-8° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

BRIN D'HISTOIRE, par Aimé Despatis

Mercredi 8 décembre 2004

Une suite d’anecdote sur le théâtre

Le nouveau Théâtre du Vieux-Terrebonne a été inauguré avec éclat le lundi soir 29 novembre, et La Revue a distribué, avec son édition du 24 précédent, une brochure de 56 pages sur cet événement.

De nombreux textes n’ont pu paraître dans cette brochure à cause du manque d’espace. Nous en reproduisons ici quelques-un pour le plaisir de nos lecteurs.

***

Tradutore, traditore !

Tradutore, traditore! Cet aphorisme italien nous met en garde : traduire un auteur, c'est forcément le trahir. Or, le théâtre est un miroir. Le spectateur doit s'y reconnaître, y retrouver ses résonances, sentir que c'est bien à lui qu'on parle.

En 1973, tous les théâtres étaient obligés de jouer "La mort d'un commis voyageur" dans la traduction française de monsieur Eric Kahane. Or en cette première année d'existence de la Compagnie Jean-Duceppe, plus on avançait dans les répétitions, plus on constatait que ça ne collait pas du tout à la réalité nord-américaine des Québécois. Grâce à Jean Duceppe, tout cela a été modifié.

Que préférez-vous? Entendre Lenny dans "Des souris et des hommes" s'écrier : "Moi, mes haricots, je les aime avec du coulis de tomates" ou : "Moi, les binnes, j'aime ça avec du ketchup"?

Question de vérité! À vous de juger!

***

Tragédie chez le tragédien Talma

Le célèbre et grand tragédien français Talma était doué d'un talent remarquable et d'un physique avantageux. Il impressionnait les spectateurs - et surtout les spectatrices - par sa voix profonde et son port majestueux, ses effets olympiens. À la ville, il aimait laisser courir la rumeur flatteuse d'être un don Juan irrésistible.

Une admiratrice proche de Julie Talma, l'épouse de l'acteur, s'émerveillait devant celle-ci des prouesses amoureuses dont elle présumait capable au lit cet homme supérieur. Elle s'attira cette réplique :

- N'en croyez rien, chère amie, tout fout le camp dans la tragédie!

(Extrait de "Tout Doris", de Doris Lussier).

***

Un brin d'humour de Doris

Parmi les nombreuses anecdotes que le délicieux Doris Lussier recueillit au cours de sa vie, citons ce bijou publié dans son "Tout Doris".

"Un soir, mon camarade Jacques Normand, qui est à lui seul un diamant d'humour, assistait à une pièce de théâtre dans laquelle jouait notre admirable Monique Miller. Il n'a pu s'empêcher de lui faire parvenir à l'entracte un billet ainsi rédigé : "Quand on vous voit, on vous aime. Quand on vous aime, on vous voit... où?"

***

Un cheval, svp

Le comédien désespéré crie en scène son désespoir :

- Un cheval! Mon royaume pour un cheval!

Du balcon, un spectateur crie, moqueur :

- Est-ce qu’un âne ferait votre affaire?

Le comédien :

- Descendez tout de suite et venez sur la scène!

***

Terrebonne a une âme

Frederico Garcia Lorca disait qu'une communauté sans théâtre était une communauté sans âme

***

La Cour est un théâtre

La scène se passe en Cour. Le juge demande son nom au témoin.

- Cyrano, répond celui-ci.

Le juge, qui a des lettres et qui connaît son théâtre, et qui veut bien le faire savoir au public présent :

- De Bergerac?

- Non, répond le témoin, de Berthierville.

Rideau !

***

La jeunesse, quel gaspillage!

"La jeunesse! s'écria un jour le célèbre auteur de théâtre George-Bernard Shaw, quelle chose merveilleuse! Mais quel crime que de la laisser gaspiller par les enfants."

29 nov 2017 ALBI NISSAN cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités