<![CDATA[Journal La Revue - Marie-Ève Grenon, Proprio Direct :: Blogues de La Revue]]> http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php Thu, 16 Aug 2018 02:20:10 -0400 http://www.larevue.qc.ca/images/logo_la_revue.gif <![CDATA[Journal La Revue - Marie-Ève Grenon, Proprio Direct :: Blogues de La Revue]]> http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php Zend_Feed http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss <![CDATA[Le déménagement]]> Marie-Eve Grenon http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php?art=852 Je sors aujourd’hui un peu de ma pratique, car je vois toutes sortes de déménagements. Il y en a qui se passent très bien, comme il y en a qui sont une expérience disons-le, moins intéressante.

Il faut dire que la plupart des déménagements se passent bien et que les anciens propriétaires laissent une propriété impeccable à l’acheteur, avec même parfois une petite carte, une bouteille de vin ou de mousseux, bref, une délicate attention pour les nouveaux propriétaires qui prendront soin de leur propriété comme eux-mêmes en ont pris soin.

Mais il y a aussi parfois des irritants. Est-ce de la mauvaise foi? Une méconnaissance? Je vous dresse ici une petite liste des choses à faire ou à ne pas faire en tant que vendeur quand vous laissez la propriété entre les mains de vos acheteurs.

À l’extérieur

Cela peut être agaçant pour le nouveau propriétaire de se retrouver à déménager dans une forêt vierge, un champ de blé ou même une pseudo jungle. Donc il serait important de passer la tondeuse et de ne pas laisser les mauvaises herbes envahir le terrain «juste» parce que c’est vendu! En fait, vous avez l’obligation de laisser les lieux dans un bon état. Cela inclut aussi de ramasser les cadeaux de vos animaux laissés sur le terrain.

À l’intérieur

C’est un peu le même principe qui prévaut à l’intérieur, soit de laisser le tout un minimum propre et de ne pas laisser de biens meubles dont il n’a pas été question auparavant, car vous pourriez vous retrouver avec une facture salée si le nouveau propriétaire doit s’en départir.

Les commodités comme les ampoules, les supports à papier de toilette, les pommes de douche, etc. devraient rester sur place, à moins d’entente contraire. Car oui, il arrive parfois que les anciens propriétaires partent avec tout cela et une belle transaction peut tourner au vinaigre pour des détails comme cela qui deviennent des irritants majeurs éventuellement.

Et si vous n’êtes pas certain de ce que vous pouvez ou devez laisser sur place, parlez-en à votre courtier. Il vous aidera et répondra à vos questions pour éviter des conflits qui n’auraient pas lieu d’être en réalité!

Pour toute question en immobilier ou pour vos projets de vente ou d’achat, appelez-nous au 450 326-7169 ou écrivez-nous à marieeve_courtier@hotmail.com.

]]>
Tue, 10 Jul 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Pourquoi ma maison n’est-elle pas vendue?]]> Marie-Eve Grenon http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php?art=847 Votre propriété est à vendre depuis quelques mois maintenant et votre pancarte n’est toujours pas pourvue d’un ajout tant convoité, alors que votre quartier regorge de pancartes colorées arborant fièrement le signe « VENDU ». Vous commencez à vous décourager… «Mais pourquoi moi, je ne vends pas?»

Il y a beaucoup de raisons possibles qui expliqueraient qu’une maison ne se vende pas, donc il serait difficile d’en faire ici la démonstration complète, mais je vais tenter de vous faire connaître les raisons les plus communes pour lesquelles une inscription peut «traîner» sur le marché.

Le prix : C’est une des raisons les plus fréquentes pour lesquelles une propriété ne se vend pas. Les acheteurs ne se déplacent plus si une propriété qui les intéresse semble être trop dispendieuse pour le marché, car ils veulent aussi payer le juste de prix pour leur future maison. Aussi, si la maison a été inscrite à un prix trop élevé au départ et que les vendeurs corrigent le tir un peu plus tard, il est très possible qu’il soit trop tard et que l’engouement soit passé. Car une maison unifamiliale moyenne a plus de chances de se vendre dans le premier mois vu l’attrait de la nouveauté que si cela fait un bout de temps qu’elle est sur le marché, baisse de prix ou non!

La vente sans garantie légale : Juste le nom de cette appellation peut repousser un nombre d’acheteurs, donc parfois, cela peut être plus difficile à vendre et même d’obtenir un prêt hypothécaire pour la propriété. L’institution financière sera un peu plus frileuse.

Les divisions : Votre maison est superbe et toute rénovée, mais elle ne comporte qu’une seule chambre à l’étage et les autres sont au sous-sol, alors que vous êtes dans un secteur familial. Évidemment, vous n’attirerez pas la bonne clientèle et ce sera un irritant pour bon nombre d’acheteurs, qui devront penser au fait qu’ils auront ce problème-là aussi lors de la revente!

Une maison unique/atypique : Ces maisons-là sont souvent magnifiques, majestueuses et ont un style unique! Mais ça leur prend des acquéreurs aussi uniques que la propriété. Très souvent, il ne faut pas beaucoup de visites pour réussir à les vendre, mais les visites sont rares!

La mise en marché : Est-ce que votre mise en marché est adéquate? Est-ce qu’elle correspond bien à votre maison? Est-ce que votre courtier a fait appel à un photographe professionnel et fait-il suffisamment de publicité? Voilà des questions aussi importantes à vous poser si votre maison ne fait pas partie des élues de notre printemps sans précédent sur le plan des ventes de propriétés!

]]>
Tue, 19 Jun 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[L’évaluation municipale et la valeur du marché]]> Marie-Eve Grenon http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php?art=837 Ce qui crée une des plus grandes confusions dans le marché immobilier est la valeur municipale. Souvent, les vendeurs se fient à cela lorsque vient le temps de fixer le prix de vente. Parfois, la valeur municipale reflètera en effet la valeur du prix du marché, mais en général, ce n’est pas le cas!

La seule valeur sûre pour fixer un juste prix pour la vente de votre propriété, c’est de prendre le pouls de votre secteur. C’est d’ailleurs ce que ferait un évaluateur agréé et c’est aussi ce que fera votre courtier immobilier. En général, plusieurs comparables vendus récemment nous permettent de comparer votre propriété. Nous avons de plus développé une expertise en accompagnant les acheteurs dans toutes sortes de propriétés, ce qui nous permet d’obtenir une vision juste de ce que l’acheteur serait prêt à payer pour votre maison.

Il arrive souvent qu’il y ait un grand écart entre la valeur municipale et la valeur réelle. Il ne faut pas oublier que chaque 3 ans, le rôle triennal de votre ville change ainsi que la valeur au rôle d’évaluation. Mais est-ce que le marché suit? Non. Le marché suit son propre rythme, ce qui explique que de plus en plus de propriétaires se trouvent à vendre sous l’évaluation depuis quelques années.

Il faut aussi dire que ce n’est pas tout le monde qui prendra la peine de demander des permis municipaux pour certains travaux d’améliorations, tout comme la Ville ne va pas automatiquement dans chaque résidence pour réévaluer la valeur municipale, donc il peut y avoir une grande différence entre deux propriétés semblables dans un même secteur. Est-ce que cela veut dire que l’une des propriétés se vendra plus cher que sa consœur? C’est improbable.

Il est vrai qu’il fut un temps où beaucoup de propriétaires vendaient au-dessus de l’évaluation, mais ce n’est désormais plus la réalité. Faites confiance à votre courtier, qui pourra vous suggérer le juste de prix, comparables à l’appui! De plus, il pourra aussi vous montrer qui seront vos «compétiteurs» sur le plan de la vente de la propriété!

 

Pour obtenir votre propre évaluation gratuite, faites appel à notre équipe!

]]>
Tue, 29 May 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Quelle bannière choisir?]]> Marie-Eve Grenon http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php?art=835 Ah! cela est une question qui est régulièrement posée! Quelle bannière est la meilleure?... La question devrait être posée différemment, c’est-à-dire : quelle est la meilleure bannière pour moi? Et même encore, quel est le meilleur courtier ou la meilleure courtière pour moi?

Que l’on soit de n’importe quelle bannière immobilière, chaque courtier est travailleur autonome, donc chacun a quelque chose à vous offrir de différent. Évidemment, chaque bannière aussi, donc c’est souvent une combinaison des deux, la bannière et le courtier, qui fera la différence pour la vente de votre maison.

D’ailleurs, il faut savoir que même si vous choisissez une bannière X pour vendre, toutes les autres bannières auront accès à votre propriété pour la visiter avec leurs acheteurs. Donc vous aurez accès à tous les acheteurs qui cherchent dans votre région, et ce, peu importe la couleur de l’agence avec qui ils font affaire!

Ensuite, il faut voir ce qui vous est offert. Un programme de protection? Un programme de visibilité internet? Un programme de vente directe? Il y a autant de façons de faire que d’agences, mais une chose ne se dément pas, c’est la publicité. Choisissez un courtier qui n’a pas peur d’annoncer et qui donnera une belle visibilité et une bonne mise en marché à votre maison. C’est la clé!

Il vous faut choisir une personne avec qui vous vous sentez bien, car on entre dans votre intimité et on est là pour vous aider dans une des transactions les plus importantes de votre vie! Donc la confiance que vous éprouvez en la présence de votre courtier est essentielle et cela est un indice notable de la relation que vous développerez par la suite!

Pour finir, la bannière ne fait pas le courtier, tout comme le courtier ne fait pas la bannière. Prenez le temps d’analyser ce que chacun a à vous offrir et votre décision ne pourra qu’être bonne!

 

Pour toutes questions en immobilier, appelez-moi, ce sera un plaisir de vous aider dans vos projets!

]]>
Thu, 24 May 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Ce que votre courtier fait pour vous!]]> Marie-Eve Grenon http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php?art=828 Contrairement à ce qu’une certaine entreprise de petites annonces immobilières tente de nous faire croire, votre courtier n’est pas qu’un installateur de pancarte et un téléphoniste… Votre courtier fait beaucoup plus que cela!

Il serait impossible de décrire les tâches du courtier en quelques lignes seulement, mais sachez qu’elles sont nombreuses.

Tout d’abord, le courtier doit suivre des formations continues et se tenir à jour dans toutes les sphères qui touchent à l’immobilier; il doit s’informer à propos du marché, des statistiques de ventes de votre secteur, du comportement du marché, des taux d’intérêt en vigueur, etc.

Ensuite, dès la mise en marché, votre courtier doit effectuer des recherches comparatives, des recherches de titres, en plus de voir à commander le certificat de localisation et y déceler les problématiques possibles. Il doit également veiller à la mise en marché optimum de votre maison en incluant un photographe professionnel dans la démarche et s’occuper des demandes de visites provenant tant de la clientèle que des autres courtiers. Il doit faire un suivi rigoureux des comparables en vigueur et vendus qui surviennent pendant le mandat. De plus, lors d’une offre acceptée, les étapes se multiplient pour rendre la transaction à bon port chez le notaire!

Chaque syllabe indiquée dans la fiche technique de la propriété doit être entièrement vérifiée par le courtier inscripteur, donc son travail demande beaucoup de vérifications avant de «juste mettre la pancarte».

Votre courtier s’assurera que les documents soient en ordre avant le passage chez le notaire et veillera à obtenir ce qui manque au dossier. Il s’occupera de commander votre certificat de localisation s’il y a lieu et/ou d’obtenir les titres originaux qui seraient manquants, par exemple.

Votre courtier travaillera de longues heures dans l’ombre pour votre vente ou votre achat. Par ailleurs, il détient l’expertise nécessaire pour négocier et indiquer les clauses spéciales lorsque c’est nécessaire, dans le but de vous éviter des soucis et stress inutiles.

Bref, chaque tâche serait bien longue à décrire, mais vous devez être conscients que notre travail comprend beaucoup de tâches connexes faisant en sorte que plusieurs courtiers font appel à des compagnies spécialisées pour l’installation des pancartes et ont des adjointes pour les aider à répondre à tous les clients.

C’est bien la preuve que la publicité dénigrante n’a pas sa place et surtout lorsqu’elle est mensongère! Heureusement, les clients ne sont pas «dupes»!

 

Pour bénéficier de toute l’expertise nécessaire pour la vente ou l’achat de votre propriété, appelez-nous! 514 516-7169

]]>
Tue, 15 May 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Le notaire]]> Marie-Eve Grenon http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php?art=825 Une autre étape importante lors de l’acquisition ou la vente d’une propriété est la signature de l’acte de vente chez le notaire. En fait, c’est ce qui vous permet de devenir enfin propriétaire ou bien de finaliser la vente de votre maison! Mais comment ça se passe?

Tout d’abord, il est important de savoir que c’est l’acheteur qui choisit le notaire dans la majorité des cas, sauf dans quelques rares exceptions, par exemple une reprise de finance.

Par la suite, c’est le courtier inscripteur qui soumet le dossier au notaire pour que ce dernier fasse les vérifications de titres, de certificats de localisation, de taxes foncières, le calcul des droits de mutation et plus encore. Le notaire est un allié essentiel dans votre transaction immobilière!

Ce sont les acheteurs qui payent pour les frais de notaire, mais les vendeurs qui possèdent une hypothèque ou tout autre prêt ou marge qui détient une garantie sur la propriété auront eux aussi un montant à débourser pour la quittance, ainsi que quelques frais inhérents pour la vérification des taxes foncières, émission des chèques, etc.

L’acheteur qui contracte une hypothèque aura à aller deux fois chez le notaire : une fois pour aller signer l’acte de prêt (et c’est aussi à ce moment que vous apporterez toutes les sommes nécessaires à la finalisation du dossier), et une autre fois avec les vendeurs pour devenir officiellement propriétaire. Il est important de préciser que ce n’est pas dans tous les cas que la remise des clés a lieu chez le notaire! Souvent, d’autres ententes sont prévues à l’offre d’achat écrite par les courtiers.

Pour le vendeur, il faut savoir que votre chèque pour la vente de votre propriété ne vous sera pas remis la journée même du passage chez le notaire, mais bien de 24 à 72 heures ouvrables suivant la signature de l’acte de vente. Le notaire pourra émettre votre chèque dès que la vente sera enregistrée au registre foncier. Plusieurs façons de récupérer les sous sont possibles : vous pouvez aller chercher votre chèque en main propre ou quelques notaires pourront déposer directement les fonds dans votre compte, tout dépendant de votre institution financière.

Bref, le notaire est un professionnel important qui, avec votre courtier, fera équipe avec vous pour une transaction sans tracas!

 

]]>
Tue, 08 May 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[L’inspection en bâtiment]]> Marie-Eve Grenon http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php?art=823 Une étape importante dans le processus d’achat et de vente est l’inspection en bâtiment. Aujourd’hui, je vais tenter de démystifier ce que cela implique, tant pour l’acheteur que pour le vendeur.

 

Pour l’acheteur

Il s’agit d’une des étapes ayant le plus d’importance dans le processus d’acquisition de la propriété, car c’est ce qui déterminera si vous êtes assez rassuré pour poursuivre la transaction, si vous devez effectuer des réparations majeures ou tout simplement vous désister de l’achat. De plus, l’inspection vous permettra d’en apprendre plus sur votre maison et son entretien, ainsi que sur les améliorations qui pourraient vous éviter de mauvaises surprises dans le futur.

Dès que l’offre que vous avez écrite est acceptée, il est temps de faire inspecter la propriété. L’inspecteur sera entièrement à votre choix et si vous n’en avez pas, votre courtier pourra vous recommander de très bons inspecteurs. Il est TRÈS important que l’inspecteur choisi soit membre d’une association professionnelle reconnue et détenant une assurance en cas d’erreurs ou omissions, car s’il y a un problème que votre inspecteur aurait dû voir, son assurance pourra vous dédommager.

Soyez présent avec l’inspecteur la journée de l’inspection, car vous en apprendrez énormément, même si tout sera rédigé dans un rapport. Comme je le répète, c’est une des étapes importantes et il faut prendre le temps d’être là. Ne vous en faites pas, tout comme votre courtier, votre inspecteur travaille aussi les fins de semaine! Votre courtier aussi vous accompagnera en général pour vous appuyer dans cette démarche parfois un peu délicate!

À la suite de l’inspection, un rapport complet avec photos vous sera acheminé et vous aurez le loisir d’en prendre connaissance avant de donner votre décision concernant cette condition précise de la promesse d’achat. Vous pourrez aussi en discuter avec votre courtier pour les points qui pourraient vous inquiéter. De plus, un bon inspecteur sera disponible aussi pour répondre à vos interrogations que pourrait soulever la lecture du rapport.

Pour le vendeur

L’inspection est tout aussi importante pour le vendeur, car cela pourrait prévenir les risques de recours en vice caché inutiles, coûteux et qui causent beaucoup de stress! Car les inspecteurs pourront voir des signes de problèmes majeurs que nous n’aurions pu constater sans en avoir l’expertise.

Vous devrez préparer votre maison en facilitant l’accès à l’entretoit ainsi qu’aux différents drains, renvois, entrées d’eau, «sump pompe», clapets, etc. Bref, à la mécanique du bâtiment.

Comme vous pouvez le constater, le travail de l’inspecteur est très important et il est aussi là pour nous aviser si la propriété pourrait bénéficier de différentes expertises, par exemple pour la fondation, les drains, l’amiante, etc. Ne laissez pas l’investissement d’une vie dans les mains du hasard!

]]>
Tue, 01 May 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Mes réponses à vos questions]]> Marie-Eve Grenon http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php?art=821 Voilà quelques mois déjà que j’écris cette chronique et j’apprécie beaucoup les commentaires que je reçois et le lien qui s’est créé avec les lecteurs! Je reçois plusieurs questions concernant l’immobilier et j’ai décidé de publier les questions qui reviennent le plus souvent.

 

Si ma maison est vendue avec deux courtiers (un inscripteur et un collaborateur), est-ce que ça va me coûter le double de commission?

Non! Le taux de rétribution sera entendu à l’avance avec vous et on inclut un pourcentage qui sera annoncé au courtier collaborateur. Une bonne pratique veut que le courtier inscripteur offre la moitié du pourcentage qui a été signé au contrat de courtage. Donc pas de mauvaises surprises, les coûts seront calculés dès le départ!

 

Quel est le taux de commission auquel je peux m’attendre?

Cela dépend de beaucoup de choses et aussi beaucoup du courtier choisi. Chaque courtier fonctionne différemment lorsqu’il s’agit d’un taux de rétribution. Évidemment, votre type de propriété aussi peut faire varier le taux. Car si vous avez un condo à vendre dans un endroit où il y en a une dizaine d’autres, il serait intéressant de se démarquer du marché en proposant une rétribution plus élevée. En moyenne, les taux varient entre 4 % et 6 %, mais plusieurs bannières offrent aussi des modèles d’affaires comprenant un rabais de taux pour les vendeurs qui trouveraient eux-mêmes l’acheteur! Il ne faut pas oublier que le courtage est un service taxable, donc il faut le prendre en compte dans notre calcul. Un bon courtier saura faire valoir sa rétribution avec un service et un accompagnement impeccables!

 

De quelle durée sont les contrats?

Encore là, comme la rétribution, c’est une entente que vous aurez avec votre courtier et chaque courtier a ses exigences. Si un courtier investit énormément sur la mise en marché de votre maison, il voudra un contrat plus long pour mettre toutes les chances de son côté de vendre la propriété et récupérer son investissement, au cas où l’immobilier connaîtrait un ralentissement ou s’il s’agit d’une propriété plus difficile à vendre. En contrepartie, un courtier qui investit peu ou qui commence dans le domaine pourrait difficilement exiger un long contrat. Comme le reste, il faut en discuter avec son courtier pour que toutes les parties soient satisfaites et en confiance. Mais d’une façon ou d’une autre, votre courtier va tout faire pour que votre maison soit rapidement vendue à votre prix et vos conditions!

 

Si vous avez des questions ou désirez que j’aborde un sujet particulier dans une de mes prochaines chroniques, écrivez-moi ou appelez-moi et j’en discuterai avec vous avec plaisir!

Pour tout projet en immobilier, nous sommes l’équipe qu’il vous faut. Appelez-nous!

 

]]>
Tue, 24 Apr 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Vrai ou faux : la suite!]]> Marie-Eve Grenon http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php?art=815 La semaine dernière, je tentais de démystifier avec vous certaines croyances concernant le courtage immobilier. Cette semaine, je poursuis sur cette lancée pour vous faire découvrir certaines vérités ou faussetés sur le merveilleux monde de l’immobilier!

 

Mon courtier est en vacances, donc ma maison n’aura pas d’activité, car personne ne s’en occupe.

Faux : Votre courtier est dans l’obligation de se faire remplacer lorsqu’il part et il aura bien transféré votre dossier à son remplaçant pour que votre maison continue de bénéficier des mêmes visibilité et activité pendant son absence.

Acheter avec l’aide d’un courtier est sans frais.

Vrai : Trouver sa future demeure avec l’aide d’un courtier est sans frais pour l’acheteur et comporte des tas d’avantages, sur le plan tant de la négociation que de l’accompagnement par des experts et différents intervenants dans votre transaction.

Je suis obligé de choisir les inspecteurs et les notaires que mon courtier me recommande.

Faux : Vous pouvez choisir les experts que vous voulez si vous en connaissez ou si des amis ou de la famille en qui vous avez confiance vous en ont recommandés! Par contre, si vous n’en connaissez pas, personne n’est mieux placé pour vous suggérer de bons inspecteurs et notaires que votre courtier, car il en voit beaucoup et il s’entoure de professionnels compétents qui ont à cœur votre projet!

C’est l’acheteur qui doit assumer les frais de notaire pour la signature de l’acte de vente.

Vrai, mais cela ne veut pas dire que le vendeur se retrouve exempt de frais chez le notaire! Car il devra débourser un montant pour les frais de quittance dès le moment où il y a un lien hypothécaire qui relie la maison à une institution financière ou à toute autre garantie hypothécaire au registre foncier. Donc, le vendeur aussi aura un montant de 650 $ à 900 $ à payer pour la quittance et les recherches effectuées par le notaire du côté des taxes municipales et scolaires, ainsi que des autres frais inhérents à la transaction et qui incombent au vendeur.

Si vous avez des questions ou si vous désirez que j’aborde un sujet particulier dans une de mes prochaines chroniques, écrivez-moi ou appelez-moi et ce sera un plaisir de discuter avec vous!

Pour tout projet en immobilier, nous sommes l’équipe qu’il vous faut. Appelez-nous!

]]>
Tue, 17 Apr 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Vrai ou faux?]]> Marie-Eve Grenon http://www.larevue.qc.ca/blogue-marie-eve-grenon-proprio-direct-90.php?art=813 Si je ne vais pas visiter des maisons avec un courtier, je payerai moins cher la maison!

FAUX : Le courtier ne vous fera pas de cadeau. Il travaillera aussi fort que s’il vous représentait vous dans une autre transaction, en plus de représenter son vendeur. Donc la rétribution serait la même et si rabais il y avait, ce qui est assez peu commun, ce serait le vendeur qui en bénéficierait et non l’acheteur!

 

Si je vends ma maison sans garantie légale, je ne serai jamais poursuivi.

FAUX : Si vous vendez votre maison sans garantie légale, vous pouvez tout de même vous faire poursuivre si vous avez volontairement caché un vice et si vous avez menti dans votre déclaration du vendeur. La vente sans garantie légale n’est pas pour les gens de mauvaise foi!

 

Si je visite une maison sans mon courtier, je suis obligé de faire affaire avec le courtier inscripteur si je désire acheter ladite propriété.

VRAI : En effet, parfois, les acheteurs ne veulent pas déranger leur courtier et ils décident de visiter une maison et d’en parler avec leur courtier plus tard. Malheureusement, cela est une erreur, car dans ce cas, le courtier ne pourra pas vous représenter, il s’agirait d’ingérence dans la transaction. Il peut parfois y avoir entente à l’amiable, mais pourquoi courir le risque? Faites confiance à votre courtier, il visitera les propriétés en votre compagnie avec plaisir!

 

Une inspection en bâtiment sert à renégocier le prix de la maison.

FAUX : Le but premier de l’inspection en bâtiment est de s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes majeurs avec la propriété, par exemple un problème de fondations, des matériaux contaminés à l’amiante, des problèmes de structures, etc. Évidemment, si un tel élément venait à sortir dans le rapport de l’inspecteur, vous pourriez vous retirer de la transaction ou bien renégocier à la baisse, car si vous aviez su, vous n’auriez jamais offert le prix entendu au départ. Mais lorsqu’il s’agit de petits points mineurs comme le calfeutrage des fenêtres, des ajouts de thermostats électroniques, l’ajout d’un Maximum sur le toit, ce sont de l’entretien normal ou des améliorations qui apparaîtront de toute façon sur la plupart des propriétés que vous ferez inspecter.

 

Beaucoup de mythes existent encore en immobilier et je vous reviendrai la semaine prochaine pour un autre vrai ou faux. N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, ce sera un plaisir d’y répondre!

]]>
Tue, 10 Apr 2018 00:00:00 -0400