelles sont les raisons pour lesquelles nous pourrions consulter un chiropraticien.

D’ici là, bonne santé!

]]>
Tue, 23 Feb 2016 00:00:00 -0500