<![CDATA[Journal La Revue - Clinique Physio Extra de Terrebonne :: Blogues de La Revue]]> http://www.larevue.qc.ca/blogue-clinique-physio-extra-terrebonne-71.php Sat, 25 Nov 2017 02:47:54 -0500 http://www.larevue.qc.ca/images/logo_la_revue.gif <![CDATA[Journal La Revue - Clinique Physio Extra de Terrebonne :: Blogues de La Revue]]> http://www.larevue.qc.ca/blogue-clinique-physio-extra-terrebonne-71.php Zend_Feed http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss <![CDATA[3 conseils pour courir à l’extérieur cet hiver !]]> Nicolas Dauphinais-Bazin, physiothérapeute http://www.larevue.qc.ca/blogue-clinique-physio-extra-terrebonne-71.php?art=755 Encore une fois cette année, le nombre de coureurs risque chuter drastiquement avec l’arrivée de la première bordée de neige. Plusieurs vont migrer vers le gym alors que d’autres vont hiberner durant les prochains mois.

Cet article vise à donner des conseils aux quelques courageux qui vont affronter les éléments, braver les tempêtes et poursuivre la pratique de leur sport favori durant la saison hivernale.

Conseil no 1 : Faire un bon échauffement

Il est primordial de s’échauffer 365 jours par année, peu importe la température. Les vents glacés de l’hiver ont tendance à inciter le passage au rythme d’entraînement plus tôt. Ne vous laissez pas piéger, vous pouvez même amorcer votre échauffement à l’intérieur pour déjà commencer à élever votre température corporelle avant votre sortie de course.

Conseil no 2 : s’hydrater adéquatement

Dans le froid, la soif se fait parfois moins ressentir. Vous n’êtes pas à l’abri de la déshydratation pour autant! Si vous prévoyez une sortie de course qui excédera une heure, il est essentiel de vous apporter de l’eau et de commencer à vous hydrater dès le début de votre entraînement

Conseil no 3 : recommencer progressivement

Faites comme si vous recommenciez à vous entraîner à la suite d’une longue pause. La présence de neige, surtout si vous optez pour la course en raquettes, modifie la biomécanique de la course, ce qui sollicite différemment vos muscles. Les fléchisseurs des hanches et les muscles stabilisateurs du tronc sont davantage éprouvés, ce qui peut prédisposer à des blessures si vous conservez le même volume qu’avant la venue du tapis blanc.

Nous en profitons pour vous inviter à participer au Défi hivernal au profit de la Fondation Santé Sud de Lanaudière, qui aura lieu le 18 février au parc du Grand-Coteau à Mascouche : www.mondefihivernal.com.

Sur ce, bonne course à tous les courageux qui braveront l’hiver!

]]>
Wed, 15 Nov 2017 00:00:00 -0500
<![CDATA[Découvrez les astuces du physio pour prévenir les blessures en randonnées]]> Jennifer Khalil http://www.larevue.qc.ca/blogue-clinique-physio-extra-terrebonne-71.php?art=736 Les arbres se colorent à vue d’œil, le temps où les meilleurs panoramas s’offrent à nous est enfin arrivé. Préparez votre équipement, nous partons en randonnée à la découverte des plus beaux sentiers!

Voici 3 conseils du physio afin que vous puissiez profiter au maximum de votre automne en plein air.

 

1. SE MUNIR D’UN ÉQUIPEMENT ADÉQUAT

Un bon équipement est primordial dans tous les sports, mais c’est d’autant plus vrai en randonnée pédestre puisqu’on doit apporter toute une panoplie d’articles. C’est pourquoi il est important d’avoir un bon sac à dos qui répartit bien le poids de notre fardeau. Le sac devrait minimalement comporter une sangle au thorax ainsi qu’une autre aux hanches. N’hésitez pas non plus à vous faire conseiller concernant l’ajustement optimal de votre sac.

 

2. BIEN CHOISIR SA RANDONNÉE

Allez-y progressivement dans le choix de vos randonnées; comme pour n’importe quelle activité physique, il n’est pas nécessaire de commencer avec la plus haute montagne de la région pour votre première sortie automnale, comme vous ne courriez pas un marathon à votre première course. De plus, une attention particulière doit être portée à la dénivellation de la montagne, qui influencera beaucoup la difficulté de votre ascension.

 

3. FAIRE UN BON ÉCHAUFFEMENT

La randonnée en forêt est un sport et comme dans n’importe quelle activité physique, il est important de bien s’échauffer, d’augmenter la température de son corps et de préparer les muscles à l’effort à venir. Marcher sur le plat à un bon rythme constitue un bon exemple d’échauffement pour la randonnée pédestre.

Sur ce, bonne randonnée!

]]>
Tue, 03 Oct 2017 00:00:00 -0400
<![CDATA[L’utilisation des aiguilles en physiothérapie]]> Johanne Parisien http://www.larevue.qc.ca/blogue-clinique-physio-extra-terrebonne-71.php?art=702 Des aiguilles en physiothérapie? Je croyais que c’était l’acupuncteur qui avait l’exclusivité des aiguilles!

En premier lieu, ce n’est pas n’importe quel physiothérapeute qui peut utiliser cette technique de traitement. Le ou la physiothérapeute doit avoir complété une formation avancée sur le sujet après ses études universitaires.

Qui aller voir, le physiothérapeute ou l’acupuncteur?

Bien que ces deux professionnels utilisent les aiguilles, la puncture physiothérapique diffère de l’acupuncture.  Elle est, entre autres, basée sur la médecine occidentale ainsi que sur les principes d’anatomie et de physiologie. De son côté, l’acupuncture tire ses origines de la médecine traditionnelle chinoise qui vise notamment à stimuler certains points méridiens pour rétablir le flux énergétique dans le corps.

L’approche avec les aiguilles sèches en physiothérapie vise principalement à diminuer les tensions musculaires, les douleurs et l’inflammation chronique. Il s’agit d’un outil complémentaire qui figure dans le coffre à outils du physiothérapeute et qui ne remplace en aucun cas les autres techniques de traitement comme les exercices thérapeutiques et la thérapie manuelle. Par contre, si le thérapeute juge que cette approche pourrait être bénéfique, il pourra, avec le consentement de son patient, décider d’utiliser l’aiguille pour optimiser l’efficacité de son traitement.

Pour sa part, l’acupuncteur base son traitement sur la stimulation de certains points du corps, au moyen d'aiguilles, dans le but d'améliorer la santé ou de soulager la douleur.

Il est important de préciser que ces deux techniques sont sécuritaires. Les aiguilles utilisées par nos physiothérapeutes ainsi que par nos acupuncteurs sont stériles et à usage unique.

]]>
Tue, 23 May 2017 00:00:00 -0400
<![CDATA[Connaissez-vous bien la physiothérapie?]]> Nicolas Dauphinais-Bazin, physiothérapeute http://www.larevue.qc.ca/blogue-clinique-physio-extra-terrebonne-71.php?art=695  

En ce mois de mai, mois de la physiothérapie, testons vos connaissances sur la physiothérapie!

Le saviez-vous?

Saviez-vous que le rôle de la physiothérapie est de vous aider à recouvrer le maximum de vos capacités physiques en fonction de votre propre potentiel de récupération?

Saviez-vous que pour y parvenir, les professionnels de la physiothérapie utilisent une variété de modalités de traitement, telles que des techniques manuelles, des exercices, l’électrothérapie, l’hydrothérapie et la thermothérapie? 

Saviez-vous que pour consulter un physiothérapeute, il n’est pas nécessaire d’avoir une prescription de votre médecin? En effet, votre physiothérapeute est expert dans l’évaluation et le diagnostic des problèmes neuro-musculo-squelettiques.

Saviez-vous que pour recevoir son permis de pratique, le physiothérapeute doit avoir fait des études universitaires et que, depuis 2009, le niveau d’étude exigé est la maîtrise universitaire? Par ailleurs, pour conserver son droit de pratiquer, le physiothérapeute doit actualiser ses connaissances chaque année, par le biais de formations continues.

Saviez-vous que la physiothérapie n’est pas uniquement pour les sportifs, mais bien pour n’importe qui qui est embêté par une douleur et/ou qui souffre d’une limitation fonctionnelle, y compris les accidentés du travail et de la route?

Saviez-vous qu’il n’y a pas que les physiothérapeutes qui pratiquent la physiothérapie? Les thérapeutes en réadaptation physique (TRP) offrent également des traitements de physiothérapie à tous. Ils sont, entre autres, de véritables experts pour vous remettre sur pied après un accident survenu au travail ou sur la route. Ils peuvent vous accompagner dans votre processus de retour au travail en assurant une bonne coordination avec votre médecin.

 

]]>
Tue, 09 May 2017 00:00:00 -0400
<![CDATA[Les bienfaits de l’exercice sur la santé mentale : une question d’hormones!]]> Simon Desautels, kinésiologue http://www.larevue.qc.ca/blogue-clinique-physio-extra-terrebonne-71.php?art=675 La dépression est un trouble mental commun qui touche 15 à 20 % des Canadiens, au moins une fois dans leur vie. Les troubles communs de santé mentale (dépression, troubles anxieux, trouble d’adaptation, stress post-traumatique, etc.) sont généralement expliqués par un déséquilibre hormonal. On observe un déficit des neurotransmetteurs, véritables messagers chimiques du cerveau, qui favorisent le bien-être (sérotonine, noradrénaline, dopamine) et une libération du cortisol (hormone reliée au stress).

La pratique régulière de l’activité physique procure des bienfaits à différents niveaux,et ce, sur différents systèmes du corps. Par exemple, on va souvent parler d’exercice et de santé cardio-vasculaire, mais saviez-vous que l’exercice physique a également une action prépondérante sur notre système hormonal? En effet, l’activité physique augmente la sécrétion naturelle de sérotonine (hormone responsable du bien-être) et diminue la sécrétion du cortisol (hormone du stress). C’est pourquoi on peut dire que l’activité physique a des effets antidépresseurs! L’exercice physique régulier permet donc d’améliorer l’humeur et certaines capacités fonctionnelles des gens dépressifs puisqu’il a un effet positif sur le contrôle des hormones et neurotransmetteurs affectés par la dépression. Les professionnels de la santé s’entendent pour dire que l’exercice est essentiel pour la santé et donc pour l’équilibre mental. Il n’est pas absolument nécessaire de souffrir d’une dépression pour pouvoir jouir des bienfaits hormonaux de l’exercice. Venez consulter un kinésiologue, professionnel de la santé expert dans l’activité physique, de la clinique Physio Extra de Terrebonne pour recevoir des conseils personnalisés sur la meilleure façon de bouger sans vous blesser!

]]>
Tue, 04 Apr 2017 00:00:00 -0400
<![CDATA[La prise en charge de la commotion cérébrale en physiothérapie]]> Simon Tremblay, thérapeute en réadaptation physique http://www.larevue.qc.ca/blogue-clinique-physio-extra-terrebonne-71.php?art=662 La commotion cérébrale, ou traumatisme craniocérébral léger (TCCL), est définie comme une lésion complexe au cerveau causée par un choc de ce dernier contre la boîte crânienne, en réponse à un coup à la tête, au visage et même occasionnellement au corps. Il est primordial d’être en mesure d’effectuer un dépistage rapide du TCCL. Par exemple, si votre enfant est victime d’un coup à la tête lors d’une activité sportive, il est particulièrement important d’être attentif à la présence d’un ou de plusieurs des signes et symptômes suivants, afin de le retirer du jeu le plus rapidement possible : sensibilité à la lumière ou au bruit, maux de tête, nausées, vomissements, confusion et amnésie.

Mais que faire une fois que nous suspectons une commotion cérébrale? Tout d’abord, il ne faut surtout pas prendre de la médication qui pourrait camoufler les symptômes, dans les heures suivant l’incident. Par ailleurs, si les symptômes tendent à s’amplifier, il est important de consulter un médecin. Par la suite, il existe des protocoles très spécifiques pour reprendre l’école, le travail ou le sport. Votre physiothérapeute de chez Physio Extra est un professionnel de la santé qui est qualifié pour encadrer et favoriser la reprise de vos activités du quotidien à la suite d’un TCCL. Ce dernier sera également en mesure d’évaluer et de traiter les autres blessures fréquemment présentes lors du traumatisme.

]]>
Tue, 07 Mar 2017 00:00:00 -0500
<![CDATA[Ma mâchoire est douloureuse et elle craque, est-ce normal?]]> Alexis Lasalle, physiothérapeute http://www.larevue.qc.ca/blogue-clinique-physio-extra-terrebonne-71.php?art=644 Comme n’importe quelle articulation du corps, l’articulation de la mâchoire, qui se nomme temporo-mandibulaire, peut développer une blessure. En effet, il s’agit d’une articulation assez complexe autour de laquelle plusieurs structures peuvent être lésées. La rééducation de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) en physiothérapie est une approche souvent méconnue du grand public, des médecins et même de certains dentistes.

En réponse au titre du présent article, notez qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir si on a un craquement qui est occasionnel et qui est indolore à la mâchoire. Si, toutefois, il y a un craquement audible lors de chaque mastication, votre ATM sera plus sujette à bloquer ou à s’user rapidement! Même si elle n’est que peu ou pas douloureuse, il est beaucoup plus simple de consulter votre physiothérapeute en prévention que d’attendre que des compensations s’installent au fil des mois ou des années. Celui-ci évaluera votre problématique en s’attardant également à la posture de votre région cervicale et vous donnera de judicieux conseils en plus de vous proposer un plan de traitement personnalisé.

L’ATM est une articulation complexe : c’est la seule articulation de votre corps qui a des dents! C’est pourquoi le travail conjoint entre votre dentiste et votre physiothérapeute est primordial. Chacun de ces deux professionnels a son rôle à jouer dans la résolution des problèmes à la mâchoire.

]]>
Tue, 07 Feb 2017 00:00:00 -0500
<![CDATA[La rééducation périnéale et pelvienne en physiothérapie]]> Johanne Parisien http://www.larevue.qc.ca/blogue-clinique-physio-extra-terrebonne-71.php?art=633 On associe souvent la physiothérapie aux traitements de sportifs. Bien que cette affirmation soit véridique, le champ de la physiothérapie est beaucoup plus vaste et, pour plusieurs, bon nombre de spécialisations demeurent méconnues. Le présent article vise à mettre en lumière l’une de ces approches moins connues : la rééducation périnéale et pelvienne.

Ce traitement est donné par un ou une physiothérapeute ayant complété une formation supérieure après ses études universitaires. La rééducation périnéale s’intéresse principalement aux incontinences urinaires, mais en plus de traiter les urgences mictionnelles, elle adresse également d’autres problématiques tout aussi répandues telles que les sensations inconfortables liées aux descentes d’organes, les douleurs pelviennes et bien plus!

L’incontinence se définit comme la perte involontaire de n’importe quelle quantité d’urine. Une fuite n’est jamais normale, même en vieillissant. Au Canada, 3,3 millions de personnes souffrent d’incontinence… et seulement 1 sur 12 sont connues et traitées par des professionnels de santé!

Il a été démontré que la physiothérapie, par le renforcement et la rééducation des muscles du plancher pelvien, constitue une approche très efficace pour contrer les fuites urinaires, peu importe le fait qu’elles soient liées à un accouchement ou au vieillissement.

Si vous faites partie des 11 personnes sur 12 aux prises avec des incontinences qui ne vont pas chercher de l’aide, consultez votre physiothérapeute spécialisé en rééducation périnéale et pelvienne de chez Physio Extra. Celui(ou celle)-ci vous offrira des conseils personnalisés aussi bien sur la rééducation que sur les facteurs de risque.

]]>
Tue, 10 Jan 2017 00:00:00 -0500